Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » L’éclairage public et le mobilier urbain intelligents

Point de vue de Jean-Michel Guery (Bouygues Energies et Services) :

Dans les années à venir, le candélabre va évoluer en raison du développement des nouvelles technologies (LED par exemple) mais également de la convergence des technologies de l’énergie et du numérique. Il évoluera dans le sens de l’usage qu’il pourra lui-même avoir dans la ville.
Ainsi, le candélabre qui est un point haut sur la voie publique, implanté tous les 25 mètres, pourra proposer d’autres services que le seul éclairage des rues.
C’est pourquoi, dès 2005, Bouygues Energies et Services a lancé un programme prospectif de recherche sur le candélabre urbain du futur.




Source : Bouygues Energies et Services

Aujourd’hui, l’objectif est d’offrir un éclairage plus « juste ». Le terme « juste » signifie apporter la lumière là où il faut quand il le faut (vocation de sécurité et de respect de l’identité lumineuse de la ville), au meilleur coût et dans le respect de l’environnement (notamment de la biodiversité dans la ville). Afin d’éclairer au plus juste et d’améliorer l’efficacité lumineuse, des cartographies, des mesures, et l’élagage des arbres sont régulièrement réalisés. L’objectif est également d’accroître les économies d’énergie : efficacité lumineuse et efficacité énergétique ne sont pas nécessairement convergentes, il faut donc développer le pilotage et l’intelligence des candélabres.

Demain, en plus de ces prérequis, le candélabre du futur permettra de déployer un réseau numérique et des services à moindre coût. Il sera possible de faire du réseau d’éclairage un réseau numérique haut débit et connecter une multitude de services urbains sur ce réseau (Wi-Fi, sonorisation, vidéoprotection).

Toutes les données collectées sur le réseau d’éclairage public appartiennent à la ville car ce réseau est propriété de la ville et ne peut être concédé.


Source : Bouygues Energies et Services

Faire du réseau d’éclairage un réseau numérique haut débit et connecter une multitude de services urbains sur ce réseau est désormais possible et se matérialise aujourd’hui par la Citybox. Il s’agit d’une boîte intelligente de 5 x 5 cm à installer sur le pied des candélabres neufs ou existants. Elle possède beaucoup de fonctions, dont le très haut débit (40 Mbit/s aujourd’hui) et le pilotage de trois équipements IP intelligents. Comme d’autres outils communicants, la Citybox pourrait également être utilisée pour optimiser la bande passante disponible sur les réseaux de télécommunication 4G. Elle offrirait ainsi un nouveau service pour les opérateurs de réseau de télécommunications.

Cliquez sur le bouton lecture pour lancer le film
Source : Bouygues Energies et Services

Ce système est utilisé dans le cadre de l’expérimentation Issygrid, l’expérimentation de ville intelligente menée à Issy-les-Moulineaux. Les grands groupes ont besoin des collectivités locales pour réaliser leurs expérimentations parce qu’une expérimentation in situ permet de tester non seulement la technologie mais également les usages.


Source : Bouygues Energies et Services

Plus de 8 000 Citybox sont installées et opérationnelles aujourd’hui dans plusieurs villes de France et permettent de maîtriser l’efficacité lumineuse en fonction des scénarios que la ville a retenus et d’apporter différents services pour rendre la ville plus attractive.

Par exemple, lorsqu’un élu décide d’augmenter la sécurité aux abords des écoles vers 16h30, il peut, grâce à la technologie point à point de ses candélabres, allumer spécifiquement soit le chemin principal que vont prendre les enfants soit l’ensemble des carrefours de la ville tout en tenant compte de l’ambiance lumineuse qu’il souhaite donner à la ville.


Source : Bouygues Energies et Services

Dans le futur, on pourra également imaginer que les candélabres permettront la recharge du véhicule électrique. Il s’agira d’utiliser le service des candélabres pour y mettre des bornes de recharge lente. Cette nouvelle solution pose des questions en matière de législation et de réglementation.

Il est intéressant que ces innovations poussent à réfléchir sur les limites de la réglementation, mais ces limites ne doivent pas être un frein au développement de nouveaux services pour le citoyen et pour la collectivité.


Jean-Michel Guéry
08 octobre 2013




Jean-Michel Guéry est Directeur général adjoint Développement et Technologies de Bouygues Energies et Services. Bouygues Energies et Services est la branche Energies et Services de Bouygues Construction. Sa vocation est de travailler sur la performance énergétique, notamment de la ville. L’entreprise agit comme concepteur d’un système, intégrateur et exploitant pour le compte des collectivités locales.



«Page 11 de 12»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Xerfi" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs