Haut de page

Accueil » Territoires et projets » Annuaire des projets en France

Provence-Alpes-Côte d'Azur

Caractéristiques et histoire d’un territoire en bout de ligne du réseau de transport d’électricité

Les régions de l’Est du département du Var et l’ensemble du département des Alpes-Maritimes importent, grâce à la ligne à 400 kV partant du poste de Tavel près d’Avignon, plus de 90 % de l’électricité qu’ils consomment.

Les infrastructures qui alimentent en électricité les Alpes-Maritimes sont aujourd’hui constituées par deux axes :

  • l’axe Sud, composé d’une ligne double circuit en 400 kV ;
  • l’axe Nord, composé de deux lignes simple circuit de 225 kV et 150 kV.

Dès les années 1980, le problème de sécurisation de l’alimentation électrique de la région PACA avait été mis en avant et avait donné lieu, en 1998, à un débat public au cours duquel un projet de sécurisation de l’alimentation électrique de l’Est de la région PACA avait été proposé. Ce projet baptisé « Boutre-Broc Carros »  visait à :

  • renforcer la ligne Nord qui devait passer de 225 kV à 400 kV ;
  • supprimer la ligne 150 kV ;
  • associer aux travaux sur les lignes un programme de Maîtrise de la demande en électricité (MADE) et de développement des énergies renouvelables (DER), piloté par un groupement d’intérêt public GIPMADEDER ;
  • et ainsi assurer le bouclage et la sécurisation de l’alimentation électrique du département en 400 kV par le Nord ou le Sud de la région, et la maîtrise des consommations à l’extrémité du réseau.

La déclaration d’utilité publique de ce projet avait été prise par un arrêté interministériel en date du 2 décembre 2005.
Cette déclaration d’utilité publique  a été annulée par le Conseil d’Etat le 10 juillet 2006 et le protocole du Plan Eco Énergie préfigurant les travaux du GIPMADEDER est arrivé à son terme le 31 décembre 2006.

Outre ces problèmes d’infrastructures, des facteurs spécifiques à la région aggravent la situation électrique de ce territoire :

  • les rejets atmosphériques des centrales d’appoint. Lors des pointes de consommation et pour lever les contraintes de transits, RTE appelle des centrales de production locales (Gardanne, Ponteau-Martigues) qui fonctionnent au charbon et gaz ;
  • la sensibilité aux incendies de forêt nécessite des coupures d’électricité par mesure de sécurité ;
  • les coûts de production, liés à la faiblesse du réseau de transport, sont intégrés aux coûts de transport.

Le Grenelle départemental de l’Énergie du 17 novembre 2008

Étant données les caractéristiques naturelles du territoire, la ligne principale d’alimentation de l’Est de la région PACA, depuis le poste de TAVEL, d’une longueur de près de 300 km, traverse des zones à fort risque d’orage, d’incendie, de neige et d’inondation. Ces dernières années, ces contraintes naturelles ont conduit à plusieurs délestages importants de la part de RTE, ainsi qu’a des blackouts majeurs.

  • le 3 novembre 2008, la foudre a endommagé le réseau de transport et privé d’électricité le département des Alpes-Maritimes pendant plusieurs heures ;
  • le 30 juillet 2009, un violent incendie dans les Bouches du Rhône, a privé d’électricité l’Est de la région PACA. De fait, les Alpes-Maritimes ont été privées d’électricité pendant plus d’une heure.

Ces coupures, qui auraient pu avoir des conséquences dramatiques, n’ont heureusement pas fait de victime. Cependant, elles ont souligné, une nouvelle fois et avec une acuité particulière, que l’alimentation électrique des Alpes-Maritimes n’est pas sécurisée.

Compte tenu de cette situation, le président du Conseil général et député-maire de Nice, Monsieur Christian ESTROSI, a sollicité une intervention ministérielle pour obtenir un règlement urgent et définitif de la situation. Un Grenelle départemental de l’Énergie a ainsi été organisé et a rassemblé près de 200 personnes.

Le Grenelle départemental de l’Énergie a été l’occasion pour le président de RTE de confirmer que la situation de l’Est de la région PACA est critique. Il a par ailleurs constaté que, même si la zone de fragilité de 6 000 MW en 2008 est ramenée à 3 000 MW en 2014, l’Est du Var et les Alpes-Maritimes ne seront toujours pas sécurisés.

Le contrat d’objectif de l’alimentation en électricité PACA Est

Dans la continuité des travaux du Grenelle départemental de l’Énergie, un contrat d’objectifs a été signé le 21 janvier 2011 entre l’État, la Principauté de Monaco, le Conseil régional, les Conseils généraux du Var et des Alpes-Maritimes, RTE Région Sud-Est, l’ADEME et l’EPA Eco-vallée.

Les objectifs de ce contrat sont :

  1. une réduction de 15 % des consommations électriques d’ici fin 2013, par rapport au scénario tendanciel, en poursuivant les objectifs du Grenelle de l’environnement (réduction de 20 % des émissions de gaz à effet de serre et amélioration de 20 % de l’efficacité énergétique à l’horizon 2020) ;
  2. une production locale d’électricité à partir d’énergies de sources renouvelables qui devra représenter 15 % de la consommation d’énergie finale d’ici fin 2012 et 25 % à l’horizon 2020 (23% selon le Grenelle de l’environnement), contre 10 % actuellement.

Ce contrat d’objectifs devrait permettre d’investir plusieurs centaines de millions d’euros dans les domaines de la MDE et de la production locale d’électricité à partir d’énergies renouvelables. Pour mémoire et indépendamment des fonds consacrés aux opérations aidées, une enveloppe de 26 millions d’euros a été bloquée et réservée au Plan Éco-Énergie (PEE) Est PACA sur la période 2009-2013.

Mesures mises en place par le Conseil général des Alpes-Maritimes de 2005 à aujourd’hui

Le 28 octobre 2005, l’Assemblée départementale a validé et adopté le Plan Départemental Énergie 2005-2010 concernant :

  • l’aide aux particuliers pour des équipements de production d’énergies renouvelables (EnR) ;
  • le renforcement de l’aide aux collectivités pour les opérations concernant les EnR ;
  • l’aide aux exploitants agricoles désirant investir dans des productions thermiques à partir du bois énergie.

Cette politique a rencontré un grand succès puisque plus de 12 000 dossiers de demande de subventions de particuliers ont été reçus et acceptés par les services départementaux, pour un investissement de près de 32 millions d’euros.

Plus de 800 dossiers de demandes de subvention de collectivités ont fait l’objet d’un avis circonstancié au contexte énergétique du territoire. Parallèlement et plus spécifiquement pour le secteur de la construction, le guide HQE® des Alpes Maritimes contient un volet lié à la précarité énergétique.

Parallèlement, le Conseil général a lancé, le 25 juin 2008, une étude dont l’objet était le recensement des installations (actuelles en état de fonctionnement, à l’arrêt, en projet ou à étudier) susceptibles de générer une production décentralisée d’électricité, injectable sur le réseau. Elle a également établi que l’augmentation de la consommation entraînerait un accroissement de la pointe. Celle-ci atteindrait en 2020 environ 3 000 MW en hiver vers 19 heures, et 2 300 MW en été vers 14 heures.

Le potentiel de développement de la production d’électricité à partir d’EnR ne pourra, donc, pas, à lui seul, répondre au problème d’alimentation électrique du département et devra obligatoirement être accompagné par :

  • des renforcements de réseau, et notamment la construction de 3 lignes de 225 kV ;
  • le changement des câbles électriques, pour augmenter la capacité de transport ;
  • la mise en œuvre d’une politique de MDE et de gestion intelligente des pics de consommation.

A la suite de la mise en place du contrat d’objectifs pour la sécurisation de l’alimentation électrique, cinq sous-groupes de travail thématiques ont permis d’établir un programme d’actions, finalisé en novembre 2010, sur différents sujets :

  1. élaboration d’un cahier des charges spécifique à la MDE et à la production locale d’électricité pour l’accélération de la mise en place des CPE ;
  2. intervention sur les aspects tarifaires et règlementaires des dispositifs permettant l’essor de la production locale ;
  3. programme de communication et d’actions en faveur de la MDE, notamment en période de pointe ;
  4. renforcement des filières économiques liées aux travaux de MDE et d’EnR avec le support du Pôle de Compétitivité CAPENERGIES et de la CCI Nice Côte d’Azur dans les domaines de la sensibilisation, du développement de solutions innovantes et la formation des milieux professionnels ;
  5. facilitation de projets et de solutions innovantes sur le territoire de l’Opération d’Intérêt National de l’Eco-Vallée de la Côte d’ Azur, portée par l’ EPA Plaine du Var.

Plan d’action Energie de la CCI Nice Côte d’Azur

Les entreprises de la Côte d’Azur représentent environ 50 % de la consommation annuelle d’électricité du département des Alpes-Maritimes. De plus, l’approvisionnement en électricité est un enjeu vital pour de nombreuses entreprises azuréennes dans les domaines de l’industrie, de la pharmacie, de la chimie ou du high-tech, pour lesquelles une alimentation électrique non sécurisée peut provoquer des pertes considérables.

Pour poursuivre et approfondir les actions du contrat d’objectifs, la CCI Nice Côte d’Azur s’est engagée à mettre en place un plan d’actions global, en collaboration et avec le soutien du Conseil général des Alpes-Maritimes, de l’ADEME PACA, du FEDER, de Capénergies, de Team Côte d’Azur et d’autres partenaires.

19 actions ont été identifiées, dont 6 pour le développement des EnR, 9 pour la MDE et 4 pour la structuration des filières économiques, dont la principale est le développement de la filière Smart grids. Il constitue une réponse aux problématiques de « péninsule électrique » que rencontre la Côte d’azur.

La CCI Nice Côte d’Azur a pour objectif de développer l’ensemble de la filière autour de 4 grands axes fédérateurs, chacun porté par un groupe de travail spécifique :

  1. inciter les fabricants à mettre en œuvre les solutions et innovations sur la Côte d’Azur ;
  2. devenir un centre de référence pour le développement de standards sur les Smart grids ;
  3. favoriser le partage d’expérience et des bonnes pratiques des 8 projets du territoire ;
  4. encourager les acteurs à se rencontrer sur la Côte d'Azur dans le cadre de conférences et de salons.

La filière peut s’appuyer sur de nombreux atouts territoriaux :

  • l’Opération d’Intérêt National (OIN) « Eco-Vallée », visant à accélérer le rayonnement international de la Plaine du Var et à orienter son développement sur les écotechnologies. Ses infrastructures ont pour objet d’être une vitrine pour la mise en œuvre de systèmes Smart grids ;
  • Sophia Antipolis, technopôle de renommée mondiale pour les télécoms, qui travaille déjà largement sur le sujet, par le biais notamment de l’ETSI, l’ADEME, le CSTB, l’École des Mines ParisTech, le CNRS, Télécom ParisTech ;
  • un tissu de grandes entreprises (IBM Solution Center, Orange Labs, Schneider Electric, ST Ericsson) et de PME-PMI (certaines sont lauréates de concours ministériels) spécialistes du sujet ;
  • des pôles de compétitivité spécialisés dans les TIC et les technologies vertes : SCS et Capénergies, ce dernier étant le chef de file du projet PREMIO, unique projet Smart grids actuellement en fonctionnement en France ;
  • des projets structurants de portée nationale, voir européen, en cours de construction : le projet Nice Grid et le projet Reflexe ;
  • de multiples autres projets, soutenus par la région PACA, par les collectivités locales et/ou par les industriels eux-mêmes.

Au total, ce sont plus d’une centaine de chefs d’entreprise, professionnels et décideurs publics qui participent à cette action. Cependant, la difficulté de l’émergence de cette filière est double.

D’une part, les bénéfices économiques des Smart grids sont répartis tout au long de la chaîne de valeur allant de la production, au stockage, au transport, à la distribution et à la fourniture de l’électricité, ce qui rend les schémas d’investissement complexes et difficiles à monter. Les projets en cours, Nice Grid et Reflexe, cherchent à lever cette difficulté.

D’autre part, c’est un secteur encore naissant et l’atteinte d’une masse critique, la nécessité de développer des normes et, plus généralement, la nécessité d’une visibilité à long terme sont nécessaires pour accélérer le développement des Smart grids. Et c’est précisément pour répondre à ce deuxième point que la CCI Nice Côte d’Azur a mis en place les groupes de travail décrits précédemment.

La démarche Smart grids de la Côte d’Azur

Rédaction d’une charte Smart grids

La CCI Nice Côte d’Azur a eu la vision stratégique de s’impliquer activement depuis début 2010 pour amorcer la filière d’avenir que représentent les Smart grids. A la suite d’une étude d’opportunité, un plan de développement de la filière Smart grids azuréenne a été lancé fin 2010.

L'action phare de ce plan était l'élaboration de la Charte Smart grid Côte d'Azur, proposant des solutions pour l'aménagement d'un Ecoquartier innovant. L'élaboration de cette charte a été conduite de manière participative, en collaboration avec la Métropole Nice Côte d’Azur et l’EPA Plaine du Var mais aussi avec 36 partenaires industriels ou institutionnels.

Pour en savoir plus :

Charte Smart grids de la Côte d’Azur

Création d’un club Smart grid Côte d’Azur

La création du Club Smart grid Côte d’Azur par la Chambre de Commerce et d’Industrie Nice Côte d’Azur (CCINCA) s’inscrit dans la continuité des actions qu’elle mène sur ce sujet depuis 2010 (Charte Smart grid Côte d’Azur, animation locale de la filière, travail de communication sur les projets et entreprises azuréennes).

Les objectifs du Club Smart grids Côte d’Azur sont multiples :

  1. La CCINCA souhaite accélérer la montée en compétence des entreprises azuréennes dans le domaine des Smart grids ;
  2. La CCINCA souhaite notamment aider les PME innovantes et leur donner une visibilité régionale, nationale et internationale, ainsi qu’un appui dans leurs projets de développement ;
  3. La CCINCA souhaite mettre en évidence des gisements de croissance et d’emplois, et souhaite travailler à l’accompagnement de l’évolution des filières techniques professionnelles ;
  4. La CCINCA estime que le Département et la Région peuvent tirer une part importante des objectifs de 10000 emplois fixés par les pouvoirs publics et la NFI REI et en tirer un avantage pour bénéficier d’une partie significative des investissements faits dans ce cadre.

La CCINCA défini les Smart grids comme des réseaux d’énergie intelligents. Toutes les énergies sont visées dans cette définition, électricité, gaz, chaleur, froid, eau géothermale, etc. ainsi que toute la chaîne de valeur des acteurs travaillant autour de ces énergies : production, transport, distribution, consommation, agrégation, gestion, relation client. En effet, l’adaptation du système énergétique passe par la valorisation de l’ensemble des énergies et des infrastructures présentes sur les territoires et par le développement d’une coopération entre les différentes énergies et les réseaux.

Pour atteindre ces objectifs, 4 commissions ont été créées :

  • commission « Prescription » : elle vise à concevoir des outils pour aider le monde des acteurs du bâtiment, notamment au niveau de la prescription, dans la conception, construction et l’exploitation de solutions Smart pour le bâtiment ;
  • commission « Retour des Démonstrateurs » : son but est d’harmoniser la nomenclature de la cartographie des projets existants en fonction des autres actions de cartographie nationales et européennes, et sur le modèle créé, de réaliser des fiches sur les 15 projets du département ainsi que de mettre en valeur les entreprises et acteurs y participant ;
  • commission « Communication » : elle vise à sensibiliser les donneurs d’ordre, publics et privés, sur les enjeux et avantages des solutions Smart, afin de soutenir le marché. Elle se fonde entre autres sur les travaux réalisés par les autres commissions ;
  • commission « Formation » : son but est de cartographier et soutenir l’offre de formation afin d’accompagner l’évolution rapide et la montée en compétence des métiers de la filière.

Pour en savoir plus :

Page Smart grids de la Chambre de commerce et d’industrie de Nice Côte d’Azur

Liste des projets

CityOpt
Renforcer le développement durable en ville

Ecofamilies
Encourager les comportements éco-responsables chez les familles

ECOFFICES
Un challenge énergétique dans une entreprise tertiaire mettant en œuvre des technologies de l’information et de la communication

Flexgrid
Contribuer au déploiement à grande échelle de solutions technologiques Smart Grids

GreenFeed
Garantir l’itinérance entre les bornes de recharge des véhicules électriques et les services associés en France et en Europe

Green Me
Améliorer l’intégration des EnR pour renforcer la sécurité du système électrique

GRIDTEAMS
Gestion et réduction de la consommation d'électricité à l’aide des compteurs électriques intelligents

Janus
Un projet innovant d’optimisation énergétique à la maille locale

Jupiter 1000
Développer le power-to-gas pour stocker l’électricité renouvelable excédentaire

Ma ville est au courant
Un écoconcours pour réaliser le maximum d'économies d'énergie

NICE GRID
Démonstrateur de quartier solaire intelligent en vraie grandeur

PREMIO
Le 1er démonstrateur de Smart grids en France

PREMIO+
Suite de Premio

REFLEXE
Projet de recherche sur le modèle d’agrégateur

SENSOMI
Développer et mettre en œuvre un nouveau type de dispositif plus incitatif pour les consommateurs dans la maîtrise de leur demande en énergie

Smart campus de Nice Sophia Antipolis
Mise en place sur des campus universitaires d’un réseau électrique intelligent expérimental

Smart Med Parks
Améliorer l’efficacité énergétique des parcs scientifiques et technologiques

TELEWATT
La recharge des véhicules électriques à partir de l’éclairage public

TICELEC
Projet de recherche sur les barrières aux économies d’électricité et sur la consommation durable



«Page 103 de 148»

Annuaire des projets en France

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Akuo Energy" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs