Haut de page

Accueil » Acteurs & innovations » Acteurs et initiatives

De l’importance de la coordination et des partenariats

La complexité de l’écosystème des Smart grids implique une hétérogénéité des acteurs : les gouvernements, les décideurs politiques, le secteur privé (producteurs, gestionnaires de réseaux, fournisseurs, équipementiers, installateurs), les consommateurs et les groupes de plaidoyer environnemental. Les relations entre les producteurs, les gestionnaires des réseaux de transport et de distribution, les fournisseurs et les consommateurs d’énergie doivent être repensées. Et l’ensemble des acteurs devront travailler ensemble pour définir les besoins du système électrique et déterminer les solutions de Smart grids.

Les industries impliquées dans les Smart grids

Source : CanmetÉNERGIE, Centre de recherche de Varennes

Cependant, il est tentant pour chaque acteur de faire cavalier seul et de se positionner sur la chaîne de valeur des Smart grids pour capter les bénéfices inhérents au développement de ce nouveau champ d’activités. Ainsi, l’« enjeu majeur consiste à définir un business model viable, sur un marché complexe où les investissements et les rapprochements peuvent redessiner le paysage concurrentiel à tout moment » (http://www.alcimed.com/html/fr/display_pdf/smart-grids.pdf). La multiplicité des acteurs dans le domaine des Smart grids et les intérêts économiques inhérents au développement de ce nouveau domaine d’activités rendent donc les partenariats difficiles à mettre en œuvre.

Toutefois, afin de rendre ce domaine d’activités cohérent et dynamique, des alliances et des partenariats devront tout de même se créer. En effet, les réseaux intelligents requièrent différentes compétences, divers savoir-faire et technologies que chaque acteur possède en propre et devra mettre en commun. Cela permettra de partager les retours d’expériences, d’établir des normes, de réduire les coûts, etc.

Le soutien gouvernemental est essentiel au développement des réseaux intelligents

Le mode de collaboration entre les acteurs peut varier en fonction des pays et de l’implication des pouvoirs publics dans le déploiement des réseaux intelligents. Certains États, comme l’Inde ou la Chine, ont tracé des feuilles de route très directives pour leurs industriels.

Cependant, le manque d’aide gouvernementale semble être un des facteurs freinant la modernisation des réseaux électriques. Ainsi, selon l’étude d’Energy & Utilities IQ visant à évaluer les opinions et les préoccupations des professionnels du secteur de l’énergie intelligente britannique sur l’objectif de 2020 défini par les gouvernements européens à propos des énergies intelligentes, 76 % des personnes interrogées pensent que le gouvernement britannique ne s’implique pas suffisamment en faveur de l’énergie intelligente. (http://www.capital.fr/bourse/communiques/une-etude-sur-les-energies-intelligentes-revele-un-manque-de-confiance-parmi-les-professionnels-des-energies-intelligentes-en-ce-qui-concerne-l-objectif-de-2020-591952)

L’expansion rapide des Smart grids est donc contrainte par une tendance des gouvernements à vouloir assurer la propriété de l’évolution ou du développement de nouvelles régulations, politiques et technologies du système électrique. Cette tendance a amené à la dispersion des rôles et des responsabilités entre les gouvernements et les acteurs de l’industrie et a réduit l’ensemble des dépenses pour le développement des technologies et les démonstrateurs et freiné la mise en œuvre des politiques. Cela a eu pour effet de ralentir les progrès dans un nombre significatif de projets-pilotes régionaux en matière de Smart grids.

Il existe un vrai besoin d’accroître les partenariats, l’échange et la mutualisation des savoirs et savoir-faire entre les pays

Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), il y a une vraie urgence à accroître la collaboration internationale jusqu’à présent quasi inexistante dans le domaine des Smart grids. L’AIE préconise une mutualisation des retours d’expérience des projets actuellement en cours, à la fois sur les enseignements technologiques et économiques. Elle appelle, notamment, à la création de normes internationales, nécessaires pour déployer les Smart grids plus rapidement et à moindre coût. La réglementation aussi doit évoluer pour permettre cette meilleure collaboration, et aussi pour favoriser la bonne compréhension des besoins et des avantages par l’ensemble des parties prenantes, notamment pour le consommateur.

«Page 6 de 8»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "CoSMo" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs