Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les réseaux de chaleur et de froid intelligents

Interview de Bruno Alavès (Réseau GDS) :

Quel est le niveau de développement des réseaux de chaleur sur les territoires que vous desservez en gaz naturel ? Quelle part y prenez-vous ?

Réseau GDS, est une société d’économie mixte (SEM) de la Ville de Strasbourg, qui a connu une première transformation majeure en avril 2012, avec la cession de sa filiale de commercialisation d’énergies au Groupe ES (Électricité de Strasbourg). Amorçant la transformation en profondeur de son modèle économique, l’entreprise a mis en œuvre une stratégie de diversification autour de son cœur de métier historique de gestionnaire du réseau de distribution de gaz naturel. Les axes directeurs de cette stratégie ont conduit Réseau GDS à créer, avec différents partenaires industriels, des filiales dédiées à chacun de ses nouveaux domaines d’action :

  • le développement et l’exploitation de réseaux de chaleur ;
  • la performance énergétique du bâti ;
  • l’injection de biométhane dans le réseau de distribution local.

En 2013, le projet d’entreprise de Réseau GDS s’est pleinement intégré à la stratégie de développement durable et de transition énergétique de la Ville de Strasbourg, posant les fondations d’un nouveau Pôle de l’énergie publique.

Réseau GDS, acteur majeur de la transition énergétique à l’échelon du territoire, mène une stratégie de diversification qui s’appuie prioritairement sur le développement des réseaux de chaleur, indispensables à la montée en puissance des énergies renouvelables.

Comment vous coordonnez-vous avec les autorités concédantes pour le développement des réseaux de chaleur ?

À ce jour environ 19 % des logements des bailleurs sociaux des communes desservies en gaz naturel par Réseau GDS, sont alimentés par des réseaux de chaleur. Réseau GDS ambitionne d’en prendre une part importante dans un avenir proche en s’appuyant sur un partenariat développé avec la société EBM Thermique, déjà exploitante de plusieurs réseaux de chaleur sur le territoire de la Communauté urbaine de Strasbourg.

Le développement cohérent des réseaux de chaleur nécessite une vision globale des infrastructures existantes pour en optimiser le fonctionnement, notamment par le biais d’interconnexions futures et par le choix d’approvisionnements énergétiques innovants, dans une logique d’exploitation de ressources locales en circuit court. Dans cette logique, une parfaite coordination entre autorités concédantes et exploitants constitue une condition de réussite importante.

Il existe, cependant, une limite légale à la concertation en amont d’un projet : lorsqu’une autorité concédante souhaite développer localement un réseau de chaleur, elle doit lancer un appel à candidature dans le cadre d’une procédure publique de délégation de service public (DSP). Lors du déroulement de cette procédure, tout rapport particulier entre l’autorité concédante et un quelconque candidat est formellement interdit.

En revanche, en amont des procédures de DSP, les services de l’autorité concédante ont toute liberté d’échanger avec les acteurs industriels et institutionnels, notamment sur le schéma directeur du territoire, les enjeux et la vision à moyen terme. Réseau GDS, en tant qu’acteur public local, se positionne comme un interlocuteur privilégié des communes, avec une vision globale des enjeux du territoire et une connaissance « terrain » des contraintes et potentiels de chaque collectivité.

Quelles sont les évolutions techniques et technologiques que connaissent et que connaîtront les réseaux de chaleur ?

Pour devenir un acteur reconnu dans le domaine des réseaux de chaleur, Réseau GDS s’est rapproché d’EBM Thermique, filiale française du groupe coopératif suisse EBM pour fonder une filiale dédiée, Réseaux de Chaleur Urbains d’Alsace (RCUA). Cette filiale bénéficie de toute l’expertise d’EBM en matière de technologies innovantes et d’utilisation des ressources renouvelables, nourrie de veille technologique et de prospective.

Ainsi, répondant en 2013 à l’appel d’offre de la Communauté urbaine de Strasbourg pour la conception et le déploiement d’un nouveau réseau de chaleur dans le quartier de Strasbourg-Wacken, Réseau GDS et EBM Thermique ont proposé une solution innovante utilisant un minimum de 87% de ressources renouvelables en circuit court, incluant pour une large part les rafles de maïs issues de l’agriculture locale.

Une autre innovation est celle du suivi en temps réel des consommations, qui permet à la fois aux usagers de mieux réguler leur propre consommation, aux concessionnaires d’optimiser leurs installations et à l’autorité concédante de contrôler le fonctionnement de la délégation de service public.

Quelles sont les synergies existantes et envisagées entre les réseaux de chaleur et les autres réseaux d’énergie sur le territoire, notamment le réseau de gaz naturel ?

Ces différents axes de progrès tendent à concrétiser la vision de réseaux de chaleur qui seront certes intelligents mais aussi interconnectés et pilotés afin de pouvoir évoluer vers un modèle économique encore plus efficient.

RCUA anticipe ainsi une flexibilité plus grande encore dans l’approvisionnement d’énergie, en se préparant à une interconnexion de réseaux de chaleur possédant des sources d’énergie locales différentes, ce qui devrait permettre une adaptation souple aux variations de prix et aux disponibilités des différentes sources d’énergie.

Un réseau de chaleur intelligent dépend de sa capacité à s’adapter, d’un côté, à la variation des consommations des usagers, de l’autre, aux prix des différentes sources d’énergie, en favorisant les énergies renouvelables locales. Les investissements en équipements physiques relevant de la maintenance préventive ou curative, sont évidemment essentiels. Ceux liés au pilotage du réseau le sont néanmoins tout autant car ils permettent de dégager une marge financière par l’optimisation des flux du réseau qui peut être répercutée à l’usager sous forme d’économie tarifaire.

Au-delà des enjeux de gestion et de gouvernance, RCUA s’engage aussi fortement dans la sensibilisation et l’information du consommateur. Ces actions sont importantes car elles peuvent, en agissant sur le levier des comportements, contribuer à alléger les factures d’énergie. Dans certains cas, la promotion des « éco-gestes » et bonnes pratiques énergétiques peut se substituer à un investissement coûteux.

Dans une vision plus large des infrastructures énergétiques, l’optimisation des synergies entre les réseaux de chaleur et les autres réseaux d’énergie, et en particulier le réseau de gaz naturel, constituera un enjeu clé. En effet, l’interconnexion de différents réseaux de chaleur d’un même territoire, une métropole régionale par exemple, permettra de réguler les ressources utilisées pour la production de la chaleur utilisée en fonction des consommations constatées. Un jour verra l’utilisation préférentielle d’une chaufferie attachée à un réseau et utilisant telle énergie renouvelable, un autre jour verra l’utilisation additionnelle de telle autre chaufferie attachée à un autre réseau avec, par exemple, une utilisation du gaz : une « smart city » énergétiquement économique verra alors en quelque sorte le jour.

Quelle sera, selon-vous, la place des réseaux de chaleur dans la transition énergétique française ?

Aujourd’hui le gaz naturel est souvent employé en tant que source d’énergie de secours pour les réseaux de chaleur. Demain, avec l’arrivée du bio-méthane, le gaz naturel pourra aussi faire partie du mix énergies renouvelables des réseaux de chaleur.

L’incitation à l’utilisation des EnR, les réseaux de chaleur en étant l’un des principaux vecteurs de développement, permettra de faire diminuer la facture énergétique française en réduisant la dépendance aux importations. De ce fait, la place des réseaux de chaleur dans l’avenir énergétique français est et restera stratégique à moyen et long terme.

Avec sa stratégie volontariste en matière de développement et de gouvernance citoyenne des réseaux de chaleur, Réseau GDS entend prendre toute sa part dans la transition vers un modèle local de l’énergie sobre et efficient.


Bruno Alavès
10 mars 2014




Bruno Alavès, a quitté, en 2012, le Groupe GDF Suez pour rejoindre l’entreprise locale de distribution (ELD) strasbourgeoise Réseau GDS, dont il devient le Directeur Général Adjoint en charge du développement, avec pour principale mission de piloter la stratégie de diversification de l’opérateur historique du réseau de distribution de gaz naturel.




Réseau GDS est l’une des premières ELD gazières de France, avec un volume de gaz naturel acheminé supérieur à 5 TWh/an et près de 120 000 clients répartis sur 92 communes, incluant Strasbourg et sa communauté urbaine.

«Page 17 de 18»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Collectivité Territoriale de Corse" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs