Haut de page

Accueil » Consommateurs

Les 5 points clé des modèles économiques des Smart grids

1. Concevoir le modèle économique des réseaux électriques intelligents

Traduite de l’anglais business models, la notion de modèle économique comporte plusieurs dimensions. Elle a, à la fois, une dimension macroscopique (top-down), invitant la puissance publique à mettre en place un cadre propice au développement des réseaux électriques intelligents, et une dimension microscopique (bottom-up), désignant la capacité des entreprises à mettre en place des modèles d’affaires propres à leur activité.

Le modèle d’affaires d’une société présente la répartition de l’activité et, notamment, l'origine de ses revenus afin de dégager de la rentabilité. Aussi, permettre aux acteurs de concevoir leur modèle d’affaires suppose de rassembler des éléments de base :

  • une identification des acteurs concernés et une compréhension de leur intérêt/risque relativement aux réseaux électriques intelligents ;
  • un calcul coût-bénéfice sur un périmètre cohérent. Par exemple, les conclusions de l’analyse coût-bénéfice des compteurs intelligents sont différentes selon que l’on se limite au périmètre du distributeur ou que l’on prend en compte l’ensemble des coûts/bénéfices depuis les producteurs jusqu’aux consommateurs finals ;
  • une fois le périmètre du calcul défini, une identification des postes de coûts et des sources de gains au long de la nouvelle chaîne de valeur ;
  • une estimation des montants financiers associés à ces postes de gains et de coûts ;
  • une identification des sources de financement potentielles.

Pour bâtir ces modèles d’affaires, il convient de partir d’une réflexion sur la manière dont les réseaux électriques intelligents modifient la chaîne de valeur.

2. Redéfinir la chaîne de valeur du système électrique

L’introduction de l’intelligence dans les réseaux électriques modifie en profondeur le processus de création de valeur dans le système électrique. Celui-ci, actuellement représenté sous la forme d’une chaîne de la production vers la consommation, voit sa dimension systémique renforcée avec des interactions nombreuses. Ainsi, le consommateur, qui traditionnellement soutire de l’énergie, pourra également la produire en l’injectant sur les réseaux de distribution. Ces nouvelles interactions sont des vecteurs de complexité pour la gestion de l’équilibre offre/demande du système électrique. Seules les technologies de l’information et de la communication permettront de maîtriser cette complexité.

Des bénéfices et des externalités positives sont à attendre de ce changement, pour l’ensemble des acteurs du système électrique, y compris pour la collectivité. De nombreuses opportunités d’investissements se dessinent également pour les acteurs du secteur de l’informatique et des télécommunications. Les réseaux électriques intelligents modifient les activités et les métiers traditionnels et font intervenir des acteurs qui ne travaillaient habituellement pas dans le domaine de l’énergie.

3. Donner une place active au consommateur

Dans la nouvelle chaîne de valeur, l’utilisateur final va prendre une importance considérable, puisque l’équilibre du système électrique sera davantage géré par le pilotage de la consommation (demand side management et demand response) alors que, jusqu’ici, l’équilibre du système reposait sur le contrôle de la production. En effet, l’intégration des énergies renouvelables et intermittentes rend la production d’électricité moins facilement contrôlable et pilotable. L’utilisateur final aura donc un rôle actif dans le système énergétique et va devenir le centre d’attention des autres acteurs de la chaîne de valeur.

Lui donner une place active dans la définition des futurs modèles économiques des réseaux intelligents supposera de franchir plusieurs étapes cruciales :

  • apporter une meilleure information sur les bénéfices pour les consommateurs et la collectivité obtenus par l’introduction des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC) dans la gestion du système électrique (amélioration du service public de l’électricité, amélioration de la qualité et de la fréquence de l’information sur la consommation permettant de mieux la maîtriser, etc.) ;
  • donner un accès aisé aux informations via des interfaces multiples et simples (Smartphones, ordinateurs, etc.) de façon à permettre la réactivité et à banaliser l’usage des services adossés aux réseaux intelligents ;
  • garantir la protection des données personnelles et encadrer le partage des informations à caractère individuel.

4. Étudier les incertitudes et les risques

En dépit des bénéfices potentiels qu’ils offrent, les réseaux électriques intelligents sont porteurs de risques à la fois pour les gestionnaires de réseaux et pour les industriels qui cherchent à se positionner sur ce nouveau marché des Smart grids à l’échelle mondiale.

Certains facteurs d’incertitude sont de nature technologique. Le succès des réseaux intelligents repose en partie sur la capacité des réseaux à intégrer efficacement les NTIC. A cet égard, la normalisation est un enjeu important.

D’autres incertitudes sont liées aux usages et au développement du marché. Le consommateur est le nouvel acteur clé de l’équilibre du système électrique. Néanmoins, sa capacité à s’approprier ce rôle d’acteur ainsi que les nouveaux usages et les nouveaux services qui vont se développer reste encore incertaine. Par ailleurs, il reste des incertitudes quant au rythme de développement et à la diversité des offres qui vont émerger grâce au compteur évolué.

Le risque financier est également majeur en matière de réseaux intelligents. Les montants d’investissements initiaux sont importants – certaines estimations évoquent 15 milliards d’euros pour la France (EEGI) et jusqu’à 480 milliards d’euros pour les réseaux de distribution européens (Agence internationale de l’énergie), ce qui conduit à s’interroger sur les modes de financement des projets.

La façon dont le secteur de l’électricité va s’organiser et collaborer avec le secteur des télécoms fait encore l’objet de conjectures. La question de la répartition entre ces deux secteurs de la valeur créée par l’introduction des NTIC dans les réseaux électriques reste encore posée.

Enfin, il reste des incertitudes politiques, notamment quant à l’élaboration d’un cadre réglementaire stable encourageant le développement des réseaux intelligents.

Dans cette situation de risques, ce sont les expérimentations de projets de réseaux électriques intelligents qui permettront de déterminer, sur des fondements objectifs, des modèles d’affaires rentables. Outre les expérimentations, le cadre politique et de régulation a également un rôle important à jouer dans l’émergence d’un modèle économique des réseaux intelligents.

5. Déterminer un nouveau cadre de régulation

La régulation a un rôle-clé à jouer pour concourir à la maîtrise des risques. Pour cela, le cadre actuel de régulation doit évoluer. La régulation a pour objectifs de veiller à une répartition équitable de la valeur ajoutée, d’encourager les investissements pour rendre les réseaux intelligents au service de l’intérêt général, et de jouer un rôle de coordination entre les acteurs qui ont des intérêts divergents.

La définition de ce nouveau cadre de régulation doit prendre en compte trois dimensions :

  • le marché, en assurant l’exercice d’une concurrence effective sur le marché de l’électricité en mutation (apparition de nouveaux acteurs, évolution du rôle des acteurs traditionnels, etc.) ;
  • les réseaux, en sécurisant les investissements dans les réseaux intelligents ;
  • le consommateur, en communiquant et expliquant les évolutions du système électrique et les conséquences tarifaires qui en découlent.
Vous souhaitez en savoir beaucoup plus sur ce sujet ? Consultez notre dossier "Les modèles économiques"

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Eveler" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs