Haut de page

Accueil » Consommateurs

Les enjeux des NTIC

Un rôle crucial pour les réseaux électriques intelligents

En France, l’importance des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) pour le développement et l’optimisation des réseaux et du système électriques a été mise en évidence grâce notamment à des consultations conduites auprès des industriels nationaux des secteurs de l’énergie et des TIC.

L’objectif est d’utiliser tout le potentiel des technologies numériques pour répondre aux nombreux défis posés au système électrique : assurer la sécurité et la qualité de l’approvisionnement en électricité, permettre la maîtrise de la demande et des pointes, ou encore faciliter l’insertion des énergies de source renouvelable.

Les NTIC joueront, donc, un rôle fondamental dans le développement des Smart grids sur l’ensemble de la chaîne de valeur en assurant, en notamment, l’interaction active entre l’amont et l’aval du compteur communicant. Par ailleurs, elles apporteront des solutions nécessaires aux réseaux (infrastructures de communication sécurisées, logiciels de pilotage, etc.) et à la maîtrise de la consommation énergétique par le biais d’afficheurs ou de boîtiers (connaissance par le consommateur de sa consommation, pilotage des appareils).

De multiples technologies de l’information et de la communication pour les Smart grids

Des efforts soutenus de R&D dans le domaine des Smart grids permettront, notamment, aux industriels français des TIC de renforcer leur capacité d’innovation et leur compétitivité. Ils devront travailler au niveau des trois « couches » technologiques mises en œuvre dans les Smart grids :

  • les infrastructures du réseau électrique (enjeux portant sur l’électronique de puissance, les systèmes électroniques de pilotage, etc.) ;
  • les infrastructures des réseaux de communication (enjeux technologiques, dans le domaine du logiciel et autour de la résilience et de la sécurité des réseaux) ;
  • les couches logicielles « supérieures » de pilotage de ces infrastructures (enjeux portant sur les architectures informatiques à déployer et sur la modélisation pour autoriser la diffusion à grande échelle).

De nombreuses technologies de communication et d’information existent déjà à ces différents niveaux technologiques pour mettre en œuvre les Smart grids : l’« Internet Protocol », le « Cloud Computing », le « Machine to Machine », etc.

Un groupe de travail rassemblant les industriels concernés dans les secteurs de l’énergie et des télécoms a été mis en place et des fonds ont été levés dans le cadre des Investissements d’avenir pour financer des projets de recherche ou de démonstrateurs communs aux deux industries.

La normalisation des processus de communication

Le travail de normalisation engagé sur le sujet des processus de communication permettra :

  • d’élaborer un écosystème harmonieux ;
  • de participer à la création d’une filière industrielle qui offrira demain aux consommateurs des modes de pilotage de leurs équipements au sein du foyer. Il s’agira, en particulier, de leur permettre de moduler leur chauffage ou de recharger « intelligemment » leur voiture électrique sans mettre en péril l’équilibre du système électrique français ;
  • et, à terme, de bénéficier de ces développements pour fédérer de façon efficace encore plus de services (eau, gaz, déchet, sécurité, mobilité) au sein du foyer.

L’intérêt de ces travaux est de fédérer les acteurs des différents secteurs afin de limiter les développements propriétaires en créant une dynamique de services aux clients finaux de façon simple, sécurisée et optimale. Si la concurrence doit permettre l’émergence d’une offre de services multiples et innovants, elle doit aussi s’appuyer sur un certain nombre d’éléments de connectivité normalisés, du fait de la diversité des acteurs intervenant dans le processus (électriciens, électronique grand public, opérateurs télécoms, énergéticiens, hydrauliciens, etc.). Ces éléments de normalisation sont au cœur des discussions entre les différentes filières.

La sécurité et la confidentialité des données

Le déploiement des technologies de l’information et de la communication sur les réseaux électriques fait peser plus d’inquiétudes sur la sécurité du système électrique et la protection des données de consommation qu’avec les réseaux électriques traditionnels.

Cependant, ces inquiétudes ne sont pas fondées. Les Smart grids permettent une auto-surveillance constante. Toute situation susceptible d’avoir un impact sur leur sécurité intrinsèque ou sur la sûreté de leur fonctionnement est détectée automatiquement. Un haut niveau de sécurité est intégré à l’ensemble des systèmes et opérations, y compris en termes de surveillance des installations physiques, de cyber-sécurité et de protection des données personnelles de tous les utilisateurs et clients.

En outre, conformément à la législation sur les données personnelles (les données de consommation d’électricité sont la propriété du consommateur), les entreprises des télécoms ont mis en place des systèmes de cryptage et d’anonymisation des informations de consommation permettant de protéger les données des clients. Elles ont, également, mis en place des systèmes de lutte contre la fraude et contre les virus (tel que l’IP).

La gestion de très grandes quantités de données

Dans le contexte de développement des réseaux électriques intelligents, la donnée est une information indispensable à la prise de décision. La traiter de manière rapide et efficace est essentiel pour le bon fonctionnement du système électrique. Il peut s’agir, par exemple, de décider d’un changement de topologie réseau sur incident, ou de l’effacement d’un client si son contrat de fourniture le prévoit, en réaction à un changement de consommation locale constatée par rapport à la prévision.

Cependant, avec l’avènement des Smart grids, et en particulier avec le déploiement des nombreux capteurs et instruments de mesure (les compteurs évolués par exemple), le volume d’informations issu du système électrique et utilisé pour le gérer devient de plus en plus important. Il faudra, donc, prévoir une architecture de réseau modulaire, évolutive et extensible.

Vous souhaitez en savoir beaucoup plus sur ce sujet ? Consultez notre dossier "Les NTIC"

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Ines" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs