Haut de page

Accueil » Territoires et projets » Europe

SUISSE

Smart grids

A la suite de l’accident nucléaire de Fukushima, le Conseil fédéral suisse (i.e. le gouvernement) a pris la décision de sortir du nucléaire. Dans ce contexte, le Conseil fédéral a publié, en septembre 2012, un document intitulé « Stratégie énergétique 2050 », qui donne le cadre et les moyens de la transition énergétique de la Suisse d’ici 2050. Afin de compenser les capacités nucléaires tout en garantissant la sécurité d’approvisionnement du pays, le Conseil fédéral mise sur l’efficacité énergétique, sur le développement de l’hydraulique et des autres énergies renouvelables, sur la production d’électricité à partir de centrales thermiques et sur les importations. Selon la « Stratégie énergétique 2050 », le succès de la transition énergétique suisse réside dans l’intensification des travaux de recherche et le développement rapide les réseaux électriques intelligents.

Dans ce cadre, l’Association Smart grid suisse (Verein Smart Grid Schweiz – VSGS), qui regroupe 13 entreprises suisses du domaine des Smart grids (gestionnaires de réseaux et fournisseurs), a publié, le 28 février 2013, un Livre blanc qui donne une définition du terme ainsi que les différentes fonctionnalités dont devront être dotés les réseaux électriques intelligents.

La définition de la VSGS est proche de celle du régulateur allemand (voir la définition de la Bundesnetzagentur dans le dossier « L’Allemagne et les Smart grids »). En effet, le Livre blanc insiste sur la différence entre la Smart energy, les Smart grids, les Smart meters et le Smart market. Selon ce rapport, le terme de Smart grid est souvent employé pour recouvrir des réalités différentes alors qu’il ne devrait être utilisé que pour désigner les réseaux. L’association indique que les différents défis devraient être considérés séparément. Le terme à utiliser pour englober les notions de Smart grid, Smart meter et Smart market (marché intelligent avec de nouveaux instruments comme par exemple des tarifs flexibles, les effacements ou le stockage d'énergie) est celui de Smart Energy.

En outre, la VSGS considère, comme le régulateur allemand, que les compteurs évolués ne constituent pas une condition préalable à la réalisation d’un réseau intelligent.

Par ailleurs, le Livre blanc donne une vue d’ensemble des différentes évolutions à venir dans le domaine des réseaux de distribution d’électricité et des mesures qui s’imposent au vu des mutations en cours dans la branche de l’énergie.

Après la publication du Livre blanc, l’objectif de l’association est d’élaborer une norme suisse pour, à terme, faciliter l’introduction des Smart grids dans le pays. Celui-ci se fonderait sur des standards internationaux indépendants des fabricants de matériel électrique.

Pour en savoir plus :

Feuille de route pour un réseau intelligent et fiche technique

Stratégique énergétique 2050 de la Suisse (en allemand)

Livre blanc de l’Association Smart grid suisse (en français)

Le site du "Verein Smart Grid Schweiz"

Compteurs communicants

En novembre 2009, l’Office fédéral de l’Énergie suisse (OFEN) a établi une liste de recommandations pour la mise en œuvre des systèmes de comptage évolués de type AMR :

  • le système devra permettre un retour fréquent des données de consommation, fournir des informations supplémentaires et laisser aux consommateurs le choix de leur moyen d’information (SMS, Internet, etc.) ;
  • les compteurs communicants devront permettre la prise en charge de fonctions complémentaires (affichage déporté, commande de l’appareil, mesures d’autres fluides) ;
  • les systèmes de comptage évolués devront garantir l’interopérabilité des matériels et technologies (compteurs, concentrateurs et systèmes).

L’expérimentation des nouveaux systèmes de comptage en Suisse repose sur une initiative privée, appelée Green Value et mise en œuvre par le fonds immobilier Realstone Swiss Property. Elle a débuté en juin 2010 dans le canton de Lausanne. En partenariat avec les Services industriels de Lausanne (fournisseur d’énergie suisse), Realstone Swiss Property a mis à disposition des locataires de 200 logements des outils de service énergétique multifluides (compteurs communicants Itron et Landis+Gyr et interfaces) qui doivent permettre aux habitants de mieux gérer leur consommation énergétique. Ce projet-pilote représente un investissement de l’ordre de 300 000 francs suisses. Le fonds immobilier a pour objectif d’étendre le programme à d’autres cantons et de démontrer la pertinence de cette approche de consommation d’énergie responsable.

Les compteurs électriques évolués font partie des mesures prévues dans la « Stratégie énergétique 2050 » de la Suisse. Une étude technico-économique, sur le modèle de celle demandée par la Commission européenne, a été menée par Bits to Energy Lab de l’École polytechnique fédérale de Zurich, Ecoplan, la société ENCO AG et la société Weisskopf Partner sur mandat de l’Office fédéral de l’énergie (OFEN). Dans cette étude, différents scénarios pour la mise en place d’un système de compteurs évolués ont été définis. L’étude évalue les incidences économiques, sociales et écologiques et donne la répartition des coûts et des bénéfices pour les différents acteurs de la chaîne de valeur.

Scénarios d’introduction du comptage intelligent

Source : OFEN

Comparaison des coûts et des avantages directs des scénarios
(en millions de francs suisses, VAN 2015 des coûts/avantages cumulés 2015-2035)

Source : OFEN

Répartition par acteur des coûts et avantages du scénario de déploiement « Introduction généralisée »
(en millions de francs, VAN 2015 des coûts/avantages cumulés 2015-2035)

Source : OFEN

Selon le rapport final de l’OFEN « Folgeabschätzung einer Einführung von Smart Metering im Zusammenhang mit Smart Grids in der Schweiz » du 5 juin 2012, le déploiement généralisé du comptage évolué est rentable du point de vue macroéconomique. Il profiterait en premier lieu aux ménages ainsi qu’aux entreprises de services et aux commerces. Le déploiement généralisé devrait, ainsi, permettre aux consommateurs d’électricité d’économiser de 1,5 à 2,5 milliards de francs suisses (soit 1,2 à 2 milliards d’euros) avec un investissement de seulement un milliard de francs suisses. Pour les gestionnaires de réseaux, les fournisseurs d’énergie et les producteurs d’électricité, les coûts dépasseraient les bénéfices, selon la réglementation en vigueur.

Le Livre blanc de l’Association Smart grids suisse (VSGS) (voir la rubrique « Territoires et projets ») présente les fonctionnalités de base des compteurs intelligents pour la Suisse. Ces fonctionnalités répondent aux recommandations de la Commission européenne (gestion des modifications de contrat à distance, données de comptage disponibles pour le client final, mesure des flux de l’énergie bidirectionnels, etc.).

Le Livre blanc évalue les différents projets pilotes existants et formule des recommandations à l’attention de différents groupes d’interlocuteurs (législateurs, fournisseurs, etc.) :

  • pour l’Institut de métrologie suisse (METAS) : s’éloigner de l’exigence de la tarification à l’intérieur des compteurs, autoriser la méthode de certification par sondage pour les compteurs évolués, permettre une mise à jour du logiciel, malgré les prescriptions de certification ;
  • pour l’OFEN : définir l’imputation des coûts des compteurs évolués ;
  • pour l’organisme responsable de la protection des données : simplifier la réglementation sur la protection des données et réduire le nombre de contraintes pour que les compteurs évolués soient économiquement exploitables ;
  • pour les fabricants de compteurs évolués : développer des solutions interopérables, standardiser l’interface pour l’accès direct par le client final et améliorer la capacité Plug & Play.

La VSGS soutient le déploiement généralisé du comptage évolué en Suisse mais indique que le recours aux compteurs intelligents n’est toutefois pas une condition préalable à la réalisation d’un réseau intelligent. Le déploiement des compteurs devra être réalisé par les gestionnaires de réseaux. La solution de base offrant les fonctionnalités minimales devra être financée par le client final, par le biais du tarif de réseau. Une période de dix ans pour un déploiement généralisé de 80 % des compteurs évolués et de vingt ans pour un déploiement généralisé à 100 % semble appropriée.

Pour en savoir plus :

Etude technico-économique du déploiement généralisé des compteurs évolués en Suisse, OFEN

«Page 13 de 13

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Toshiba" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs