Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les compteurs évolués

Interview de Pierre Marlard (Atos Origin):

Comment les compteurs évolués sont-ils liés aux Smart grids ?

Nous allons utiliser une infrastructure d’information et de communication qui est faite pour le comptage et nous allons la faire évoluer vers le Smart grid grâce à l’intelligence distribuée. Si dans dix ans, une nouvelle fonction est imaginée, il suffira de l’intégrer au niveau du logiciel et toutes les informations nécessaires seront fournies. Le compteur a un potentiel d’évolution élevé grâce à la souplesse des logiciels conçus sur mesure.
Dans le monde, nous n’avons, pour le moment, encore jamais entendu parler de fabricants de concentrateurs qui livrent l’équipement avec seulement les modems et les microcodes associés, laissant le distributeur installer son propre logiciel. Peu de gens sont conscients de cette nouveauté, alors que c’est cela qui permet à ERDF de mettre en place des fonctions de Smart Grids grâce à l’infrastructure mise en place pour le comptage intelligent.

Quels vont être les impacts du nouveau compteur Linky sur le réseau ?

Même si le réseau de transport d’électricité est déjà intelligent, il est actuellement difficile de savoir ce qui se passe chez un client domestique. En effet, en cas de coupure, ERDF ne dispose que d’un seul capteur : le client qui va lui indiquer les problèmes rencontrés.

L’arrivée du compteur Linky va changer cela : le réseau va passer de 0 à 35 millions de capteurs très précis, permettant notamment de détecter des coupures et des variations de tension. Etant donné que les problèmes sont locaux et répartis, l’intérêt du compteur Linky n’est donc pas de remonter toutes les informations à un système d’information central, mais à des systèmes d’information locaux et répartis au niveau des concentrateurs. En cas de panne, il sera beaucoup plus facile pour le gestionnaire de réseau de la localiser et d’envoyer des équipes adaptées au bon endroit, les coordonnées GPS étant notées à chaque pose de compteur. C’est pourquoi il est nécessaire que l’intelligence soit distribuée le plus localement possible.

Est-il envisageable de développer un logiciel unique et valable dans tous les pays européens ?

Ce n’est pas parce qu’un projet de compteurs évolués a été un succès dans un pays qu’il suffit de reprendre le logiciel utilisé et de l’installer dans un compteur pour que cela fonctionne. En effet, lors des tests, le logiciel est expérimenté dans un environnement précis. Le logiciel n’est donc pas utilisable s’il ne prend pas en compte certains paramètres, tels que les caractéristiques des câbles utilisés par le distributeur ou la technologie du CPL qui permet au compteur de communiquer en France mais qui n’est pas utilisée dans tous les pays.

Est-il normal lors d’une expérimentation d’avoir des problèmes au niveau des systèmes d’informations ?

C’est le principe d’une expérimentation !

Atos WorldGrid* teste  non seulement le logiciel final aussi bien en central que dans les concentrateurs, mais aussi les matériels et les microcodes associés Grâce au compteur Linky, nous allons passer d’un monde du comptage uniquement matériel à un système informatique. L’informatique offre une myriade de possibilités : tout est beaucoup plus souple par rapport au matériel. Cependant, pour arriver à cela, le processus est long et difficile à mettre en place.

Il est impossible de sortir un système complexe sans aucun bug (le premier décollage d’Ariane 5 a été un échec alors que l’on avait déjà utilisé, lors du précédent programme, un des systèmes de contrôle de la fusée, mais pas avec les mêmes contraintes). En cas de problème, une analyse est faite, un diagnostic est établi puis les problèmes sont corrigés au fur et à mesure. C’est pourquoi il faut tester le logiciel au maximum pour que les erreurs soient identifiées avant sa généralisation.

Un changement dans le système central, quel qu’il soit, prend du temps : il faut six semaines de validation, test et déploiement avant que cela soit effectif. Les corrections sont apportées au fur et à mesure.
De plus, certaines erreurs relevées n’ont pas de rapport avec le logiciel en lui-même car certains compteurs peuvent avoir été posés à des endroits inadaptés, ou certains matériels ou microcodes peuvent également poser problème. Certains compteurs Linky disjonctent, mais avec raison, mettant ainsi en évidence des anomalies contractuelles qui préexistaient, telles que la puissance souscrite différente de la puissance soutirée effectivement.

* Atos WorldGrid est une filiale internationale d’Atos Origin, et un leader mondial de la gestion intelligente de l’énergie (« Smart Energy »).

La CNIL a évoqué récemment la question de la sécurité des données. Qu’en est-il exactement ?

Il est tout à fait normal que la CNIL s’intéresse aux questions de la collecte de données sensibles, de la protection et du respect des informations relatives à la vie privée. Même si, actuellement, les consommateurs sont habitués à ce que les banques et les opérateurs télécoms collectent des informations personnelles sur leurs habitudes de consommation et leurs préférences, ces inquiétudes ressortent régulièrement.
 
En France, le compteur est protégé à plusieurs niveaux. Une alarme se déclenche en cas de tentative d’ouverture. Le CPL est une technologie connue, qui existe depuis une dizaine d’années, dont la vitesse a été améliorée, et qui bénéficie d’une protection perfectionnée. Un mécanisme de « non-rejeu » de transaction a été développé pour empêcher des branchements pirates sur le réseau.  Il se passe la même chose avec le GPRS : les données sont encryptées. Atos Worldline gère la moitié des transactions bancaires en France, la sécurité bancaire, la carte Vitale ou les radars automatiques. Nous avons donc la même sécurité pour les compteurs intelligents. Ainsi, pour la partie qui concerne le distributeur, le système, qui ne gère que des données techniques, comme les « kilowatts/heure », et aucune donnée financière, est entièrement protégé.

Comment vont être utilisées ces données et pour quels usages ?

Les données sont transmises au fournisseur d’énergie car c’est avec lui que le contrat est signé. Il faut bien faire la différence entre une relève et un suivi en temps réel. Les courbes de charge seront relevées selon un pas défini (en général toutes les 30 minutes ou parfois toutes les 10 minutes) mais ne seront envoyées qu’une fois par jour : les usages ne seront donc pas connus en temps réel. Certaines déductions pourraient être faites, localement et directement sur le compteur, à l’aide d’analyses intelligentes (par exemple, le fonctionnement du congélateur peut être déduit assez facilement), mais pour qu’un fournisseur connaisse la courbe de charge, il faudra que le consommateur ait donné son accord.

Pierre Marlard
17 septembre 2010


Pierre Marlard, Ingénieur Supélec, est responsable de la R&D, de l’innovation et des offres chez Atos WorldGrid. Il est également porteur de l’offre Smart Grid pour le Groupe Atos Origin. Il participe pour Atos WorldGrid au consortium Transgreen et au groupe de travail pour le développement des Réseaux Energétiques Intelligents des Ministères de l’Energie et de l’Industrie. Il est membre de l’Advisory Board du projet de recherche Européen OpenNode sur les Smart Grids.

Il avait précédemment des responsabilités commerciales pour les activités d’Intégration de Systèmes France en Informatique scientifique et technique dans les domaines Energie, Utilities et Oil & Gaz.
En tant que Managing Director de Sema Group puis de SchlumbergerSema en Inde, il a été posté à Calcutta pendant 5 ans.
Avant de travailler à la Sema, il exercé divers responsabilités chez IBM et au CEA.



Atos WorldGrid est une filiale internationale d’Atos Origin, et un leader mondial de la gestion intelligente de l’énergie (« Smart Energy »).



«Page 20 de 24»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Cisco" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs