Haut de page

Accueil » Parole d'experts » Débats

Quels intérêts a votre entreprise à investir et à développer les réseaux électriques intelligents ?

Guillaume Parisot
Bouygues Immobilier

Bouygues Immobilier s’appuie sur l’innovation et le développement durable pour poursuivre sa dynamique de croissance et conforter son leadership. Dans tous nos domaines d’activité, nous apportons les dernières innovations au service de nos clients : livraison du premier immeuble tertiaire d’envergure à énergie positive (Green Office), réalisation de la plus importante centrale photovoltaïque d’Europe intégrée à un bâtiment recevant du public, labellisation BBC-Effinergie de tous nos programmes de logements avec deux ans et demi d’avance sur la réglementation thermique. Pour l’avenir, nous avons la conviction que les progrès se situent au niveau de l’optimisation énergétique d’un ensemble de bâtiments. Le Smart grid, au niveau du quartier, constitue une piste majeure d’évolution. Il y a urgence : les écoquartiers de 2020 se conçoivent aujourd’hui. Ainsi, pour asseoir notre vision de l’énergie dans le quartier de demain, nous avons lancé le projet de démonstrateur IssyGrid.

Thierry Vachon
Dalkia

Dalkia, filiale conjointe de Veolia Environnement et d’EDF est un acteur majeur de la gestion énergétique et environnementale pour les collectivités et les entreprises. Exploitation optimisée des infrastructures énergétiques, conception d’installations à haut rendement, déploiement des énergies renouvelables, Dalkia intègre les solutions énergétiques les plus avancées et s’engage sur des résultats dans la durée. Exploitant local des utilités de ses clients, il optimise les performances techniques, économiques et environnementales des équipements dont il a la charge (réseaux de chaleur et de froid, centrales de production locale d’énergies, utilités industrielles et bâtiments tertiaire de toute nature: bureaux, universités, hôpitaux, centres commerciaux, grands complexes spécialisés). Aussi, c’est très naturellement que Dalkia s’investit dans le développement des réseaux électriques intelligents pour apporter à ses clients/consommateurs finaux le moyen d’interagir avec le smart grid en leur apportant toute l’aide nécessaire à l’arbitrage : consommation ou effacement et en leur faisant bénéficier de sa capacité d’agrégation. C’est cette approche qui est testé dans le cadre du démonstrateur niçois « Réflexe » de pilotage production-stockage-consommation et d’agrégation multi-sites.

Pierre Mallet
ERDF

On assiste aujourd’hui à une évolution du mix de production pour le rendre moins émetteur de CO2 ainsi qu’à la recherche d’une meilleure maîtrise de la consommation d'électricité.

Le schéma existant de production d’énergie électrique centralisée et descendant vers le consommateur dans un flux unidirectionnel évolue vers un schéma mêlant production centralisée et décentralisée, cette dernière étant intermittente et fatale à évacuer. Cela oblige les gestionnaires de réseau de distribution comme ERDF à relever des défis considérables en matière d’équilibrage et de continuité d’alimentation.

Par ailleurs, chez les consommateurs, on assiste au développement de nouveaux usages, tels que les véhicules électriques, qui auront un impact important sur les réseaux. Afin de minimiser les conséquences sur le développement des réseaux de distribution, en termes de coût notamment, il va falloir intervenir sur la répartition des charges et reporter autant que possible les recharges de véhicules dans les creux de charge des réseaux, comme dans le creux de la production nationale d’ailleurs.

Enfin, les clients sont demandeurs de davantage de services et d’informations : domotique et efficacité énergétique au travers d’une meilleure connaissance de leur courbe de charge.

Il s’agit bien d’organiser intelligemment l’ensemble de cette nouvelle donne. Un besoin de plus d’intelligence dans le système électrique permettra de relever ces nombreux défis :

  • l’intégration optimale de la production décentralisée et des nouveaux usages sans mettre en péril la sûreté du système ;
  • une meilleure planification des investissements de réseau et une meilleure exploitation des ouvrages, au plus près des limites grâce à une meilleure connaissance des charges réelles ;
  • un meilleur contrôle du système, donc une meilleure réactivité grâce à la localisation des pannes, des données sur la qualité de la fourniture plus précises, etc. ;
  • une amélioration du marché de l’électricité (changements de fournisseurs facilités, innovation dans les offres, etc.) ;
  • de nouveaux services pour les clients (domotique, efficacité énergétique, etc.).

Pour favoriser l’émergence des Smart grids, des modifications de la régulation et des formules tarifaires seront nécessaires.

Etienne Gehain
GDF

La révolution des Smart grids peut s’assimiler à une nouvelle révolution industrielle, après celles des télécommunications et de la finance depuis la création d’internet.

Je vois dans cette application des TIC au secteur de l’énergie deux défis majeurs pour l’industrie énergétique, au bénéfice de tous.

Tout d’abord, l’exploitation de la flexibilité au service des systèmes électriques.

Dans des systèmes contraints par l’intermittence des énergies renouvelables, la flexibilité disponible en aval compteur représente une ressource évidente pour optimiser à moindre coût le fonctionnement des réseaux. Elle dépend hautement de l’engagement des clients finaux, ainsi que de la pertinence des technologies utilisées et de l’intelligence associée. Nos entreprises ont intérêt à valoriser cette flexibilité selon un modèle économique transparent, qui reste à développer, afin de rétribuer équitablement l’implication du client final.

Ensuite, la maîtrise de l’intelligence née de l’interconnexion des informations.

Les Smart Grids accélèrent la mise en concordance d’un grand nombre d’informations restées jusqu’alors dissociées car issues de métiers différents. Un intérêt majeur réside dans la capacité à traiter de façon pertinente ces informations, dégager des informations à valeur ajoutée utile à tous les acteurs d’un système multi-énergies devenues interdépendantes. »

Pour finir, les Smart Grids concernent l’ensemble des acteurs d’un système électrique :

  • le client final qui, grâce à de nouveaux outils, pourra mieux maîtriser ses consommations, réduire sa facture d’électricité et son empreinte environnementale ;
  • les fournisseurs et les producteurs d’électricité, qui pourront mieux gérer leur parc de production et pourront offrir de nouveaux services à leur clients ;
  • les distributeurs d’électricité, qui pourront mieux gérer les périodes de pointe et optimiser la production décentralisée ;
  • les collectivités locales, qui pourront mettre en place de nouvelles démarches de création de valeur environnementale et sociétale.

Michael Ohana
IBM France

Le traitement de la donnée est au cœur de l'activité d'IBM. L'entreprise met depuis plusieurs années cette expertise au service des énergéticiens pour leur permettre de rendre leurs réseaux plus intelligents. Rendre un réseau électrique intelligent, c’est en effet déployer, en parallèle de l’infrastructure d’acheminement de l’électricité, une infrastructure de calcul et de communication qui va permettre de trier, traiter, analyser et distribuer les données afférentes au réseau et de les transmettre aux décideurs, consommateurs et aux gestionnaires des réseaux afin de leur permettre d’être plus réactifs et d’aligner la production aux besoins de consommation.

Les producteurs d'énergie peuvent ainsi optimiser les performances du réseau, prévenir les pannes ou y remédier plus rapidement et moduler la demande. L’instrumentation du réseau basse tension, associée à des plateformes centrales de pilotage plus performantes, dotées de capacité de traitement de très gros flux de données en temps réel et de capacités de prédiction, permet également d'intégrer les énergies renouvelables. Enfin, grâce au traitement des données émanant des compteurs intelligents, les consommateurs participent activement à la maîtrise de la demande d'énergie en s'informant en temps réel de leurs consommations.

Nouredine Hadjsaïd
INP

Le développement des réseaux électrique intelligents (REI) est indispensable pour réussir une intégration à large échelle des énergies renouvelables, la poursuite des objectifs en matière d’efficacité énergétique, l’optimisation des infrastructures tout en assurant la satisfaction des besoins changeants et émergents, tels que le véhicule électrique, dans les meilleures conditions de sûreté et d’économie. Cela implique la convergence des nouvelles technologies de l’énergie avec les technologies d’information et de communication (TIC). Cette convergence est génératrice d’innovations majeures caractéristiques des domaines pluridisciplinaires. Les REI revêtent donc clairement un enjeu scientifique, technologique, économique et sociétal.

L’intérêt de Grenoble INP – G2ELAB est de travailler sur ce champ de recherche car il est riche en potentiel d’innovation et ambitieux en termes de défis scientifiques. La préparation des générations futures aux nouveaux métiers au croisement des technologies de l’énergie et des TIC est également cruciale pour le développement des réseaux intelligents, d’où l’importance de la formation. Ainsi, Grenoble INP a mis en place des formations spécifiques tel que le «Master on Smartgrids and buildings » ouvert à l’international. De plus, Grenoble INP, en tant que facilitateur du développement économique, est engagé dans le domaine des REI, via le Laboratoire G2ELAB, depuis 2000 au sein d’IDEA, centre d’innovation commun avec EDF et Schneider Electric, ce qui permet également d’accélérer le déploiement industriel des innovations issues de ce centre.

Eric Rieul
Sagemcom

La réglementation en marche dans les pays développés, l’intégration des énergies renouvelables et du véhicule électrique, la gestion des pertes au niveau du réseau BT, ainsi que le coût de l'énergie et la taxe sur le C02 garantissent un marché des smart grids mondial sur le long terme, stimulé d’abord par le smart metering. En tant qu’industriel français d’équipements communicants et fort de la convergence de ses savoir-faire dans l’électricité et les télécoms, Sagemcom développe des technologies de communication (telle que le CPL OFDM, ou l'Energie Box) robustes et évolutives destinées à optimiser la gestion de l'énergie du réseau BT/MT, de l'habitat résidentiel et collectif et du secteur industriel. L’évolutivité des réseaux au travers des nouveaux compteurs communicants est le point de départ capital pour ouvrir le marché de la smart city et les nouveaux services associés et pour permettre l'intégration de nouveaux usages.

Jean-Pascal Tricoire
Schneider Electric

Le smart grid est une obligation car le réseau actuel doit évoluer. L'avantage ira aux entreprises qui auront anticipé, appris et développé des solutions performantes.
Dans le monde entier, les réseaux doivent devenir plus intelligents : pour accompagner la croissance de la demande, pour mieux gérer la pointe, pour intégrer plus efficacement les sources d’énergies renouvelables et, demain, les véhicules électriques – et pour permettre aux multiples utilisateurs du réseau de mieux gérer leur énergie. Il s’agit donc d’une obligation pour les gestionnaires et les opérateurs de réseau. Cette obligation offre dans le même temps l’opportunité de développer une nouvelle économie de l’énergie où la création de valeur ira à l’électricité que l’on ne consomme pas ! Ce changement passe par le développement de l’efficacité énergétique des sites industriels, des bâtiments et maisons connectés au réseau ou encore des offres de contrats d’effacement pour les industriels électro-intensifs. Les utilisateurs représentent ainsi une deuxième catégorie d’acteurs qui vont investir dans le smart grid pour être acteur du système électrique, par conviction environnementale, par nécessité technique (véhicule électrique…), ou pour gagner en compétitivité (effacement, gestion de l’énergie…).

Philippe Wang
SFR

Face aux enjeux globaux liés à l’énergie, le développement des réseaux électriques intelligents, et plus largement de tous les « fluides », est d’un intérêt majeur. Il sera d’autant plus efficace qu’il associera de manière conjointe tous les acteurs de l’écosystème, entreprises comme consommateurs, afin de mieux utiliser nos ressources.

Se pose cependant la question de l’investissement dans ces réseaux intelligents. Par exemple, 99 % de la population française est déjà couverte par les réseaux cellulaires, et plus de 20 millions de foyers sont équipés d’une connexion Internet haut débit. Faut-il alors déployer pour chaque fluide ou chaque usage un nouveau réseau dédié pour véhiculer l’information ?

En tant qu’opérateur de télécommunications, nous pouvons offrir une utilisation mutualisée de nos infrastructures pour véhiculer, de manière étanche et sécurisée, et avec une qualité contrôlée, les différentes données émanant des différents réseaux intelligents.

Dans un univers très hétérogène où se côtoient de nombreux équipementiers, intégrateurs ou opérateurs de services, avec des standards variés, nous pouvons générer des économies substantielles et une vitesse de déploiement inégalée. Notre démarche ne vise pas à contrôler l'écosystème des « fluides » mais à leur proposer des solutions alternatives.

Certes, il s’agit d’une nouvelle manière d’aborder les réseaux intelligents avec de nouvelles questions, et les réponses demanderont une large coopération et adhésion de l’ensemble des acteurs. L’économie générée le vaut certainement.

Clément Le Roy
Solucom

L’investissement dans les réseaux électriques intelligents ne fait aujourd’hui plus débat pour les différents acteurs de la chaîne d’acheminement, de distribution et de commercialisation de l’énergie : les « smart grids » deviennent incontournables. Mais les enjeux poursuivis, et donc les stratégies, peuvent être bien différents en fonction des acteurs.

Ainsi, pour les transporteurs et les distributeurs, les investissements visent à rendre les infrastructures plus communicantes et intelligentes afin d’améliorer la gestion des réseaux en les rendant plus fiables, mieux contrôlables à distance, dans une logique de coûts évités d’investissement, et d’économies de fonctionnement.

Les commercialisateurs, quant à eux, voient dans les réseaux intelligents, l’opportunité de proposer des services à valeur ajoutée autour de la fourniture d’énergie, qu’il s’agisse d’offres tarifaires évoluées ou de téléservices à l’habitat et à l’habitant. Les enjeux portent sur la montée en gamme du portefeuille d’offres, la défense des parts de marché ou la conquête de nouveaux segments.

Mais les réseaux électriques intelligents ne sont plus le terrain de jeu des seuls énergéticiens.

Pour rendre possible le développement de ces services et solutions, des investissements importants sont aujourd’hui consentis par les équipementiers en matière de R&D, afin de faire évoluer leurs offres, qu’il s’agisse des constructeurs d’infrastructures et de produits « Smart grids ready », des opérateurs de télécommunication, des éditeurs et intégrateurs de systèmes d’information… Il s’agit de saisir « la vague » du smart grid au bon moment.

Enfin, au-delà de l’écosystème des acteurs de l’énergie, des investissements sont également réalisés par des entreprises et des collectivités territoriales, voyant dans les Smart grids un intérêt en termes d’optimisation de la consommation électrique, de maitrise de l’énergie, et d’image. A ce titre, on peut citer le programme Smartgrids mené par la SNCF au sein de ses gares et bâtiments, ainsi que celui mis en place par l’Université de Versailles-St Quentin en Yvelines.

Il s’agit donc d’un mouvement global d’investissement, qui concerne les énergéticiens au premier plan, accompagnés de leurs fournisseurs, mais également de leurs clients.

Véronique Addi
Alcatel-Lucent

Alcatel-Lucent contribue à la lutte contre le changement climatique en développant des solutions toujours plus respectueuses de l’environnement et en aidant ses clients à réduire leurs émissions de carbone. La production et la distribution d'électricité est à l'origine d'un quart des émissions mondiales de gaz à effet de serre, c’est pourquoi Alcatel-Lucent participe à la modernisation des réseaux électriques dans le but de les rendre plus intelligents. Cette modernisation passe par une utilisation massive des technologies de l'information et de la communication, le cœur de métier d’Alcatel-Lucent, entre autre dans les secteurs où la fiabilité et la sécurité sont critiques.

Pierre Germain
E-Cube

Notre rôle de conseil est d’accompagner les directions générales sur des questions de stratégie d’entreprise liées aux ruptures qui se produisent dans leur environnement, quelles soient technologiques, réglementaires ou de marché. Les « Smart grids » sont un sujet qui a la propriété rare d’entraîner des ruptures dans ces trois ordres. Ils sont en train de :

  • redéfinir le champ concurrentiel, autorisant l’entrée de nouveaux acteurs notamment technologiques (par exemple Cisco) ;
  • brouiller les frontières entre les domaines régulés et dérégulés (par exemple autour du comptage intelligent) ;
  • permettre le développement de nouveaux formats de commercialisation (une convergence fourniture service).

Les Smart grids sont par excellence un terrain conceptuel nouveau qui nécessite d’être défriché et requiert une capacité d’étude que nous mettons à la disposition de nos clients, utilities, équipementiers et plus généralement acteurs de service souhaitant tirer partie de ces ruptures.

Il s’agit, à ce stade, d’un thème de recherche couvrant un large éventail de sujets : réseaux offshore à courant continu, nouveaux outils de développement et de conduite des réseaux de transport et de distribution, nouveaux outils de prévisions des productions intermittentes (éolien, photovoltaïque, etc.), nouveaux usages (véhicules électriques, etc.), méthodes innovantes de gestion de l’équilibre offre/demande. Ils nécessitent une large coopération entre les acteurs du système électrique et visent à proposer des démonstrateurs permettant de valider les concepts avant de les généraliser.

«Page 3 de 5»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Cisco" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs