Haut de page

Accueil » Acteurs & innovations » Acteurs et initiatives

Les initiatives

Le plan industriel Réseaux électriques intelligents

La filière des réseaux intelligents représente un enjeu industriel fort pour la France avec la création de près de 25 000 emplois et un chiffre d’affaires estimé à 6 milliards d’euros pour 2020. Les enjeux de la filière à l’exportation sont également considérables, avec un marché mondial des réseaux électriques intelligents estimé à 30 milliards d’euros en 2015 et une croissance annuelle prévue de l’ordre de 10 %.

C’est la raison pour laquelle, en septembre 2013, le président de la République a lancé le plan « Réseaux électriques intelligents » de la Nouvelle France industrielle. Cette réflexion stratégique est destinée à déterminer des priorités de politique industrielle pour la France.


Le 20 mai 2014, Dominique Maillard, Président du directoire RTE et chef de projet du plan industriel a publié la feuille de route de ce plan industriel.

Cette feuille de route propose la mise en œuvre de 10 actions organisées en trois axes de travail :

  • créer un groupement, un label et un annuaire des acteurs d’ici fin 2014 ;
  • déployer à grande échelle en 2017 : une région qui sera choisie en 2015 portera ce déploiement ;
  • organiser la stratégie à long terme en 2020 pour maximiser les retombées des réseaux électriques intelligents, doubler le chiffre d’affaires de ce secteur et pérenniser la part de l’export.

A l’instar des autres acteurs concernés par le développement des réseaux (gestionnaires de réseaux, équipementiers, administration, universités et centres de recherche), la CRE participe à ce plan. Dans ce cadre, elle intervient dans trois des dix actions du plan :

  • l’action 5, destinée à maximiser les retombées en termes de création d’emploi et de valeur pour la collectivité du déploiement des réseaux électriques intelligents en France et à l’export ;
  • l’action 6, dédiée à l’organisation du déploiement à grande échelle des réseaux électriques intelligents en France ;
  • et l’action 8, consacrée au renforcement de l’efficacité de l’action française en matière de normalisation sur les réseaux électriques intelligents.

Pour en savoir plus :

Feuille de route du plan industriel « Réseaux électriques intelligents »

Les laboratoires réseaux dédiés aux Smart grids

Un laboratoire réseau est un réseau de taille réduite et paramétrable, qui sert de plateforme d’essai et d’expérimentation pour les nouvelles technologies, et notamment pour les technologies de Smart grids. Il permet de tester et d’étudier le comportement de ces technologies dans des situations de perturbation du réseau, qu’il ne serait pas possible de créer sur un réseau réel pour des questions de qualité d’alimentation et de protection des installations existantes.

Plusieurs laboratoires réseaux en Europe ont été créés afin d’anticiper les évolutions futures des réseaux électriques, notamment vers des réseaux électriques intelligents :

Pour en savoir plus :

Les laboratoires réseaux dédiés aux Smart grids, EDF R&D, décembre 2012

Smart grids France, le rassemblement des pôles de compétitivité français spécialisés dans le domaine de l’énergie et des TIC

Le 7 juin 2012, lors de la convention internationale des villes intelligentes et durables « Innovative City Convention », neuf pôles de compétitivité français spécialisés dans le domaine de l’énergie et des technologies de l’information et de la communication (Advancity, Alsace Energivie, Capenergies, Derbi, Minalogic, S2E2, SCS, Systematic et Tenerrdis) ont signé la charte de création de SmartGrids France, un dispositif de partenariat, de collaboration et de concertation ayant pour objectif le développement et la valorisation de la filière Smart grids française.

Cette charte définit un dispositif commun pour répondre aux orientations suivantes :

  • définir et partager une vision stratégique commune, en associant les administrations, les agences et les institutions européennes ;
  • positionner chacun des pôles par rapport à cette vision stratégique et identifier les pôles pilotes sur les différentes thématiques ;
  • définir une stratégie coordonnée d’innovation et de promotion au niveau national et international (objectifs, projets, actions d’animation, missions internationales, etc.).

Possédant de nombreuses compétences transverses sur les Smart grids, ce regroupement, qui constitue une première européenne, porte la vision et les réflexions des pôles, acteurs des territoires, sur le devenir des réseaux d’énergie et sur la gestion de l’énergie, sur les notions de Smart grids et de Smart cities.

Pour en savoir plus :

Site Internet de Smart grids France

Le Club Smart grids de la Côte d’Azur

Le 20 novembre 2011, la Chambre de commerce et d’industrie de Nice Côte d’Azur a inauguré le Club Smart grids de la Côte d’Azur. Ce club doit permettre de mettre en valeur la filière des entreprises azuréennes des Smart grids pour faire le lien entre les fournisseurs de technologies, solutions et services et les futurs marchés.

Dans ce cadre, le Club aura pour objectif de :

  • proposer un lot et/ou des spécifications « Smart Grids Ready » aux acteurs de la prescription et de la promotion des aménagements des futurs quartiers ;
  • identifier et amorcer des projets pilotes, notamment en collaboration avec les autres institutions du département, comme l’Institut Méditerranéen du risque, de l’environnement et du développement durable (IMREDD) ou la métropole Nice Côte d’Azur ;
  • représenter la filière auprès des donneurs d’ordres afin que les compétences et solutions locales soient connues quand les marchés seront matures et les projets lancés.

Groupe de travail de la Commission européenne sur les Smart grids

La mission du groupe de travail (Task Force) sur les Smart grids est de conseiller la Commission européenne sur les enjeux politiques et régulatoires en matière de Smart grids au plan européen et de coordonner les premiers pas de la mise en œuvre des Smart grids dans le cadre du 3e paquet énergie-climat sur la période 2010-2020.

La Task Force fera le point sur les visions et les développements technologiques mis en œuvre par d’autres groupes d’acteurs du domaine, et notamment la Plateforme technologique européenne, le Forum Smart grids et l’EEGI. Elle prendra en compte les efforts de normalisation menés au niveau européen sur les fonctionnalités et l’interopérabilité des compteurs évolués.

Pour en savoir plus :

Site de la Task Force

European technology platform (ETP) for the electricity network of the future

Lancé en 2005, la plateforme technologique européenne est un forum européen clé pour rassembler et faire le point sur les différentes politiques, sur la recherche technologique et des différents moyens de développement pour le secteur des Smart grids, tout autant qu’un lien fort entre les différentes initiatives mises en œuvre au niveau européen. Elle a pour objet d’encourager et de soutenir le déploiement de Smart grids en Europe, en conseillant et favorisant la coordination nécessaire aux différentes parties prenantes du forum Smart grids (Commission européenne, gestionnaires de réseau de transport et de distribution, équipementiers, centres de recherche sur l’énergie, consommateurs, régulateurs et acteurs des télécommunications).

Ses principales missions sont de :

  • construire une vision partagée du futur des réseaux électriques européens et être un catalyseur pour sa mise en œuvre ;
  • assurer que la vision et sa mise en œuvre restent centrées sur la réponse aux besoins des consommateurs et l’application de la politique européenne ;
  • maintenir une vue d’ensemble stratégique des développements du secteur, des opportunités et des menaces, mettant en avant les problématiques nécessitant une attention particulière ;
  • être un facilitateur, travaillant au développement d’une politique énergétique durable pour une Europe compétitive ;
  • promouvoir la recherche, le développement, les démonstrateurs et les projets de déploiement des Smart grids.

Pour en savoir plus :

Site de la plateforme

European electricity grid initiative (EEGI)

Entre 2002 et 2006, le 6e Programme cadre de recherche et développement (PCRD a financé plus de 60 projets sur la thématique « Réseaux intelligents et intégration des énergies renouvelables » pour 190 millions d’euros. En juillet 2010, la Commission européenne a lancé la « European Electricity Grid Initiative » (EEGI) dans le cadre du plan stratégique européen pour les technologies énergétiques mis en place par la Commission européenne pour atteindre les objectifs des « 3x20 » en matière d’énergie et de climat (Strategic Energy Technology Plan – SET Plan). L’EEGI est un programme de RD&D sur les réseaux électriques intelligents et a été initialement lancée par 14 gestionnaires européens de réseaux de distribution et de transport (dont RTE et ERDF en France). L’objectif est de réaliser 30 projets collaboratifs pour un budget prévisionnel de 2 milliards d’euros sur la période 2011-2020.

Smart energy demand coalition (SEDC)

Lancée en novembre 2010, la SEDC est une association représentant les intérêts des fournisseurs d’électricité et des fournisseurs de services et de technologies liés aux réseaux électriques intelligents (maîtrise de la demande en énergie, demand response, comptage évolué). La coalition présentera son expertise sur le déploiement de systèmes de comptage évolués, des systèmes de communication et des technologies de gestion de la demande. Cela inclut des informations sur le rôle des différents acteurs de marché, sur les habitudes et les besoins des consommateurs, et sur les programmes en cours.





Les membres sont eMeter et VaasaETT, membres fondateurs, ainsi que Landis+Gyr, EDF, Enel, Gas Natural Fenosa, the Climate Group, Vodafone, Universidad Comillas, the European Smart Meter Investment Group, the Demand Response et la coalition Smart Grid, The Peak Load Management Alliance, Capgemini, Entelios, Jouleasset, Schneider Electric, the ZigBee Alliance et Silver Spring Networks.





Pour en savoir plus :

Site de la coalition

The IEA demand-side management (DSM)

Cette initiative a débuté en 1993 dans le but de développer et de promouvoir des outils de pilotage actif des usages et de l’efficacité énergétique. Les travaux collaboratifs ont permis de créer une boîte à outils destinée aux énergéticiens et aux gouvernements afin d’incorporer ce type d’outils dans leurs activités et réglementations énergétiques.




The IEA programme on Electricity networks analysis, research and development (ENARD)

Lancée en juillet 2006, cette initiative rassemble quatorze pays. Un groupe de pays observateurs suivent également les travaux qui y sont menés. Elle est une source officielle internationale d’informations, de conseils et de données, complète et impartiale, pour informer les gouvernements, les décideurs politiques et les actionnaires industriels sur les problématiques pertinentes en lien avec les développements actuels et à venir sur les réseaux électriques de transport et de distribution.

Ses objectifs principaux sont :

  • la collecte, l’échange et la promulgation d’informations et de données en relation avec les développements en cours et à venir des réseaux électriques de transport et de distribution dans les pays participants ;
  • la revue et l’analyse des problématiques de R&D, de conception, d’exploitation et de gestion sur les réseaux de transport et de distribution d’électricité ;
  • la revue et l’analyse des cadres régulatoires actuels et à venir ainsi que leur impact associé sur l’évaluation économique et l’optimisation des ouvrages de réseaux.

Pour en savoir plus :

Site du programme ENARD

The International smart grid action network (ISGAN)

Créé en juillet 2010 dans le cadre du second Clean Energy Ministerial, le réseau international d’action Smart grids regroupe 14 États (Australie, Belgique, Canada, Chine, France, Inde, Italie, Japon, Corée, Mexique, Norvège, Suède, Royaume-Uni et États-Unis) et la Commission européenne. Il vise à une coopération mondiale sur les réseaux électriques intelligents. Les missions de l’ISGAN concerne les politiques, la régulation, la normalisation, la recherche, l’éducation des consommateurs dans ce domaine.

L’ISGAN travaille avec l’Agence internationale de l’énergie (AIE) pour développer une feuille de route mondiale sur les Smart grids mettant en lumière les domaines technologiques et politiques dans lesquels les gouvernements peuvent collaborer. Un forum de discussion existe sur les politiques de normalisation des infrastructures de recharge des VE et il est sur le point de réaliser des études de cas des projets réussis.

La première réunion de l’ISGAN a eu lieu en Corée du Sud et la deuxième au Pays-Bas en octobre 2010.

Pour en savoir plus :

Site de l’ISGAN

Global smart grid federation (GSGF)

La GSGF a été fondée en avril 2010 pour réunir les différentes initiatives mondiales sur les réseaux électriques intelligents. De nombreuses initiatives public-privé ont en effet émergé à partir de 2003, comme aux États-Unis (Grid Wise Alliance), en Corée du Sud (Korean Smart Grid Association), au Japon (Japanese Smart Community Alliance), en Australie (Smart Grid Australia), au Canada (Smart Grid Canada), en Inde (India Smart Grid Forum) et en Irlande (Smart Grid Ireland).

De nombreuses autres initiatives nationales sont en cours de création. Les objectifs de la GSGF sont de faciliter la collaboration entre les organisations nationales et internationales de recherche, de devenir une référence mondiale sur les technologies et les réglementations et d’accélérer le déploiement des technologies des réseaux électriques intelligents par le biais d’échanges de bonnes pratiques entre acteurs publics et privés.

Pour en savoir plus :

Site de la Fédération

European energy research alliance (EERA)

Depuis 2008, l’Alliance européenne de la recherche énergétique réunit 70 instituts de recherche européens du domaine de l’énergie. Cette coopération unique en Europe permet d’accélérer le développement des technologies énergétiques. L’EERA est l’un des instruments définis par l’Union européenne dans le cadre du SET Plan.

1 000 chercheurs européens contribuent aux programmes conjoints de recherche de l’EERA. Ces programmes organisent la recherche finalisée sur les technologies de l’énergie alimentant en aval la recherche partenariale avec les industriels.

À ce jour, 7 programmes conjoints ont été lancés dans les domaines des réseaux intelligents, des énergies géothermique, photovoltaïque et éolienne, de la capture et du stockage du CO2, etc. D’autres programmes en préparation s’y ajouteront : solaire à concentration, énergie marine, villes intelligentes, matériaux et processus avancés pour des applications dans le domaine de l’énergie et du stockage de l’énergie.

Les programmes conjoints de l’EERA sont ouverts à de nouveaux participants. Afin de faciliter leur participation, les universités européennes se sont organisées dans la Plateforme européenne des universités engagées dans la recherche énergétique (European plateform of universities engaged in energy research – EPUE), lancée par l’Association européenne des universités (European university association – EUA).

The European Distribution System Operators for Smart Grids (EDSO for Smart grids)

Rassemblant 27 des plus grands gestionnaires de réseaux de distribution (GRD) européens issus de 16 Etats membres, EDSO for Smart grids est une association à but non lucratif engagée dans le développement des Smart grids en Europe.

Elle a pour but de structurer, d’organiser et de mener la coordination et la coopération entre les différents GRD européens et de gérer, de représenter et de promouvoir leurs intérêts communs, plus spécifiquement dans le développement et la mise en œuvre des Smart grids.

Pour en savoir plus :

Site de EDSO for Smart grids

«Page 4 de 8»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Cluster maritime français (CMF) " qui fait partie de nos 161 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs