Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » L’efficacité énergétique

Interview de Sophie Breton (Ignes) :

Quel est le rôle d’IGNES en matière d’efficacité énergétique ?

Une des priorités des Industries du Génie Numérique, Énergétique et Sécuritaire (IGNES) est de contribuer au développement d’un bâtiment plus durable, d’une part, par la valorisation des solutions simples et innovantes permettant des gains d’efficacité énergétique et, d’autre part, en œuvrant à la réduction de l’impact environnemental des équipements, jusqu’à leur recyclage.

IGNES préconise les solutions d’efficacité énergétique active dans les bâtiments, afin d’atteindre les objectifs de réduction des consommations d’énergie et de gaz à effet de serre. La transition énergétique doit s’inscrire dans le cadre d’une véritable stratégie industrielle porteuse d’innovations technologiques et d’emplois, en tenant compte de son impact sur les réseaux d’électricité et en plaçant l’utilisateur final au centre de cette exigence.

Dans le domaine de la réglementation thermique, IGNES prône le développement d’une approche énergétique des bâtiments dépassant l’approche purement thermique et conventionnelle. Ainsi, il est important de passer à une approche réelle de la consommation énergétique fondée sur la mesure, l’information, et la capacité à piloter.
C’est pourquoi, pour permettre une adéquation plus rapide entre production et consommation d’énergie, IGNES soutient pleinement le déploiement d’outils favorisant le développement des Smart grids comme le compteur évolué Linky pour permettre aux équipements de la maison d’informer pleinement le consommateur et de l’aider à piloter sa consommation énergétique.

Pourriez-vous nous présenter les principaux outils pour l’efficacité énergétique active dans les logements individuels, collectifs et les immeubles de bureaux ?

Il existe de nombreuses solutions disponibles qui permettent d’optimiser les consommations énergétiques et de maintenir la performance atteinte au fil du temps.

Ce sont par exemple :

  • les solutions de comptage et d’affichage des consommations : l’information donnée permet aux utilisateurs de mieux comprendre et maîtriser ses consommations d’énergie et d’investir là où les gains potentiels sont les plus importants ;
  • les solutions de régulation et de programmation du chauffage : selon une étude récente réalisée par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et le cabinet de conseil Carbone 4, ces solutions, seules ou associés à d’autres travaux, permettent des gains significatifs de l’ordre de 10 % à 30 % sur la consommation énergétique avec un temps de retour sur investissement réduit ;
  • les automatismes pour volets roulants et stores ainsi que les automatismes pour la gestion de l’éclairage : d’une part, ils engendrent des économies d’énergie et, d’autre part, ils améliorent le confort des occupants.

Comment favoriser l’appropriation de ces outils par les consommateurs ?

Il s’agit d’un enjeu fondamental. Les solutions existent bien sûr, mais ce n’est pas suffisant, il faut aussi mieux informer les consommateurs, clarifier les aides, simplifier les offres. C’est un processus long mais incontournable.

Au-delà, la question de la performance énergétique n’aura du sens que si l’on donne les moyens au consommateur de choisir les bonnes solutions et les bons travaux en fonction de ses besoins et de ses ressources. Pour être couronné de succès, l’effort de communication doit être partagé par l’ensemble des acteurs institutionnels autour de cette question (Etat, collectivités locales, associations de consommateurs, ADEME, Professionnels…). En termes de politique publique, on peut prendre exemple sur le développement du tri sélectif. Il a fallu beaucoup de pédagogie pour que chaque consommateur soit sensibilisé et devienne acteur de la chaîne.

Quels sont les leviers et les freins au déploiement de ces outils ?

Les atouts des solutions de gestion active de l’énergie sont encore mal connus notamment en rénovation. Aujourd’hui, lorsque l’on parle économies d’énergie, on pense changement de fenêtres ou renforcement de l’isolation. Or, c’est bien en associant l’isolation des bâtiments et l’intelligence des systèmes, notamment par la gestion du chauffage, que la performance sera optimale. Tous les industriels de la filière sont concernés pour mieux faire connaître ces solutions : fabricants, distributeurs, installateurs.

Par ailleurs, les textes réglementaires ne facilitent pas cette reconnaissance. Après la publication de la loi du 17 août 2016 relative à la transition énergétique pour la croissance verte qui a introduit l’installation de systèmes de gestion active lors de travaux de rénovation importants, il s’agit maintenant de décliner ces systèmes dans les arrêtés d’application et, plus particulièrement, dans les logements lors d’un changement d’équipement de chauffage mais aussi lors d’une rénovation de grande envergure qui toucherait l’isolation du bâtiment par exemple. IGNES suit de très près l’écriture des décrets et la révision des arrêtés.

Selon vous, en quoi les Smart grids contribuent-ils à l’efficacité énergétique ?

Les Smart grids sont une des clés pour rendre possible les actions d'efficacité énergétique. C’est un sujet aux enjeux forts pour notre profession qui évolue aussi avec le déploiement du compteur évolué Linky.

IGNES travaille depuis longtemps au bon fonctionnement du nouveau compteur avec les équipements à l’intérieur du logement. Linky reste un compteur, certes évolué, mais avant tout un compteur. La maîtrise de l’énergie se situe en aval de ce compteur. C’est ce que font nos entreprises tous les jours avec leurs solutions.

Si nous voulons que le compteur Linky contribue à renforcer le rôle du consommateur dans la maîtrise de ses consommations, il est indispensable d’avancer sur de nombreux points.

Pour que le consommateur bénéficie réellement des nouvelles possibilités offertes par ce compteur, il est indispensable que les équipements continuent à pouvoir utiliser les informations nécessaires à leur bon fonctionnement, comme ils le faisaient auparavant.

Il importe, également, que le nouveau compteur puisse réellement communiquer avec les équipements. C’est pourquoi nous travaillons sur la standardisation de l’émetteur radio entre Linky (ERL) et les équipements du logement, émetteur qui garantit l’interopérabilité, gage du fonctionnement des équipements en aval compteur pour permettre aux consommateurs de tirer tout le bénéfice possible.

Comment Linky peut permettre aux équipements de la maison d’informer le consommateur ?

Linky est un compteur de nouvelle génération, ceci signifie qu’il peut recevoir des ordres et envoyer des données sans l’intervention physique d’un technicien. Il va permettre de changer d’abonnement et une relève sans devoir prendre rendez-vous.

Si l’on revient à la question de l’information du consommateur, ce qui importe est de s’assurer que l’ensemble des équipements du logement continue de fonctionner et puisse apporter cette information.

L’enjeu est de taille notamment avec la nouvelle obligation à la charge des fournisseurs d’énergie introduite par la loi du 17 août 2016 relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Elle vise à mettre à disposition des consommateurs domestiques éligibles aux tarifs sociaux un dispositif déporté d’affichage en temps réel afin de transmettre les données de consommation, en euros.

Nous devons collectivement pour le bénéfice du consommateur et le bon développement du marché de l’aval compteur éviter que cette obligation n’entraîne des distorsion de concurrence Il s’agit d’éviter qu’un acteur ne préempte l’emplacement limité dédié à l’émetteur radio dans le compteur avec un système propriétaire et de faire en sorte que l’émetteur radio déployé dans le cadre de cette obligation soit standardisé.


Sophie Breton
17 mai 2016




Sophie Breton est Directeur général d’Hager France. Depuis février 2014, elle est également présidente d’IGNES, organisation professionnelle ayant pour mission de promouvoir des solutions techniques pour un bâtiment plus sobre, plus sûr, plus accessible et confortable.
Sophie Breton représente la FIEEC au sein du Conseil Supérieur de la Construction et de l’Efficacité énergétique et est membre du Conseil d’administration d’Action Logement.


IGNES, pour des solutions pour un bâtiment plus sobre, plus sûr, plus accessible et confortable.

Les Industries du génie numérique, énergétique et sécuritaire (IGNES) rassemblent 60 entreprises qui fournissent des produits et des solutions pour les bâtiments résidentiels et tertiaires. Ces entreprises de toutes tailles, grands groupes, ETI et PME, représentent 15 000 emplois directs, 80 000 emplois induits et réalisent un peu plus de 2 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

«Page 14 de 15»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Alcatel-Lucent" qui fait partie de nos 172 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs