Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les objets connectés

Interview de Benoit Bellavoine (XP Digit) :

Vous avez remporté le premier prix régional du concours d’innovation 2015 organisé par Enedis dans le cadre du plan « Réseaux électriques intelligents » de la Nouvelle France industrielle sur la thématique « Capteurs et objets connectés au service de l’observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d’électricité ». Pouvez-vous nous expliquer en quoi ce concours consistait ?

Autour d’une thématique à la fois précise et extrêmement ouverte (« Capteurs et objets connectés au service de l’observabilité et du pilotage du réseau public de distribution d’électricité »), Enedis a lancé un challenge : comment des start-ups de tous horizons (spécialisée ou non dans le secteur de l’industrie et de l’énergie) pouvaient mettre à profit leurs produits et services pour améliorer l’observabilité et le pilotage du réseau de distribution d’électricité ?

Les participants devaient donc proposer un projet (et non une idée) viable et testable sur le terrain avec une échéance de 12 mois. Ce n’était pas un concours d’idées mais bien un challenge d’innovation et de transfert technologique. L’objectif pour Enedis était de passer à la phase terrain le plus rapidement possible et d’accompagner les lauréats dans leur phase d’industrialisation.

La participation à ce concours entrait dans la logique de développement stratégique de XP Digit : l’entreprise « fait parler les objets », alors pourquoi ne pas faire parler les réseaux ? Toute l’équipe XP DIGIT a travaillé sur le sujet et a remis un dossier de candidature avec le projet « Smart poste » : comment rendre communicants les postes électriques HTA/BT et comment assister les techniciens lors de leurs interventions sur ces postes en utilisant le socle d’applications de XP Digit existant et les objets connectés de prédilection de l’entreprise : les Beacons (qui sont de petits capteurs transmettant leurs informations localement, grâce à une communication Bluetooth).

Quelques semaines plus tard, XP Digit a remporté la finale régionale, son projet répondant en effet à une problématique réelle d’Enedis.

XP Digit travaille maintenant avec Enedis sur Smart poste ainsi que sur d’autres projets innovants, ayant notamment pour objectif d’améliorer la sécurité et la prévention des risques lors des interventions sur le réseau, au sein de postes sources notamment.

Pouvez-vous nous présenter le fonctionnement et les avantages de votre technologie ?

Le fonctionnement est relativement simple. XP Digit voit la relation technicien-poste électrique comme une relation médecin-patient. XP Digit doit donc constituer le « dossier patient » du poste électrique afin que le technicien (son médecin) soit en mesure d’assurer son entretien et de maximiser sa longévité.

XP Digit conçoit donc un « boîtier communicant » à placer à l’intérieur des postes HTA/BT. Ce boîtier, autonome, est truffé de capteurs afin de surveiller en continu l’intérieur du poste (émissions de gaz, température, intrusion, défaut de tension, etc.) et envoie ces données en continu au centre de contrôle (grâce à des communications basées sur les protocoles Sigfox ou LoRa). XP Digit constitue le dossier patient du poste.

En parallèle, XP Digit développe une application mobile pour les techniciens fonctionnant sur tablette ou smartphone. Cette application est un véritable assistant pour le technicien : historique des interventions de maintenance, autodiagnostic du poste, rappel des procédures et consignes de sécurité, compte rendu d’intervention, etc.

La valeur ajoutée de cette technologie se situe dans la contextualisation de cet échange poste-technicien. Avec l’aide d’un petit Beacon positionné dans le poste, XP Digit le rend intelligent, c’est-à-dire que XP Digit donne la possibilité au poste de « voir » le technicien arriver. Le poste peut ainsi lui transmettre toutes les informations le concernant et peut guider le technicien pendant son intervention. Comme un patient parlerait à son médecin !

Les 2 principaux avantages sont :

  • le coût relativement faible d’équipement des postes électriques ;
  • l’utilisation de technologies qui ont déjà fait leurs preuves dans d’autres secteurs : applications mobiles et beacons (le risque est modéré).

En quoi cette technologie constitue-t-elle une technologie de Smart grids ?

Le projet Smart poste entre dans la logique Smart grids dans le sens où il utilise des technologies électroniques et digitales ayant fait leurs preuves pour rendre le réseau plus intelligent au niveau des nœuds que sont les postes HTA/BT. En rendant ces postes communicants, l’objectif est une diminution des coûts de maintenance et une meilleure réactivité des techniciens limitant ainsi les temps de coupure éventuels.

Comment cette technologie améliorera-t-elle le fonctionnement des réseaux publics de distribution d’électricité ? À quelle échéance estimez-vous que son utilisation sera généralisée ?

Smart Poste rend les postes HTA / BT communicants à deux niveaux : en continu sur leur « état de santé » et de manière contextuelle avec le technicien. Ce projet améliore ainsi grandement l’observabilité de ces nœuds essentiels (et très nombreux, 750 000 environ en France) du réseau.

Cette observation facilite les opérations de maintenance et a pour objectif d’améliorer la réactivité des équipes en cas de panne et de collecter des données clés en vue de mettre en place des algorithmes de maintenance prédictive au niveau des postes.

L’objectif est de passer en phase d’expérimentation terrain en 2016-2017. La généralisation suivra, région par région vraisemblablement.

En quoi la surveillance des postes électriques par ces objets connectés va-t-elle diminuer les coûts d’exploitation et de maintenance de ces postes ?

La surveillance des postes électriques par ces objets connectés va diminuer les coûts d’exploitation et de maintenance de ces postes à plusieurs niveaux :

  1. l’observation en continu va permettre d’anticiper certaines pannes. En effet, les constantes mesurées sont des signes annonciateurs de certaines pannes. À l’heure actuelle, c’est lorsqu’un poste est visité (moins de 3 fois par an) que les techniciens peuvent détecter les signes annonciateurs. Avec Smart Poste cela est fait pour eux en continu, 7 jours sur 7 et 24 heures sur 24 ;
  2. la donnée collectée permettra de mettre en place des algorithmes intelligents de maintenance prédictive pour optimiser les tournées de maintenance sur les postes ;
  3. l’accompagnement du technicien à l’intérieur du poste permet d’améliorer sa sécurité (rappel contextuel des consignes) et de faciliter son intervention : il a les informations au bon endroit au bon moment et peut ainsi être plus productif.

Ingénieur diplômé de l’ITEEM en 2009 (Centrale Lille et SKEMA Business School) avec une spécialité en génie industriel et en développement d’affaire, Benoit Bellavoine a rejoint une PME basée à Lille et spécialisée dans le digital et le e-tourisme en tant que chef de projet puis directeur de projet jusqu’en 2015.

Début 2015, il a fondé XP DIGIT avec deux associés.




XP Digit, la start-up « Qui fait parler les objets », est spécialisée dans 2 domaines : la conception et le développement d’applications mobiles sous iOS et Android et la conception d’objets connectés.

«Page 13 de 14»