Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Le Japon et les Smart grids

Point de vue de Ryusuke Hayashi (Nissan) :

Sur le sujet des Smart grids ou Smart communities, en tant que constructeur automobile, Nissan ne joue qu’un rôle infime, mais ce rôle est tout de même important.

Pour Nissan, la définition de Smart correspond à la notion d’efficacité. L’efficacité permet la durabilité. C’est pourquoi Nissan crée et produit des véhicules 100 % électriques. 200 000 véhicules électriques ont été vendus depuis 2010. Le tout premier véhicule électrique de Nissan fut construit en 1947.


Source : Nissan

Au Japon, le tremblement de terre et le tsunami de mars 2011 ont provoqué de grands bouleversements. De nombreuses victimes, toutes les lumières se sont éteintes, les feux de signalisation ne fonctionnaient plus, il n’y avait plus de chauffage, etc. Une grande partie de ces problèmes n’ont pas encore trouvé de solutions parce que le gouvernement a décidé de mettre à l’arrêt toutes les centrales nucléaires du Japon et depuis, seules quelques-unes d’entre elles ont été remises en fonctionnement.

Au moment précis où toutes les centrales nucléaires ont été arrêtées, des interruptions d’alimentation (black-outs) ont été planifiées, privant chaque quartier et chaque ville d’électricité à certains moments dans la journée. C’est à ce moment-là que les utilisateurs ont réalisé à quel point l’électricité était utile à la vie de tous les jours.

Le graphique suivant montre le temps de rétablissement pour chaque infrastructure : plusieurs mois pour le gaz contre seulement quelques jours pour l’électricité. Cela montre bien que l’électricité est une infrastructure très importante.


Source : Nissan

Au moment où les centrales électriques ont été fermées, les autorités ont fait le constat qu’il n’y aurait pas assez de production pendant l’été.


Source : Nissan

À Tokyo, la consommation avait été estimée à 60 000 MWh, mais l’énergie disponible n’était que de 56 000 MWh. Différentes solutions ont été proposées : écrètement de la pointe, déplacement de la pointe. Mais personne ne savait pas comment le mettre en place.


Source : Nissan

Nissan a proposé d’utiliser le véhicule électrique comme moyen de stockage et a développé le « Leaf to home », un système de « vehicle to grid ». Depuis ce lancement, les Japonais achètent, la plupart du temps, le système permettant également d’utiliser dans la maison l’énergie accumulée dans la batterie du véhicule.


Source : Nissan

Sur le graphique ci-dessous, la ligne grise représente la consommation moyenne d’énergie entre août et septembre. La ligne verte représente la consommation des consommateurs très économes et la ligne orange représente la consommation de la maison avec le système « Leaf to home ».

Ce système permet de stocker l’électricité photovoltaïque produite dans la journée dans la voiture et de la réutiliser la nuit. Il devient de plus en plus courant au Japon : les banques l’utilisent pour faire en sorte que leurs distributeurs de billets fonctionnent 24 heures sur 24, les cliniques privées qui n’ont pas leur propre groupe électrogène de secours également.


Source : Nissan

Les grands immeubles sont très intéressés pour économiser l’énergie, voire pour devenir à énergie positive. C’est pourquoi Nissan a développé des systèmes permettant de raccorder plusieurs véhicules électriques pour avoir plus de puissance disponible. Grâce à ce système, les immeubles peuvent économiser 5 % de leur consommation d’électricité.


Source : Nissan

Ce système a été mis en place en réponse aux évènements de Fukushima, mais maintenant que le système est disponible, il peut être utilisé pour d’autres applications.

Les importations de gaz naturel au Japon ont augmenté très fortement à la suite de l’arrêt des réacteurs nucléaires. Cela a eu pour conséquence d’accroître très fortement les émissions de CO2. Dans le même temps, la production d’électricité d’origine photovoltaïque a augmenté. Cette production solaire est très variable et il est difficile de prévoir le volume de production.

Pour stabiliser cette production variable, des moyens de pointe polluants (turbines à combustion) étaient traditionnellement utilisés. La mutualisation des batteries en usage stationnaire permet de résoudre certains de ces problèmes.

De même, beaucoup de Japonais ont installé des panneaux solaires pour bénéficier des tarifs d’achat avantageux. Mais ces tarifs ne sont valables que dix ans. Dans dix ans, ces Japonais seront confrontés au problème de perdre leur électricité renouvelable autoproduite. Grâce à ces batteries, Nissan leur offre la possibilité de la stocker.


Source : Nissan

Nissan teste aussi dans des démonstrateurs le demand response grâce à ses batteries.


Source : Nissan

Ryusuke Hayashi
1 décembre 2015






Ryusuke Hayashi est Responsable Electric Vehicle Business & Battery Sales, Battery Business Unit de Nissan Motors Corporation.



«Page 9 de 10»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Alcimed " qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs