Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les NTIC

Interview de Marc Jalabert (Microsoft) :

Comment intervenez-vous dans le domaine des systèmes d’information appliqués aux Smart grids ? Quels sont les projets sur lesquels vous travaillez en France et en Europe ?

Les Smart grids sont, par définition, à la convergence des mondes de l’énergie et des technologies de l’information. Les systèmes d’information sont déjà massivement sollicités à tous les niveaux : production, transport, distribution et consommation. Le passage d’environnements comprenant aujourd’hui des dizaines de grands sites de production à des environnements comprenant demain des centaines de milliers, voire des millions de sources d’énergies, va décupler le besoin en puissance informatique pour équilibrer l’offre et la demande en temps réel. Il y a des parallèles très intéressants à faire avec la révolution des réseaux télécoms provoquée par Internet et la téléphonie mobile. On étend des architectures hiérarchiques et « top-down » vers des modèles répartis, avec des capacités de « bottom-up » et de « peer to peer » (communications points à points). Le protocole IP (Internet Protocol) a été un facteur d’accélération majeur dans la standardisation des réseaux Internet et on peut se poser la question de son équivalent dans le domaine des Smart grids.

Le numérique va, également, être appelé à jouer un rôle central du côté des utilisateurs. Imaginons par exemple le scénario suivant : le soir, pendant qu’elle me ramène chez moi, ma voiture électrique va interroger automatiquement mon agenda électronique, les cartes routières et les prévisions de circulation et en déduire le niveau de charge nécessaire à mes déplacements du lendemain. Elle consultera ensuite la planification des tarifs de l’électricité de mon domicile pour la nuit à venir, afin d’optimiser le coût final de la charge. Pour y parvenir, plusieurs systèmes (voiture, agenda personnel, maison) devront s’interfacer automatiquement en délivrant l’expérience utilisateur la plus simple et intuitive possible. Et ce n’est qu’un scénario parmi des centaines envisageables.

Que ce soit, donc, au niveau des réseaux ou à leur périphérie, les Smart grids font appel aux différentes infrastructures informatiques au cœur de l’offre de Microsoft : environnements répartis, base de données, outils de communication et de collaboration, plateformes applicatives, technologies Internet, interfaces utilisateur et terminaux de tous types.

La stratégie de Microsoft est de collaborer activement avec les grands acteurs du secteur des Smart grids pour faciliter l’intégration de ses plateformes à leurs solutions verticales. Plusieurs partenariats R&D majeurs peuvent être mentionnés avec Alstom Grid, ESRI, Itron et Schneider/Telvent notamment.

Quel est votre stratégie en matière de développement de normes dans le domaine des systèmes d’information ?

Microsoft envisage l’émergence d’un écosystème « énergie intelligente » (« Smart Energy Ecosystem ») beaucoup plus large et complexe que le seul domaine des Smart grids. Cet écosystème sera composé de milliers d’entreprises qui collaboreront avec les grands acteurs du secteur pour innover à tous les niveaux.

Dans ce contexte, et pour faciliter la compréhension des enjeux, Microsoft a publié un guide de référence pour l’écosystème Smart Energy, le guide SERA (Smart Energy Reference Architecture) qui peut être consulté ici : http://www.microsoft.com/enterprise/industry/power-utilities/solutions/smart-energy-reference-architecture.aspx

Quelles sont vos préconisations en matière d’accès et de sécurisation des données dans le domaine des Smart grids ?

Sécurité des données et protection de la vie privée sont deux enjeux majeurs de la société numérique et des environnements Smart grids par extension. Sans préjuger des contraintes spécifiques aux environnements Smart grids, les bonnes pratiques en vigueur sur Internet peuvent donner des directions à envisager.

Microsoft compte parmi les rares acteurs du secteur à assurer à ses utilisateurs un niveau très élevé de protection des données personnelles. Parce que légiférer sur ces questions prend du temps, nous avons anticipé en considérant qu’il relevait de notre responsabilité de nous appliquer volontairement trois règles contraignantes en matière de conservation et de collecte des données personnelles des utilisateurs :

  • transparence : savoir précisément quelles données personnelles sont susceptibles d’être collectées, à quel moment, et surtout à quelle fin. Microsoft s’engage à fournir aux utilisateurs ces informations, disponibles sur l’ensemble de ses services ;
  • contrôle : pouvoir décider qui peut accéder aux données personnelles et autoriser leur utilisation. L’utilisateur a, par exemple, le choix d’accepter ou de refuser les publicités en lien avec ses centres d’intérêt ;
  • sécurité : protéger les données par des règles de collecte et de conservation extrêmement strictes.

Les services de Microsoft, comme ses partenaires, ne peuvent pas corréler les informations identifiantes, comme le nom, l’adresse e-mail, le numéro de téléphone, etc., et les données liées à l’utilisation d’Internet – mots-clés recherchés, pages vues, etc. Ces deux types d’informations sont stockés séparément et la communication entre les deux est rendue impossible par un algorithme de sécurité irréversible.

A la suite d’une demande du Groupe de l’Article 29 (rassemblement des CNIL européennes) Microsoft a, également, décidé d’opérer la suppression totale et définitive de l’adresse IP au bout de six mois s’agissant des données de connexion des internautes lors de leurs recherches sur le web, et ce jusqu’au dernier octet, seule méthode à même de garantir l’anonymat des requêtes des internautes. Le reste de l’industrie n’a pas encore suivi cette voie.

Quelle est votre contribution au projet IssyGrid ?

Le projet IssyGrid est particulièrement innovant sur le fond et la forme et Bouygues Immobilier réalise un travail remarquable d’orchestration. Microsoft est un acteur parmi dix et, comme les autres membres du consortium, Microsoft investit et réalise du « design to cost » (sans marge, en optimisant au maximum les coûts ) en mobilisant ses meilleures ressources techniques et marketing. Le projet est une opportunité unique de repousser les limites et d’apprendre à un rythme soutenu.

Microsoft intervient à plusieurs niveaux :

Le siège social français de Microsoft est situé à Issy les Moulineaux et il va, donc, naturellement être « branché » sur IssyGrid pour tester plusieurs types de scénarios : pilotage intelligent des infrastructures, résidentiel avec notre « appartement numérique » (appartement de démonstration d’usages numériques et domotique – avec chambre, salon et vraie cuisine), navettes électriques (deux navettes circulent tous les jours entre le siège et les stations de transport en commun), centre de données informatique, tertiaire (restaurants d’entreprise).

Plusieurs partenaires du consortium comme Alstom, Bouygues Telecom et Schneider Electric commercialisent déjà des offres basées sur les plateformes Microsoft et nous allons capitaliser sur le projet pour les faire évoluer ensemble.

Microsoft va solliciter des designers pour concevoir des interfaces grand public avancées très simples à comprendre et à utiliser.

Enfin et surtout, nous portons avec Steria la responsabilité de l’architecture IT globale du projet.

En quoi consiste le cloud computing et en quoi peut-il être appliqué aux Smart grids ?

La promesse du cloud computing réside dans un accès simplifié à des ressources informatiques quasiment illimitées, à la demande et à un coût compétitif.

Le cloud est, donc, une technologie particulièrement bien adaptée aux besoins des Smart grids en termes de capacité de traitement de données et d’interconnexion de systèmes hétérogènes et répartis.

IssyGrid s’appuie sur une architecture cloud pour faciliter l’intégration de la multitude de systèmes à interconnecter, pour fournir de la puissance informatique à la demande aux services spécifiques, et pour simplifier l’accès aux données publiques.

Trois niveaux de données sont en effet définis dans le cadre du projet :

  • les données privées des entreprises ou des particuliers qui ne seront jamais partagées ni publiées, sauf en cas de consentement explicite ;
  • des données partagées entre les membres du consortium et utilisées pour la bonne exécution des services IssyGrid (par exemple les prévisions météo) ;
  • des données publiques disponibles en mode ouvert « Open Data » (par exemple l’historique météo).

IssyGrid s’appuiera sur le cloud pour faciliter l’accès aux données publiques et potentiellement permettre à tout un écosystème d’entreprises innovantes de tirer parti de ces données pour inventer de nouveaux services. Le projet est l’occasion de mettre en place une structure de données garantissant sécurité et confidentialité, d’identifier les données à vocation publique et de définir des interfaces ouvertes afin d’obtenir un retour d’expérience d’un écosystème innovant.

IssyGrid sera à la pointe de l’innovation cloud pour les Smart grids.

Plus d’informations sur l’apport du cloud computing au domaine de l’énergie peut être obtenu ici : http://download.microsoft.com/download/8/D/4/8D4988FF-4D1B-4B21-ABD4-95AB10CADB5B/IT%20for%20Energy-Smart%20Cities.pdf

Quelles différences existe-t-il dans le développement des technologies de l’information et de la communication (TIC) pour les réseaux électriques intelligents entre l’Europe et les États-Unis ?

La différence principale semble résider dans le nombre de projets pilotes et de démonstrateurs. Les États-Unis sont dans une démarche empirique et pragmatique et créent un contexte dans lequel de nombreuses approches différentes vont pouvoir être testées et un grand nombre d’acteurs mobilisés. Cet esprit pragmatique existe aussi en France : le projet IssyGrid en est la preuve.


Marc Jalabert
22 mars 2012


Marc Jalabert, est le directeur de la division Grand Public et Opérateurs de Microsoft France, division qui regroupe les canaux de distribution des solutions grand public de Microsoft, en particulier Windows, Office, Windows Phone et Xbox/Kinect.

Marc Jalabert possède un diplôme d’ingénieur informatique de l’ENSEEIHT et un MBA de l’INSEAD. Il est membre du conseil d’administration de l’AFDEL (Association Française des Editeurs de Logiciel), du conseil d’orientation de l’ENSCI (Ecole Nationale Supérieure de Création Industrielle) et représente Microsoft au sein du consortium IssyGrid.

Fondée en 1975, Microsoft est le leader mondial du logiciel. La société développe et commercialise une large gamme de logiciels, accessoires et services à usage professionnel et domestique. La mission de Microsoft est de mettre son expertise, sa capacité d’innovation et la passion qui l’anime au service des projets, des ambitions et de la créativité de ses clients et partenaires, afin de faire du numérique leur meilleur allié dans l’expression de leur potentiel.
Microsoft | Environnement : http://www.microsoft.com/environment/
Microsoft | Smart Grids : http://www.microsoft.com/enterprise/industry/power-utilities/solutions/delivery-smart-grid.aspx
«Page 17 de 18»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Compagnie Nationale du Rhône" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs