Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » L’éclairage public et le mobilier urbain intelligents

Définitions

Avec le développement de l’éclairage public et du mobilier urbain intelligents, la technologie se met au service des citoyens pour améliorer leur quotidien, mais également au service de la collectivité pour réaliser des économies d’énergie et réduire les coûts liés au déploiement et à l’entretien des installations. Certains parlent de « domotique urbaine » pour désigner ces nouveaux services urbains de proximité́.

L’éclairage public : une évolution rapide et récente

L’éclairage public est l’ensemble des moyens d’éclairage mis en œuvre dans les espaces publics, à l’intérieur et à l’extérieur des villes, très généralement en bordures des voiries et des places, nécessaires à la sécurité ou à l’agrément du citoyen.

Le premier éclairage systématique des rues remonte au XVIIe siècle et répond d’abord à un besoin sécuritaire. Avec l’avènement de la technologie au gaz au XIXe siècle, l’éclairage se répand dans les villes et devient une composante inhérente à l’espace public. Depuis lors, les techniques ont fortement évolué, le réseau d’éclairage s’est largement étendu et ses rôles sont devenus multiples.

L’éclairage public doit avant tout permettre aux usagers de la voie publique de circuler de nuit avec une sécurité et un confort aussi élevé que possible. Pour l’automobiliste, il s’agit de rendre aisé la perception et la localisation des contours de la route et des obstacles éventuels. Pour le piéton, il s’agit d’assurer la visibilité distincte des bordures de trottoirs, des véhicules et des obstacles.

L’effet de l’éclairage public sur la sécurité des personnes sur la voie publique a fait l’objet de nombreuses recherches :

  • l’éclairage public permet de réduire de 30 à 40 % le nombre d’accidents de la circulation ;
  • l’éclairage public permet de réduire de 50 % les effractions, vols et actes de vandalisme.

L’éclairage public sert également à l’embellissement des espaces publics par la mise en valeur du patrimoine, des monuments architecturaux et historiques.

Dans un premier temps, accroître l’intelligence de l’éclairage public consistera à moduler l’éclairage de chacun des points lumineux en fonction des conditions climatiques, de l’heure, du quartier, de la présence de personnes ou de véhicules, de la maintenance, etc. Cette possibilité de modulation non seulement prolonge la durée de vie des lampes, mais économise aussi de l’énergie. L’efficacité d’une lampe décroit vers la fin de sa vie et le fait de la remplacer à temps la rend plus économique et permet en outre de prolonger la vie de celles qui sont sur le même réseau d’éclairage.

Dans un deuxième temps, le développement des technologies de l’information et de la communication sur le réseau d’éclairage public permettra d’informer en temps réel de la consommation exacte de chaque lampe et d’indiquer à quel moment elle doit être remplacée.

Dans un troisième temps, les luminaires étant raccordés en réseau, il sera possible à terme d’utiliser ce réseau d’éclairage public pour d’autres services : les lampadaires pourront abriter des capteurs pour suivre et gérer la circulation, le stationnement, la gestion des déchets, l’arrosage des parcs, la pollution de l’air, les niveaux de particules fines, l’ozone, la pollution sonore, et les flux de circulation des véhicules et des piétons.

Pour en savoir plus :

L’éclairage urbain, un gisement important d’économies d’énergie, Actilum

Le mobilier urbain devient communicant

La notion de mobilier urbain a été inventée par Jean-Claude Decaux lors de la création de l’abribus en 1964. Le mobilier urbain désigne les équipements destinés aux collectivités territoriales implantés sur la voie publique à des fins de signalisation ou à des fins de commodités pour les usagers de la voirie : feux tricolores, panneaux de signalisation, abribus, sanisette, horloges, fontaines Wallace, colonnes Morris, etc. Il comprend également les installations d’éclairage public.

Rendre le mobilier urbain intelligent consiste à le doter de nouvelles fonctions (fournir des informations, permettre de recharger son téléphone portable, etc. sans pour autant qu’il prenne plus de place et qu’il empiète davantage sur les espaces publics. Les concepteurs de mobilier urbain développent des modules plurifonctionnels pour valoriser les espaces publics en répondant à des besoins de plus en plus diversifiés.

Intégrant les nouvelles technologies de l’information et de la communication, le mobilier urbain intelligent était à l’origine appelé « mobilier urbain communicant ».

Ce mobilier urbain est également considéré comme intelligent, car il est fabriqué dans un souci de respect de l’environnement et du développement durable (par exemple, autonome en énergie avec l’utilisation de panneaux solaires).

Pour en savoir plus :

UNIFA, Synthèse de l’enquête sur le mobilier urbain auprès des collectivités territoriales, TMO Région, juin 2012

«Page 2 de 12»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Eveler" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs