Haut de page

Accueil » Présentation » Editorial

Edito de Bastian Fischer (Oracle)

Oracle propose les systèmes logiciels et matériels professionnels les plus complets, ouverts et intégrés. Grâce à la technologie Sun de serveurs, de stockage, de systèmes d’exploitation et de virtualisation, Oracle est à l’heure actuelle le seul fournisseur capable de proposer une infrastructure technologique au sein de laquelle chaque couche est intégrée pour que l’ensemble fonctionne comme un système unique.

Concrétiser tout le potentiel des Smart Grids

De nombreux pays à travers le monde se préoccupent de plus en plus du réchauffement climatique et des émissions de gaz à effet de serre. A tel point que plusieurs engagements de réduction des émissions de dioxyde de carbone (CO2) ont été pris en Europe, notamment à travers le système d’échange de quotas (Emissions trading system - ETS), qui engage les entreprises et les industries fortement émettrices de CO2 à surveiller et à publier annuellement leurs émissions. L’initiative ETS vise à ramener, d’ici à 2020, ces émissions à moins des deux tiers des niveaux de 1990.

Le secteur de la production d’électricité contribue de façon significative aux émissions de CO2 : il représente en effet presque le quart des émissions de dioxyde de carbone au niveau mondial, ce qui constitue la contribution la plus importante de tous les secteurs d’activité (Source : Rapport du Carbon Disclosure Project, sur les opérateurs électriques de la planète. Développer la résilience des entreprises face à l’inévitable changement climatique). C’est pourquoi les fournisseurs d’énergie subissent une pression croissante pour changer les habitudes de consommation, qu’il s’agisse de leur propre consommation ou de celle de leurs clients. C’est là qu’interviennent les Smart grids (réseaux intelligents) et les Smart meters (compteurs intelligents).

Les avantages environnementaux des Smart grids peuvent être constatés par tous. Il n’est donc pas surprenant que le gouvernement français ait fixé un objectif de déploiement à 95 % des Smart meters dans le pays d’ici fin 2020 pour permettre l'ouverture du marché de l'électricité, pour améliorer la qualité du réseau, pour améliorer l'information des consommateurs et pour offrir des nouveaux services et produits énergétiques. Les Smart grids permettent de communiquer avec les consommateurs et même d’interagir automatiquement afin d’optimiser la consommation et de réduire si possible la production de pointe. Les Smart grids permettent aussi une meilleure gestion et optimisation de l’intégration des énergies renouvelables et intermittentes. Ces technologies (smart meters et smart grid) joueront un rôle critique pour la réduction des émissions de dioxyde de carbone dans notre bilan énergétique.

De leur côté, les Smart meters permettent aux consommateurs de mieux gérer et surveiller leur consommation énergétique, et aux fournisseurs d’énergie d’affiner les profils de consommation. Ils permettent également aux gestionnaires de réseaux de détecter les pannes, d’accélérer le rétablissement du service et de mieux gérer les pertes.

Il n’est donc pas étonnant de constater que les gestionnaires de réseaux qui ont lancés des expérimentations prévoient de poursuivre leurs déploiements. D’après l’étude récemment publiée par Oracle Utilities EMEA (Europe, Moyen-Orient & Afrique) sur le déploiement des Smart grids (Déploiement des Smart grids dans la zone EMEA, 2010), la moitié des opérateurs français interrogés commenceront à déployer la technologie des Smart grids au cours des trois prochaines années. L’autre moitié prépare des projets pilotes ou analyse actuellement les résultats de ses projets pilotes avant de planifier de futurs déploiements.

De plus les technologies de Smart meters et Smart grids apportent des avantages d’exploitation, d’automatisation et de surveillance des réseaux de distribution pour les gestionnaires de réseaux, bien réels. Ceci afin d’augmenter encore plus la disponibilité, la stabilité et l’équilibre du réseau et l’utilisation optimale des équipements. Le déploiement permet la collecte et l’analyse de données d’une granularité et d’une précision inédite et ceci pratiquement en temps réel afin d’offrir aux usagers une infrastructure moderne, innovante et capable d’offrir les services nécessaire pour l’implémentation de l’énergie intelligente (smart energy).

L’étude d’Oracle Utilities montre que 50 % des gestionnaires de réseaux français prévoient un retour sur leur investissement (return on investment – ROI) dans la technologie des Smart grids en cinq ans. Un chiffre à comparer au reste de la zone EMEA, où à peine plus d’un cinquième des gestionnaires de réseaux prévoient un ROI sur cette même durée.

De leurs côtés, les fournisseurs d’énergie français prévoient de réaliser l’essentiel de leur retour sur investissement grâce à l’optimisation des processus clients existants, ainsi qu’à travers la différenciation de leurs offres et de leurs services. 75 % des fournisseurs d’énergie interrogés placent, en effet, ces deux sujets parmi leurs trois premières priorités pour atteindre leur objectif de ROI.

La mise en œuvre des technologies de Smart grids générera une croissance exponentielle des quantités de données clients que les gestionnaires de réseaux et les fournisseurs d’énergie devront gérer et exploiter. L’étude récente de Lux Research, intitulée La révolution des données : comment des équipements intelligents piloteront un Smart Grid estimé à 34 milliards de dollars, a ainsi révélé que l’augmentation de la quantité de données qu’induisent les technologies de Smart grids pourrait amener les gestionnaires de réseaux et fournisseurs d’énergie à gérer jusqu’à 900 % de données de plus.

En exploitant ces données, les fournisseurs d’énergie peuvent améliorer les services qu’ils offrent à leurs clients, tout en renforçant leur efficacité opérationnelle et en réduisant leurs émissions de CO2 (par déplacement des consommations en dehors des périodes pointes, ce qui permet de ne pas avoir recours à des centrales au fioul, au charbon ou au gaz). En appliquant aux processus opérationnels les résultats de l’analyse de ces données, les fournisseurs d’énergie peuvent améliorer la fiabilité du service et adopter une approche plus centrée sur le client en tenant compte du comportement des clients dans la conception des services proposés. Grâce à cette valorisation des données, ils seront en mesure de différencier leurs offres de services et ainsi de renforcer leur compétitivité.

Cependant, pour concrétiser tous ces avantages, les gestionnaires de réseaux doivent mettre en œuvre les technologies de Smart grids adaptées et les processus opérationnels appropriés. L’une de ses technologies est le système de gestion des données issues des compteurs, ou MDMS (Meter Data Management System). Ce système permet aux gestionnaires de réseaux de gérer les très grandes quantités de données collectées par les compteurs communicants déployés sur leur réseau, elle constitue un élément essentiel de l’infrastructure d’un Smart grid. Cette technologie permet de transformer les données clients en analyses exploitables concrètement, et ainsi d’améliorer le service en répondant de façon précise aux demandes reçues par le réseau. Ce système permet aux opérateurs d’identifier les pics de demande d’énergie, et ainsi d’envoyer des signaux pour inciter les clients à effacer une partie de leur consommation afin d’éviter l’injection d’énergie coûteuse en CO2. L’inverse est également possible, ainsi lors d’un excédent d’énergie issue de sources renouvelables, des consommateurs énergétiques peuvent être alimentées automatiquement pour délester le surplus d’énergie, par exemple le chargement des voitures électriques ou bien le démarrage des pompes à chaleur.

Les systèmes d’information clients, ou CIS (Customer Information Systems), représentent une application importante que les fournisseurs d’énergie ont besoin de mettre en œuvre afin de mieux gérer les données de leurs clients provenant du smart grid. Un CIS est une application logicielle étendue à l’ensemble de l’entreprise, permettant au fournisseur d’énergies de gérer tous les aspects des relations avec ses clients, afin de les fidéliser en améliorant leur satisfaction. Un CIS efficace peut ainsi jouer un rôle crucial en permettant aux fournisseurs d’énergie de transmettre à leurs clients les avantages environnementaux des Smart grids.

Les « data wharehouse » sont primordiaux dans le stockage des gros volumes de données –connue sous le terme anglais de « Big Data » – qui sont générés par les smart meters et par l’ensemble des équipements du smart grid. Les applications Analytiques déchiffrent ces données, identifient des corrélations, consolident les indicateurs de performance et sont partie intégrales dans l’exploitation du smart grid. Elles permettent notamment d’informer les clients à l’aide de portails et applications smart phone, de mieux prévoir les besoins énergétiques et de mieux gérer les injections d’énergies renouvelables et intermittentes.

Les applications opérationnelles de type « Network Management » sont dédiées aux besoins des gestionnaires de réseaux et sont indispensables dans l’identification et rétablissements de pannes, dans la gestion des équipes techniques, la documentation des interventions et la gestion des équipements. Une des fonctions centrales est la surveillance en temps réel afin d’assurer l’équilibre et la sécurité du réseau et d’assister les operateurs dans l’exploitation optimale des réseaux. Cette application offre aussi des mécanismes d’optimisation pour déterminer le meilleur mix d’énergies et de gérer l’injections des différentes sources d’énergies renouvelables.

Ainsi, le portefeuille des applications métiers joue non seulement un rôle significatif dans la relation avec les clients pour expliquer les avantages de la technologie, mais il permet aussi aux gestionnaires réseaux et fournisseurs d’énergie d’offrir le meilleur mix énergétique pour contribuer à la disponibilité d’une énergie compétitive, sure et durable.

Cependant, les fournisseurs d’énergie et les gestionnaires de réseaux ne sont pas les seuls bénéficiaires des Smart grids. Grâce aux flux de données créés par cette technologie, de nouveaux modèles économiques vont apparaître, qui permettront aux entreprises de tirer parti de cette infrastructure. Cette opportunité de développement et d’innovation à partir des technologies de Smart grids s’illustre parfaitement par la décision du gouvernement français d’affecter 250 millions d’euros au développement des Smart grids dans le cadre des Investissements d’avenir. Ainsi, des organisations distinctes des fournisseurs et des gestionnaires de réseaux, telles que des fournisseurs de services de télécommunication ou de solutions technologiques, ont la possibilité de s’impliquer dans le déploiement du Smart grids en fournissant de nouvelles technologies.

Les technologies de Smart grids joueront, par ailleurs, un rôle déterminant dans le déploiement d’autres technologies à faibles émissions de carbone telles que les véhicules électriques. L’industrie automobile, les régions et collectivités territoriales ont ainsi l’opportunité d’innover dans une nouvelle « application énergétique » étroitement liée avec les Smart grids. L’adoption de la voiture électrique et le déploiement d’un réseau de points de recharge intégré avec le smart grid contribuent ainsi au stockage décentralisé d’électricité et ceci représente un outil supplémentaire pour l’équilibrage du réseau. Ainsi, le Smart grid contribue à la décarbonisation du secteur de transport.

Au cours des prochaines années, nous allons observer un changement positif et radical dans la façon dont l’énergie est produite, consommée et distribuée afin de réduire les émissions de carbone. L’es opportunités sont aussi évidentes que variées pour les entreprises qui souhaitent en tirer parti, que ce soit en innovant ou en améliorant les services qu’elles offrent à leurs clients. A terme, les Smart grids permettront aux fournisseurs, gestionnaires de réseaux et entreprises d’adapter leurs offres aux besoins spécifiques de leurs clients, pour proposer un service plus efficace et optimisé. Une évolution qui non seulement améliorera la satisfaction du client, mais contribuera également à réduire les émissions de carbone.

Pour en savoir plus :

Oracle Utilities (2010), Déploiement des Smart Grids dans la zone EMEA


Bastian Fischer
28 septembre 2011


Bastian Fischer est un expert reconnu dans l’industrie doté d’une longue expérience dans le secteur de l’énergie, dans les technologies de l’information et de la communication, la gestion client et les Smart grids.

Avant de rejoindre Oracle, Bastian Fischer a occupé plusieurs postes à responsabilité dans les domaines de la transformation du secteur énergétique aux États-Unis, en Asie-Pacifique et en Europe. Doté d’une expérience internationale très riche et d’une compréhension profonde des technologies de l’information comme moteur du changement et de l’innovation, Bastian Fischer est le Vice-president de la Stratégie industrielle pour la zone EMEA, chez Oracle Utilities.

Il dirige le comité consultatif pour la Clientèle dans le secteur de l’Énergie, donnant les lignes directrices qui permettent aux entreprises de mettre en œuvre leurs projets dans le domaine des Smart grids.




«Page 17 de 22»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Teradata" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs