Haut de page

Accueil » Parole d'experts » Personnalité du moment

Jean-Pascal Tricoire, Président du Directoire de Schneider Electric

CRE

Pourriez-vous nous dire quelle est la stratégie de votre Groupe pour répondre au défi énergétique et à la transformation profonde des réseaux électriques en réseaux intelligents ?

Jean-Pascal Tricoire

Résoudre le défi énergétique passe avant tout par une réduction de la consommation. Si la demande diminue fortement, il n'y a plus d'impasse énergétique. Nous devons améliorer radicalement l'efficacité énergétique des installations industrielles, mais surtout, et l’on n’en parle pas assez, des bâtiments et des maisons. L’efficacité énergétique permet de réduire les émissions de gaz à effet de serre, la facture énergétique et la dépendance stratégique des pays non producteurs d'énergie fossile, sans parler de la dette et du déficit commercial que les importations génèrent. L'efficacité énergétique est facile et rapide à mettre en place, elle amène un retour sur investissement rapide, surtout compte tenu des prix actuels de l'énergie.

Il faut ensuite consommer au bon moment. Le problème majeur est celui de la pointe de consommation qui augmente tous les ans et met en péril la stabilité du réseau. L'approche traditionnelle à la résolution de ce problème est la mise en place de moyens de production temporaires, sous-utilisés et très générateurs de carbone. Une approche innovante, économe et productive du problème est de mettre en place des capacités d'effacement, qui permettent de passer la pointe en retardant certaines consommations, générant par là-même des économies énormes d'investissement et la mise en place d'un mécanisme vertueux de sobriété. Beaucoup d'entreprises sont prêtes à jouer le jeu, mais les mécanismes actuels sont insuffisants pour mettre en place des effacements d'échelle significative, ce qui est très dommage.

Tout cela demande une injection massive d'intelligence, d'automation et de communication dans le réseau, d'où l'émergence nécessaire des Smart grids, qui combinent une production et une consommation plus intelligentes, et des mécanismes de « demand response » pour assurer l’équilibre entre les deux. Cependant, le réseau intelligent ne résout rien. Le réseau sera « smart » si son écosystème l'est : pas de Smart grids sans Smart buildings, Smart homes ou Smart datacenters, etc. dont l'investissement sera payé par les économies réalisées.

Schneider Electric fournit des technologies sur tous ces fronts : des solutions d’efficacité énergétique et des systèmes de connexion au réseau intelligent, qui utilisent la même plateforme, des automatismes de réseau intelligent, des installations de production d’énergie de sources renouvelables, des infrastructures de recharge du véhicule électrique et des offres d'optimisation de la fourniture et de la demande.

Nous voulons permettre à nos clients, partout où ils se trouvent, à la fois de mieux gérer leur énergie et de se connecter de façon intelligente au réseau, afin de bénéficier de toutes les opportunités des Smart grids.

CRE

La recherche et développement fait-elle partie des axes prioritaires de votre travail sur les Smart grids ?

Jean-Pascal Tricoire

La R&D représente 5 % de notre chiffre d’affaires annuel – et tous les aspects des Smart grids constituent la première priorité. Le réseau électrique actuel ne va pas soudainement devenir intelligent mais évoluer progressivement, au fur et à mesure des progrès réalisés par tous les acteurs et par l’optimisation continue du fonctionnement collectif des réseaux. Ce progrès continu est directement lié à l’innovation : innovation technologique bien sûr, mais aussi innovation des relations entre les acteurs. Nos clients ont besoin d'experts qui les aident à gérer leur demande. C’est un moment passionnant parce que nous sommes en train de créer le réseau de demain – et demain a en fait déjà commencé.

CRE

Quelles sont les opportunités de croissance que vous voyez dans les Smart grids pour votre entreprise ?

Jean-Pascal Tricoire

Les 5 domaines des Smart grids dans lesquels nous sommes actifs sont en plein essor : efficacité énergétique des bâtiments, maisons, sites industriels et centres de données ; infrastructures de recharge des véhicules électriques ; « demand response » ; énergies de sources renouvelables et intelligence du réseau. Il s’agit de transformer ce qui existe et de développer ce qui est nouveau.

La Commission européenne estime qu’à l’horizon 2020, les Smart grids pourraient aider à réduire de 9 % la consommation énergétique de l’Union, et de 9 à 15 % ses émissions de CO2 – tout en créant des emplois, soutenant la croissance économique et augmentant la part des énergies de sources renouvelables dans le mix énergétique. Même si la fourchette varie significativement selon les hypothèses et le périmètre retenus, le marché des Smart grids est estimé entre 15 et 50 milliards d’euros annuels à l’horizon 2020.

CRE

Quelles activités Schneider Electric développe-t-elle en lien avec les Smart grids ? Quelle est votre position sur la nouvelle chaîne de valeur des Smart grids ? Comment voyez-vous la recomposition des filières du monde de l’énergie ?

Jean-Pascal Tricoire

La vraie nouveauté des Smart grids réside dans leurs « business models » très collaboratifs. Le réseau ne sera totalement intelligent qu’une fois que chacun des acteurs aura mis en place des solutions intelligentes et que tous les acteurs seront reliés entre eux. Or, les Smart grids comprennent bien sûr les acteurs traditionnels du réseau - régulateurs, producteurs, distributeurs et consommateurs, mais aussi les acteurs des marchés de l’électricité et du carbone, ceux de l’informatique et de la communication, ceux de l’efficacité énergétique, ceux des énergies de sources renouvelables décentralisées etc. Et si chacun a un rôle actif à jouer, c’est ensemble que nous parviendrons à faire des Smart grids une réalité.

C’est pourquoi nous appelons de nos vœux la multiplication de projets pilotes, à l’échelle régionale ou nationale, voire multinationale, pour travailler tous ensemble sur la création du cadre réglementaire efficace et du ‘business model’ collaboratif de demain.

Plus que jamais, c’est ensemble qu’en tant que citoyens, entreprises et pouvoirs publics, nous transformerons le réseau électrique et contribuerons à résoudre le défi énergétique. C’est un projet passionnant et porteur d’avenir.

Jean-Pascal Tricoire a rejoint Schneider Electric en 1986. Il est Président du Directoire du Groupe depuis 2006.

Son parcours chez Schneider Electric se développe largement hors de France, et le conduit dans des fonctions opérationnelles en Italie, en Chine, en Afrique du Sud et aux Etats-Unis. Au sein de la Direction Générale, il occupe les fonctions de Vice Président Exécutif de la Division Internationale à partir de 2002, avant d’être nommé en 2004 Directeur Général Délégué (COO) du Groupe.

Jean-Pascal est titulaire d’un diplôme en Ingénierie Electronique de l’ESEO d’Angers, France, et d’un MBA de l’Ecole Supérieure de Commerce de Lyon, France.

«Page 2 de 10»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "G2Elab" qui fait partie de nos 172 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs