Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » La blockchain appliquée à l’énergie

Point de vue d’Eric Mazoyer (Bouygues Immobilier) :

Construire un bâtiment à énergie positive

Des premiers bâtiments à énergie positive…

Fondamentalement, le métier de Bouygues Immobilier est de créer des espaces de vie, des appartements, des bureaux pour les entreprises, des centres commerciaux ou encore des endroits pour se divertir.

Lorsqu’il y a une dizaine d’années Bouygues Immobilier a basculé vers une stratégie de développement durable, l’entreprise s’est logiquement lancée dans la construction d’immeubles à énergie positive, c’est-à-dire d’immeubles qui en sus de consommer peu d’énergie en produisent. La première question qui s’est posée a été de savoir que faire de cette énergie. De manière évidente, les premières opérations de ce type réalisées se sont faites dans le cadre d’un contrat de partenariat et de revente de l’énergie produite à ENEDIS. Les conditions de ces conventions étaient particulièrement intéressantes pour un promoteur immobilier comme Bouygues Immobilier, puisque l’énergie que le bâtiment produisait pour 8 centimes d’euros était rachetée 60 centimes d’euros par ENEDIS.

Rapidement, ce modèle de subvention par l’Etat est apparu déséquilibré et le modèle a été modifié. Il est devenu évident aux deux parties qu’il était plus intelligent pour ces bâtiments à énergie positive d’autoconsommer ce qui était produit pour deux raisons :

  • cela évite d’injecter dans le réseau de l’énergie non prédictive, c’est-à-dire sans que cela soit prévu par Enedis ;
  • autoconsommer contribue à faire baisser la demande en énergie.

…aux immeubles en autoconsommation

On en est rapidement arrivé à un changement d’échelle puisque l’on est passé de l’immeuble à énergie positive au territoire à énergie positive. Faute de dispositifs de stockage de l’énergie suffisamment matures, il est apparu qu’il y avait une vraie intelligence à produire des morceaux de ville « mixtes » en mélangeant des immeubles commerciaux, de logement et de bureaux, leurs occupants ne consommant pas tous au même moment. Cela permet de mutualiser la consommation des bâtiments et ainsi d’éviter le problème du stockage de l’énergie.

L’ambition affichée était de mettre les consommateurs au cœur de cette problématique énergétique. Rapidement, ils sont apparus très intéressés par le sujet et ont fait savoir qu’ils souhaitaient comprendre ce qu’ils consommaient, à quel moment ils consommaient soit de l’énergie verte soit de l’énergie du réseau. La question de l’accès aux données énergétiques personnelles a posé problème, avec une double exigence vis-à-vis de la loi et de l’habitant :

  • il s’est révélé sensible d’obtenir des données de la part du distributeur ;
  • leur utilisation est extrêmement encadrée du point de vue de la confidentialité (CNIL), car le promoteur immobilier ne peut pas accéder à des données précises pour éviter d’être intrusif et respecter la vie privée des occupants ;
  • obtenir ces données signifie passer par un tiers de confiance ce qui a un coût.

De ce fait, Bouygues a fait le choix d’un système complétement fermé, c’est un dire d’un système d’échange d’information entre tous les habitants d’un éco-quartier avec son réseau privé. Cette idée se concrétisera dans le démonstrateur Eurêka à Lyon Confluence qui concerne un îlot d’une douzaine de bâtiments mixtes (logements, commerce, bureaux et équipements publics) montés sur un parking mutualisé et qui sont connectés les uns aux autres. La collectivité a accepté de faire de cet éco-quartier un test pour voir quelles modifications réglementaires seraient nécessaires au fonctionnement de l’autoconsommation locale au niveau d’un îlot urbain, pour qu’il puisse vivre pratiquement décroché du réseau.

Dans le cadre de ce projet, il a fallu trouver une solution pour informer les habitants à moindre coût et de manière sécurisée. C’est là que la blockchain entre en jeu. À Lyon Confluence, chaque acquéreur de ce futur îlot se verra attribuer une adresse URL cryptée privée qui lui permettra de partager des informations confidentielles et d’échanger de tiers à tiers sans passer par un tiers de confiance.


Le démonstrateur Eurêka à Lyon Confluence (Source : Bouygues Immobilier)

Pourquoi avoir choisi la blockchain ?

Le recours à la blockchain est pertinent pour au moins trois raisons :

  • elle est inviolable et protège donc efficacement les données. Il y a tout de même une limite qui est la clé donnée à chaque porteur d’adresse URL ;
  • elle est faible de coût puisqu’il n’y a pas de tiers de confiance à rémunérer ;
  • distribuée, la blockchain a un caractère participatif ce qui implique et responsabilise les habitants. Dans l’immobilier, on ressent de plus en plus une demande dans ce sens des occupants. Pour développer la multitude d’espace de co-working, de co-living, etc. souhaités par les consommateurs, les promoteurs immobiliers qui sont propriety et community manager doivent développer des plateformes numériques de partage d’informations : la blockchain est le parfait exemple d’un outil pertinent dans ce contexte.

La blockchain a un intérêt futur car, même si ce n’est pas encore le cas aujourd’hui, on peut imaginer à terme l’utiliser pour des échanges monétaires. À partir du moment où il y a des quantités enregistrées sur une blockchain, il suffirait de leur affecter un prix pour qu’un occupant au 5ème étage décide de vendre à son voisin du 4ème l’électricité produite par ses panneaux photovoltaïques. On peut ainsi imaginer ce qui est réglementé aujourd’hui : une plateforme privée d’échanges d’énergie entre logements, bureaux et commerces sur un îlot. Pour ce faire, il faudrait notamment instaurer un statut « d’autoproducteur individuel d’énergie », quitte bien entendu à respecter un certain nombre de conditions, y compris de tarification, imposées par le régulateur.

En l’état, la blockchain est d’ores et déjà un outil pertinent pour informer les acquéreurs en pleine confiance. En effet, lorsqu’on vend un appartement à énergie positive, il faut disposer d’un outil d’information fiable libre d’utilisation par le propriétaire et lui permettant de constater le fonctionnement de l’écosystème énergétique à l’intérieur de l’appartement ou de la copropriété. De plus, la blockchain est une technologie sécurisée et économique, qui offre la possibilité de faire de l’autoconsommateur un acteur de son énergie.

La blockchain pour le Smart grid à Lyon Confluence, c’est :

  • un outil d’information sécurisée pour connaître son taux de consommation d’énergie locale ;
  • une réponse au souhait de consommation « locavore » et d’information des habitants ;
  • une blockchain « privée » qui permet d’ailleurs à terme de dépasser le simple cadre de l’énergie, puisqu’elle pourrait devenir la vraie plateforme d’échanges, monétisée ou environnementale, entre les habitants d’un même îlot.

Et ensuite ? Vers un système communautaire de gestion du bâtiment

La blockchain une fois installée est très polyvalente :

  • elle valorise l’autoconsommation : elle permet de mieux comprendre à tout moment ce qu’on produit et ce qu’on consomme de façon individuelle et collective ;
  • c’est un outil d’échange de services ou de marchandises entre commerçants et habitants du quartier : c’est aussi pour eux l’occasion d’appartenir à une communauté d’intérêt en termes d’énergie, ce qui permet de se motiver collectivement et individuellement ;
  • c’est un outil de pilotage des tâches incombant au syndic de copropriété, puisque finalement le syndic de copropriété sera aussi au cœur de la blockchain qui permet à tous les acteurs d’interagir ;
  • c’est une répartition des frais liés à l’usage d’une infrastructure mutualisée au même titre qu’un réseau privé peut être mutualisé à l’échelle de la copropriété.

Quels sont les risques liés à l’utilisation de cette technologie dans le bâtiment ? Il faut garder à l’esprit que traditionnellement l’industrie du bâtiment est à très faible rupture technologique. Par conséquent, utiliser une technologie très innovante comme la blockchain n’est pas anodin. Il faut d’abord souligner que la blockchain informe, elle ne travaille pas. Elle n’a donc pas vocation à remplacer les personnes qui pilotent le bâtiment. Elle rend l’information vérifiable par tous et réduit le coût d’accès à cette information.

La blockchain porte la promesse d’être la technologie de gestion de la donnée des bâtiments exploités, administrés et occupés en bonne intelligence : elle pourrait se révéler un véritable outil de valorisation des smart buildings

Eric Mazoyer
02 mai 2018






Eric Mazoyer est directeur général délégué de Bouygues Immobilier.




«Page 8 de 12»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Bioenergie de la Brie" qui fait partie de nos 172 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs