Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les réseaux de chaleur et de froid intelligents

Point de vue de Michel Salem-Sermanet (EPAMARNE) :

Le territoire de Marne-la-Vallée est un territoire stratégique de la région Ile-de-France à plusieurs titres.

Ce territoire est de taille importante, il a une superficie d’une fois et demi celle de Paris. Il est très accessible : il est relié à l’Est au premier hub TGV d’Europe, construit par l’État pour accueillir Eurodisney dans la compétition qui l’opposait à Barcelone dans les années 1980, et il sera relié à l’Ouest au Grand Paris Express dès 2020.

La première caractéristique de ce territoire est qu’il est en plein développement : 2 000 à 3 000 logements sont construits chaque année et 2 000 emplois sont créés par an. Cela permet d’avoir un développement habitat/emploi équilibré du territoire puisqu’avec 300 000 habitants et 140 000 emplois, le ratio est d’un emploi par actif résident.

Marne-la-Vallée comprend six principaux secteurs de développement :

  • deux secteurs à l’ouest où seront réalisés d’ici 2020 les premiers gares du Grand Paris Express : la gare de Noisy-Champs et la gare de Bry-Villiers-Champigny ;
  • au centre, on trouve les secteurs péri-urbains avec de grands écoquartiers, dont le plus grand éco-quartier d’Île-de-France à Bussy-Saint-Georges comprenant 4 500 logements ;
  • à l’est, le secteur de l’intercommunalité du Val d’Europe. C’est un pôle urbain qui s’est beaucoup développé parce que, lors de l’installation des parcs d’attraction de Disneyland Paris, une partie de l’accord signé reposait sur la création d’une ville autour des parcs. Disney voulait en effet maîtriser l’urbanisation autour des parcs compte tenu de l’investissement que représentait ses parcs. Cette intercommunalité, qui a aujourd’hui 30 000 habitants, en aura 60 000 dans 20 ans. Cette intercommunalité a la croissance démographique la plus forte en France ;
  • à proximité de Disneyland Paris , un peu plus au sud, se développe un très gros projet, appelé « Villages Nature » qui démarrera cette année dans le cadre d’un partenariat entre Disney et Pierre-et-Vacances. L’objectif est de créer un projet d’éco-tourisme familial d’une taille de l’ordre de quatre Center parks en particulier sur la thématique de l’eau.

Une caractéristique importante de Marne-la-Vallée est que le développement de l’ensemble du territoire se fait dans le respect des principes de l’aménagement durable : équilibre habitat/emploi, mixité, densité, interface ville/nature, etc.


Source : EPA Marne

Une autre caractéristique importante de ce territoire est qu’il concentre l’expertise d’institutions d’enseignement supérieur et de centres de recherche publics sur la ville durable et tout particulièrement sur les questions d’énergie et de mobilité. Le campus Descartes – appelé aussi Cluster Descartes – est ainsi présent depuis le début des années 1980. Il rassemble différents instituts travaillant sur les thématiques de la ville durable. Cela représente près de 15 000 étudiants et 3 000 ingénieurs ou chercheurs dans une cinquantaine de laboratoires de recherche dont le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB), l’Institut français des sciences et technologies des transports, de l’aménagement et des réseaux (IFSTTAR) et l’institut public/privé Efficacity pour la transition énergétique des villes créé récemment avec le soutien du PIA et qui rassemble tous les acteurs de l’efficacité énergétique en milieu urbain (6 industriels : EDF, GDF, RATP, Veolia, IBM, Vinci ; 7 ingénieristes et 15 acteurs académiques comme l’Université Paris-Est, l’Ecole des Ponts, 3 écoles d’architecture, l’ESIEE, etc.).


Source : EPA Marne

À Marne-la-Vallée, l’objectif est à la fois de développer une ville agréable et dynamique et de faire du territoire, grâce à son potentiel de développement et à son expertise sur la ville durable, un territoire « démonstrateur » ou catalyseur d’innovations urbaines. Nous mettons ce territoire à disposition des acteurs du cluster Descartes pour tester leurs innovations, mais également de tous les acteurs français et internationaux, publics et privés, qui veulent innover.

L’image ci-dessous présente une synthèse des projets innovants mis en œuvre sur le territoire de Marne-la-Vallée. L’innovation porte en particulier sur les questions d’énergie :

  • efficacité énergétique des bâtiments, résidentiels, tertiaires, data centers ;
  • mobilisation des énergies renouvelables (géothermie – mobilisée à Lognes depuis longtemps et bientôt à Village Nature et dans le projet de Smart grid électrique et thermique du cluster Descartes –, biomasse avec un potentiel très important puisqu’au sud du territoire il y a beaucoup de forêts) et des énergies de récupération (récupération de l’énergie du data center (10 MW) de Val d’Europe pour alimenter la piscine intercommunale et la zone d’activité qui se développe à proximité et récupération de l’énergie dans la future gare du Grand Paris Express pour alimenter la gare et une partie de l’écoquartier) ;
  • mobilité : mise en place de bornes de recharge de véhicules électriques, service d’autopartage, de covoiturage, etc.

Une gouvernance de cette démarche d’innovation a été mise en place avec les collectivités de Marne-la-Vallée. L’objectif est de mettre en synergie toutes ces innovations et de mettre en place un système d’évaluation avec le pôle de compétitivité Advancity et le réseau européen Eurbanmab, qui fera des audits réguliers de la qualité des innovations.


Source : EPA Marne

Le projet de Smart grid électrique et thermique est mené par EPAMARNE en lien avec la commune de Champs-sur-Marne et la communauté d’agglomération de Marne-la-Vallée Val Maubuée et trois acteurs industriels : EDF, ERDF et Dalkia. Un accord de consortium entre ces différents acteurs a permis de lancer la réalisation d’une étude préparatoire au projet.

Le projet a été lancé en octobre 2013 lors de l’évènement Greencity en présence de la ministre du Commerce extérieur, Madame Nicole Bricq, afin de lui donner une certaine visibilité au-delà du seul territoire de Marne-la-Vallée.


Source : EPA Marne

Le projet se déploiera sur un territoire d’une surface de 200 hectares, avec au Sud le campus Descartes et au Nord un quartier résidentiel composé de 4 000 logements, de bâtiments publics et tertiaires. Cela représente au total plus de 600 000 m2 de surfaces bâties, à la fois neufs et existants. À l’horizon de 15 à 20 ans, la surface bâtie aura triplé, de 600 000 à 1,5 millions de m2.

Le quartier à terme sera donc mixte avec une très grande diversité : un campus de 200 000 m2, 600 000 m2 de logements, un pôle tertiaire important en cours de développement (sur les 12 derniers mois, 55 000 m2 de tertiaires ont été signés).


Source : EPA Marne

Les objectifs du projet de Smart grid sont de :

  • développer le potentiel d’énergies renouvelables du territoire en utilisant toutes les ressources EnR locales (biomasse et géothermie) et de limiter l’apport des nouvelles ressources extérieures au site ;
  • mutualiser les besoins énergétiques des différentes typologies de bâtiments et d’optimiser la distribution par un Smart grid ;
  • passer à l’opérationnel à court terme (dès les prochaines années) par la mise en œuvre d’une solution adaptée à l’avancement des projets immobiliers, permettant l’échelonnement des investissements ;
  • déployer des solutions innovantes et viables financièrement pour permettre leur duplication.

Les collectivités du territoire sont très impliquées. L’expertise du territoire au travers du cluster Descartes est également mobilisée, notamment avec le nouvel Institut Efficacity. L’EPAMARNE a les moyens de fédérer les acteurs et de cofinancer le projet. Tous les ingrédients sont donc réunis pour faire de ce projet un succès.

Cependant, il existe certaines contraintes :

  • une multitude de maîtres d’ouvrages, de propriétaires et copropriétaires, même si l’EPAMARNE est un aménageur unique qui permet d’avoir une stratégie globale en termes d’énergie ;
  • l’amalgame des bâtis anciens (depuis 1983) et de constructions neuves (2014 et au-delà) ;
  • une programmation et un développement dispersés, imposés par les travaux du Grand Paris Express ;
  • un développement sur 20 ans ;
  • une exploitation et une occupation des bâtiments discontinues (le campus par exemple).

Aujourd’hui, l’étude de faisabilité est arrivée à son terme et a confirmé :

  • le potentiel très important en matière de géothermie à différentes profondeurs pour faire du chaud et du froid, pour répondre aux besoins du neuf et de l’existant, et en matière de biomasse locale (la plate-forme de transformation de la biomasse sera située à seulement une 15 km au sud de Marne-la-Vallée) ;
  • la possibilité d’équiper de nombreuses toitures plates dans les projets de bâtiments neufs avec des panneaux photovoltaïques.

Le principe du projet est d’optimiser les réseaux électrique et thermique pour gérer au mieux les besoins et la production d’énergie en temps réel. La contrainte sera de développer le Smart grid au fur et à mesure du développement du projet immobilier. À ce stade, nous imaginons de créer des mini-réseaux sur un certain nombre de sites du territoire en fonction des opportunités de développement des projets immobiliers. À terme, ils seront interconnectés pour créer un grand réseau qui communique à l’échelle des 200 ha.


Source : EPA Marne

L’étude du projet Smart grid s’est structurée autour de différents thèmes : aménagement, analyse des réseaux existants, analyse du potentiel EnR&R, préfiguration énergétique, éclairage extérieur, mobilité et accès aux services, modélisation de la courbe de charge. Aujourd’hui, cette étude technique se termine et nous entrons dans une phase plus opérationnelle. Ainsi, après qu’un certain nombre de décisions fondamentales auront été prises dans les prochains mois par les collectivités sur la nature de ce réseau (public/privé ?), nous entamerons la phase de réalisation.

Grâce au partenariat entre de grands industriels et un établissement public d’aménagement, il a été possible de convaincre les collectivités de se lancer dans ce projet pour deux raisons :

  • elles ont été rassurées par les compétences techniques du consortium, qui a d’ailleurs vocation à s’élargir ;
  • elles sont convaincues qu’un territoire innovant est un territoire attractif et que ce projet peut y contribuer.

Ce projet va nous ouvrir au champ plus large des Smart cities. Les réseaux intelligents mis en place pourront être utilisés pour d’autres services urbains : mobilité, pilotage de la ville, etc.


Source : EPA Marne


Michel Salem-Sermanet
04 mars 2014



Michel Salem-Sermanet est Directeur général adjoint en charge du Développement de l’Établissement public d’aménagement Marne-la-Vallée. La vocation de l’EPAMARNE est d’aménager, de planifier et d’impulser le développement de Marne-la-Vallée. Il a la charge de mettre en cohérence, dans l'espace et dans le temps, la réalisation des éléments qui font la ville nouvelle.




«Page 14 de 18»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Syndicat des énergies renouvelables" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs