Haut de page

Accueil » Parole d'experts » Personnalité du moment

André Merlin , Président Exécutif de MEDGRID

CRE

Quelles sont, selon vous, les évolutions que vont connaître les réseaux électriques dans les années à venir ?

André Merlin

Les systèmes électriques vont connaître des évolutions profondes dans pratiquement tous les domaines : production, consommation, réseaux, technologie, mode d’exploitation.

La production

La problématique du changement climatique a suscité l’émergence de productions renouvelables, notamment éoliennes et solaires. Ces productions renouvelables sont exploitées sous forme d’unités isolées de tailles réduites - production dispersée - ou de parcs de production de grande ampleur installés dans des zones géographiques plus favorables à ces énergies. Les parcs éoliens offshores ou les centrales solaires implantées en zone désertique, comme imaginé dans DESERTEC, en sont l’illustration.

Ces productions éoliennes et solaires ont pour caractéristique d’être intermittentes, le vent pouvant s’arrêter ou l’ensoleillement s’atténuer. C’est ce qui confère au réseau une importance encore plus grande, puisqu’il doit être capable de transporter des quantités importantes d’électricité en provenance des parcs de production éloignés, dont l’énergie doit être toujours transmise en priorité parce que gratuite et sans CO2, ou pouvoir compenser la production qui s’est réduite. On voit aussi que plus le réseau sera étendu et puissant, plus il permettra de tirer parti de sources renouvelables disponibles et plus la compensation sera efficace.

Le réseau

Un grand réseau puissant et sûr est indispensable pour assurer le transport sur de grandes distances et l’interconnexion entre grandes zones de production et de consommation. Il s’agit des Super-grids, dont on parle en Europe, et aux Etats-Unis, qui permettraient à la fois de collecter les énergies renouvelables et de tirer parti des décalages de pointe de consommation sur un territoire couvrant plusieurs fuseaux horaires.

La technologie

Le besoin de transport de grandes quantités d’électricité sur de grandes distances conduit à l’utilisation de courant continu ou de courant alternatif à très haute ou à ultra haute tension. La technique du transport en courant continu (CC) est bien maîtrisée, une liaison à +/- 800 kV est exploitée depuis plus d’un an en Chine. Cependant, il s’agit d’une liaison point à point.

L’étape suivante consistera à réaliser un réseau CC maillé, comme l’est le réseau à courant alternatif. Cette étape technique n’est pas maîtrisée à ce jour.

L’exploitation

Dans le futur, on verra une plus grande intégration de la demande dans la gestion des systèmes électriques : les consommateurs, industriels et domestiques, géreront leur demande pour tirer avantage des conditions de prix les plus favorables, ou même revendront leur droit à consommer. Cette dimension aura un impact non seulement sur l’exploitation des systèmes, mais également sur leur planification, et appelleront à coup sûr plus d’intelligence dans ces systèmes...

Les mots qui caractérisent le système électrique de demain sont : renouvelables, dont la part va croître fortement dans un mix qui comportera, en outre, gaz, hydraulique et nucléaire ; des réseaux de distribution plus intelligents intégrant production locale renouvelable et gestion intelligente de la demande par les consommateurs, qui deviendront des consommateurs-producteurs (« prosumers » pour les anglophones); un réseau de transport et d’interconnexion très puissant et très étendu faisant appel aux technologies du courant continu et contenant beaucoup d’intelligence : le Super-grid. L’ensemble de ces composants est pour moi ce qui constitue le concept très médiatisé de « Smart grid ».

CRE

Vous êtes Président de MEDGRID. Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste ce projet ? Quels sont ses objectifs ? Quels en sont les acteurs et les pays participants ? A quel horizon doit-il voir le jour ? Comment sera-t-il financé ?

André Merlin

MEDGRID est une initiative industrielle lancée dans le contexte du plan solaire méditerranéen, plan qui vise à développer d’ici à 2020, 20 GW d’énergie renouvelable dans les pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée, dont 5 GW seraient exportés vers l’Union européenne, grâce à des interconnexions transméditerranéennes à créer.

La vocation de MEDGRID est d’étudier la faisabilité technique, économique et industrielle de ces interconnexions. Trois projets identifiés dans l’étude technique feront l’objet d’une analyse complète.

MEDGRID est un consortium constitué aujourd’hui de 21 associés: 17 issus des pays de l’UE et 4 issus des pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée ; un certain nombre sont, en outre, en phase d’adhésion. Chacun de ces associés s’est engagé à verser une contribution pendant trois années, utilisée pour financer les études qui sont réalisées pour l’essentiel par des prestataires externes.

La caractéristique centrale de ce projet est le co-développement, sur deux plans : d’une part, les échanges Sud-Nord contribueront à financer les investissements de production renouvelable du Sud, et, d’autre part, la création des infrastructures développera l’économie locale et contribuera au transfert de savoir-faire, tant dans les études que dans les réalisations.

CRE

Vous êtes également Président de CIGRE. Quelles sont ses missions ? Pouvez-vous nous expliquer son rôle dans le développement des réseaux électriques intelligents et l’échange de bonnes pratiques sur le sujet dans le monde entier ?

André Merlin

Le CIGRE - Conseil International des Grands Réseaux Electriques- est une Association technique internationale dont la mission est de favoriser les échanges entre experts des grands systèmes électriques au niveau mondial et, ainsi, de promouvoir le développement des connaissances techniques dans le domaine de l’ingénierie des systèmes électriques. Cette mission est assurée par différents moyens :

  • l’organisation de conférences techniques ;
  • des études techniques sur des sujets d’actualité sélectionnés par les comités d’études du CIGRE, et réalisées par des groupe de travail qui rassemblent les meilleurs experts, de toutes les branches de l’industrie, en provenance de nombreux pays ;
  • la diffusion de publications techniques, soit des rapports présentés dans les conférences soit des publications issues des travaux des Comités d’étude.

Les sujets traités par le CIGRE, et notamment les groupes de travail, concernent aussi bien les techniques nouvelles, comme le développement des réseaux du futur, que de sujets en rapport avec l’exploitation des installations existantes. Dans les deux cas, la mise en commun des expériences des experts de toutes origines est gage de valeur ajoutée pour les participants aux travaux et, aussi finalement, pour la communauté des électriciens.

Le CIGRE est aujourd’hui indispensable dans une industrie dont les activités sont davantage parcellisées et souvent externalisées.

  • Le CIGRE apporte ainsi des points de vue aussi impartiaux que possible de tous les secteurs de l’industrie sur les évolutions de l’industrie électrique.
  • Il joue un rôle unique aujourd’hui dans la diffusion de solutions pratiques en matière d’exploitation et de développement des systèmes électriques et des équipements qui les composent.
  • Il constitue un réseau d’experts, auprès desquels il est possible de recueillir toute l’information utile disponible.

CRE

Quels sont, selon vous, les autres projets et les démonstrateurs phares en cours qui préfigurent les réseaux électriques de demain ?

André Merlin

De mon point de vue, on ne peut pas dire qu’il existe de projets représentatifs ou même de démonstrateurs de réseaux du futur, mais seulement des actions concernant des composants ou des sous-ensembles.

Le domaine du courant continu à haute tension est celui qui connaît le plus de réalisations préfigurant les réseaux du futur; la liaison de +/- 800 kv, 6400 MW, en courant continu, réalisée en Chine et opérationnelle depuis 2010 en est l’exemple le plus emblématique.

  • Les compteurs évolués, déployés un peu partout dans le monde, démontrent que l’idée de la gestion efficace de la demande progresse, même si les applications en aval des compteurs à grande échelle restent encore très limitées.
  • Les projets, comme la « North Seas Offshore Initiative » destinée à collecter les productions éoliennes des mers du Nord et quelque peu similaire à MEDGRID, montrent également que les réseaux à courant continu deviendront bientôt une réalité.

Le réseau électrique européen du futur est en marche, mais il faudra attendre au-delà de 2020 pour le voir se matérialiser de façon significative.

André Merlin est Président des Conseils de surveillance de RTE et d’ERDF. Il est également Président du CIGRE, le Conseil International des Grands Réseaux Electriques.

Depuis le 9 décembre 2010, il est Président Exécutif de MEDGRID, consortium créé pour favoriser le développement des interconnexions électriques entre le Nord, le Sud et l’Est de la Méditerranée.

Avant la création du marché de l’électricité en France, André Merlin a occupé plusieurs postes à responsabilité au sein d’EDF dans le domaine du transport et de la production conventionnelle d’électricité et préalablement au sein de sa direction de la Recherche et du Développement.

«Page 6 de 10»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Akuo Energy" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs