Haut de page

Accueil » Acteurs & innovations » Acteurs et initiatives

Les acteurs traditionnels du monde de l’énergie

En plus des acteurs traditionnels du monde de l’énergie, le développement des Smart grids concernera, également, le monde des télécoms, mais aussi les écosystèmes des véhicules électriques, des bâtiments, etc. Fédérer l’ensemble des parties prenantes autour d’expérimentations concrètes est aujourd’hui un enjeu fort. En outre, rien ne pourra se passer sans l’adhésion des utilisateurs finals.






Les « énergéticiens » : producteurs, gestionnaires de réseaux et fournisseurs

Les acteurs traditionnels de la chaîne de valeur de l’électricité (producteurs, gestionnaires de réseaux de transport et de distribution d’électricité, fournisseurs) sont les premiers concernés par le déploiement des réseaux électriques intelligents. Leur rôle, leur métier et leurs activités seront profondément modifiés : les producteurs pourront, notamment, mieux prévoir la demande en électricité, optimiser l’utilisation des interconnexions et gérer activement la demande, les gestionnaires de réseaux seront assistés dans le développement, l’exploitation et la maintenance de leur système et le fournisseur verra sa relation avec les consommateurs facilitée. Les Smart grids renforceront les relations entre le gestionnaire des réseaux de transport et les gestionnaires des réseaux de distribution, et amélioreront l’échange d’informations et la coordination entre distributeurs et transporteurs leur permettant ainsi de mieux préserver l’équilibre du système électrique.

Ces acteurs participent activement aux démonstrateurs en cours et sont en contact étroit avec les industriels, les équipementiers et les laboratoires de recherche afin d’accompagner l’évolution du système électrique.

Leur modèle économique devra évoluer avec l’arrivée des technologies de Smart grids.

Les institutionnels

Le régulateur

La Commission de régulation de l’énergie (CRE) est chargée de la régulation du secteur de l’énergie en France. Elle veille au bon fonctionnement des marchés et des réseaux de l’électricité et du gaz, au bénéfice du consommateur final et en cohérence avec les objectifs de la politique énergétique, notamment les objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre, de maîtrise de l’énergie et de production d’énergie renouvelable (article L. 131-1 du code de l’énergie).

Le cœur de mission du régulateur porte sur la régulation des activités de réseau. Il est, donc, confronté aux différents défis que doivent relever les réseaux actuels : intégration massive de la production d’électricité à partir d’énergies de sources renouvelables, décentralisées et intermittentes, développement du véhicule électrique, maîtrise de la demande en énergie qui permet au consommateur de devenir actif. L’une des solutions est de rendre les réseaux plus intelligents. Le régulateur est concerné par la modernisation des réseaux électriques actuels parce qu’elle affectera l’élaboration des tarifs d’utilisation des réseaux en la rendant plus complexe qu’elle ne l’est aujourd’hui (cf. fiche sur les modèles économiques).

Les régulateurs auront un rôle central de facilitateur à jouer pour le déploiement des Smart grids en adaptant la régulation.

Les régulateurs de l’énergie sont, également, impliqués au niveau européen dans les groupes de travail sur les réseaux intelligents.

Les décideurs politiques

L’État et les collectivités territoriales financent des projets collaboratifs de recherche et développement labellisés par les pôles de compétitivité via le Fonds Unique Interministériel (FUI). De décembre 2005 à octobre 2010, 99 projets liés à l’énergie ont été financés par ce biais pour un montant total de 116 millions d’euros, dont 12 projets relatif aux réseaux électriques intelligents pour un montant de 12 millions d’euros.

Agence nationale de la recherche (ANR)

L’Agence nationale de la recherche est un établissement public à caractère administratif créé en 2005, qui a pour mission d’augmenter la dynamique du système français de recherche et d’innovation en lui donnant davantage de souplesse. À ce titre, l’ANR doit favoriser l’émergence de nouveaux concepts, accroître les efforts de recherche sur des priorités économiques et sociétales, intensifier les collaborations public/privé et développer les partenariats internationaux.

L’ANR décline sa programmation scientifique autour de 6 domaines thématiques dont écosystèmes et développement durable, énergie durable et environnement, ingénierie et technologies de l’information et de la communication. Concernant les réseaux électriques intelligents, l’ANR soutient un programme de recherche, nommé PROGELEC pour « Production renouvelable et gestion de l’électricité ».

Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (ADEME)

L’ADEME assure l’animation et participe au financement de la recherche et de l’innovation dans le domaine des réseaux électriques intelligents.

Dans le cadre du fonds démonstrateur de recherche – créé en 2008 pour tenir compte des orientations du Grenelle de l’environnement – l’ADEME soutient le financement de démonstrateurs de recherche dans le domaine des réseaux énergétiques intelligents. Une feuille de route technologique a été rédigée avec les experts de la filière ; sur cette base, deux appels à manifestation d’intérêts (AMI) ont été lancés (de juillet à octobre 2009 et de décembre 2009 à mars 2010). Six projets, intitulés Greenlys, Millener, Modelec, NiceGrid, Reflexe et Smart ZAE, sont lauréats de ces appels à manifestation d’intérêt, ce qui représente un engagement de l’État de 28 millions d’euros pour un investissement total de 115 millions d’euros.

En outre, l’ADEME gère les fonds du programme des Investissements d’Avenir « développement de l’économie numérique » – volet « réseaux électriques énergiques » – doté de 250 millions d’euros. Dans ce cadre, un troisième appel à manifestation d’intérêt sur les réseaux énergétiques intelligents a été lancé début juin 2011 et s’est clôt en décembre 2011.

Pour en savoir plus :

Rapport sur l’industrie des énergies décarbonées en 2010
Feuille de route stratégique- Systèmes électriques intelligents - Décembre 2013

Les équipementiers du secteur de l’énergie

La filière industrielle électrique est constituée par les fournisseurs d’équipements et de services pour l’ensemble des acteurs des réseaux, de la production d’électricité aux consommateurs industriels, tertiaires et domestiques. Cette filière industrielle se complète par sa filière aval, constituée par l’ensemble des acteurs qui sont à l’interface entre l’industrie et le consommateur : les installateurs, les grossistes et distributeurs, les bureaux d’étude, les entreprises de services de maintenance, les entreprises de chauffage et de climatisation ou encore les opérateurs de réseau.

Les entreprises de l’industrie électrique sont des acteurs majeurs dans le domaine des réseaux électriques intelligents car ce sont leurs produits et leurs services, issus de la R&D, qui répondent aux besoins des producteurs et des gestionnaires de réseaux. Leurs offres contribuent au développement des Smart grids.

Pour en savoir plus :

Livre blanc du Gimélec

Page 1 de 8»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Agence Parisienne du Climat" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs