Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » La R&D : un concept aux multiples facettes

L’écosystème de la R&D

Les acteurs de la R&D sont aussi nombreux que divers : établissements d’enseignement supérieur, grandes entreprises, centres de recherche, start-up, organismes de financement, institutions européennes, PME, pôles de compétitivité, etc. La réussite de la filière française des Smart grids passe par une nécessaire collaboration entre ces différents organismes.

Les pouvoirs publics

L’influence des pouvoirs publics, de l’échelon européen à l’échelon local, sur la R&D pour le développement des réseaux intelligents est double :


  • décider des politiques publiques porteuses des grands objectifs en matière énergétique ;
  • mettre en place les dispositifs de financement et d’accompagnement opportuns pour atteindre les objectifs fixés.

L’échelon européen

C’est en 2000 que la Commission européenne prend position pour la création d’un Espace Européen de la Recherche (EER), qui se veut un « marché intérieur » européen de la recherche, de la science et de la technologie. « Horizon 2020 », le programme-cadre de l’Union européenne pour la recherche et l’innovation, est l’instrument financier de l’UE en matière de R&D pour atteindre les objectifs fixés en matière d’efficacité énergétique, de développement des énergies renouvelables et de sécurité d’approvisionnement, notamment.

Doté au total de 80 G€ sur 7 ans (2014-2020), il est prévu que le programme « Horizon 2020 » dédie plus de 12 G€ à l’innovation en matière d’énergie durable et de mobilité verte et intégrée. Ainsi, deux appels à projets ERA-NET ont déjà été lancés, pour 40 M€ en 2015 et 20 M€ en 2016, leur gestion ayant été confiée en France à l’ADEME. Les projets retenus répondent à plusieurs défis : améliorer la flexibilité du système énergétique, renforcer la capacité du système électrique et encourager la participation des consommateurs, le tout en favorisant l’insertion des énergies de source renouvelables (EnR).

L’échelon national

L’Agence nationale de la recherche (ANR) est un établissement public opérateur de l’État qui finance directement les projets de recherche publique ou privée en France. L’ANR est notamment l’opérateur de l’État pour les Programme des investissements d’avenir (PIA).

Dans le cadre du plan pour La Nouvelle France industrielle, une feuille de route sur les Réseaux électriques intelligents (REI) a été publiée le 24 janvier 2014. Elle définit dix actions à entreprendre pour tirer parti des opportunités que les Smart grids peuvent offrir à l’industrie française. En particulier, l’action 9 confie aux Instituts Carnot la tâche de définir la stratégie de recherche et développement de la filière REI. C’est dans le cadre l’action 6 « Organiser un déploiement à grande échelle des réseaux électriques intelligents en France », que les démonstrateurs Smile (en régions Bretagne et Pays de la Loire), Flexgrid (en région PACA) et You & Grid (dans les Hauts-de-France) ont bénéficié d’importants financements publics.

Doté de 150 M€ dans le cadre la mise en œuvre des actions du PIA, le Fonds Ecotechnologies s’adresse lui aux PME françaises indépendantes de moins de 250 salariés, considérées comme innovantes dans les technologies vertes. Ce fond est géré par BPI France Investissements tandis que la gestion des Appels à manifestation d’intérêt (AMI) ou des appels à projets a été confiée à l’ADEME.

La recherche publique

La recherche publique s’organise autour de deux grands acteurs : les centres de recherche et le monde universitaire. Dans les faits, les interactions entre ces deux acteurs sont constantes.

Dans le domaine des Smart grids, on trouve parmi les centres de recherche les plus à la pointe : le Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives (CEA), l’Institut national de l’énergie solaire (INES), l’Institut français du pétrole Énergies nouvelles (IFP Energies nouvelles), etc.

Le réseau d’instituts Carnot désigne quant à lui des structures de recherche publiques ayant noué des partenariats avec les acteurs socio-économiques (grands groupes, PME, collectivités, etc) opportuns pour mener à bien leurs projets de recherche et développement. Les 38 instituts disposant du label « Carnot » représentent 18 % des moyens humains de la recherche publique et 50 % des contrats de R&D externalisés par les entreprises à la recherche publique.

Les centres publics de recherche travaillent en étroite collaboration avec le monde universitaire. De nombreux établissements d’enseignement supérieur accueillent des écoles doctorales telles que l’école doctorale Énergie mécanique et matériaux de l’Université Poincaré à Nancy ou les écoles doctorales d’Ingénierie pour la santé, la cognition et l’environnement et de Mécanique énergétique de l’Université Joseph Fourier et de Grenoble INP à Grenoble.

La recherche privée

En 2014, les entreprises finançaient 62 % de la Dépense nationale de recherche et développement (DNRD). Les Smart grids trouvent leur application dans des domaines aussi divers que nombreux. C’est pourquoi les entreprises concernées par la R&D dans les réseaux intelligents appartiennent à des domaines d’activités variés : énergéticiens, industrie des télécommunications, industrie automobile, entreprises du génie électrique, industrie du bâtiment, gestionnaires de réseaux, etc.

Une grande partie des travaux de recherche et développement sur les réseaux intelligents sont menés, en interne, par les grandes entreprises. Pour leur part, Enedis et RTE ont ainsi prévu de consacrer respectivement en moyenne 56 M€ et 35 M€ par an entre 2017 et 2020 aux activités de recherche et développement.

La collaboration, maître-mot pour les Smart grids

La collaboration est bien souvent un enjeu essentiel pour la réussite d’un projet de R&D dans le domaine des réseaux intelligents. De nombreux organismes ont été créés avec la mission explicite d’encourager et organiser cette coopération entre acteurs privés ou publics, grands ou petits, industriels ou universitaires.

À ce titre, les pôles de compétitivité ont été créés par la loi n° 2004-1484 du 30 décembre 2004 de finances : constitués par le « regroupement sur un même territoire d’entreprises, d’établissements d’enseignement supérieur et d’organismes de recherche publics ou privés », ils ont vocation à « travailler en synergie pour mettre en œuvre des projets de développement économique pour l’innovation ». À titre d’exemple, les pôles de compétitivité Capénergies (PACA, Corse, Guadeloupe, La Réunion et la Principauté de Monaco) et Tenerrdis (Rhône-Alpes, Drôme, Isère, Savoie et Haute-Savoie) accompagnent de nombreux projets de démonstrateurs Smart grids : GONTRAND, EnR’Stock, STECY, etc. Smart Grids France regroupe l’ensemble des pôles de compétitivité actifs dans le domaine de l’énergie et des technologies de l’information et de la communication.

La réussite de la filière Smart grids française passe aussi par une meilleure prise en compte des enjeux de formation aux problématiques des réseaux intelligents. C’est pourquoi la création de Smart campus est encouragée par les pouvoirs publics. À Saclay, Grenoble, Sophia Antipolis ou encore Lille, il s’agit de rapprocher les universités, les organismes de recherche et les écoles travaillant sur les réseaux de demain. Dans un autre registre, un cursus ingénieur Smart grid a été créé au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) de La Roche-sur-Yon dans le cadre du démonstrateur Smart grid Vendée.

Des alliances nationales ou supranationales, réunissant divers acteurs du secteur, œuvrent également pour le succès des travaux de R&D. On peut citer l’Alliance européenne de la recherche énergétique (European Energy Research Alliance dite EERA) ou encore l’Alliance nationale de coordination de la recherche pour l’énergie (ANCRE).


Les acteurs de la R&D pour les réseaux intelligents (Source : CRE)

«Page 2 de 11»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Avere-France" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs