Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les Smart cities

Interview de Sophie Donabédian (Schneider Electric) :

Quelle est votre définition de la ville intelligente et/ou du quartier intelligent ?

Commençons par un constat : 2 % seulement de la surface de la terre est occupée par les villes mais 70 % de la population mondiale vivra en ville d’ici 2050 et 80 % des émissions mondiales de CO2 est produit dans les villes.

Au-delà des questions énergétiques, les villes sont, également, confrontées à de nombreux problèmes de ressources (espace, mobilité, financement, etc.) auxquels elles doivent faire face pour conserver leur attractivité.

Dans un tel contexte, un nouveau concept émerge progressivement : celui des « Smart cities » – les villes de demain – capables de mettre en œuvre des infrastructures communicantes et durables, pour améliorer le confort de leurs citoyens, être plus efficaces, tout en se développant durablement.

Rendre une ville intelligente passe, donc, par un pilotage plus fin, en « temps réel » des différentes infrastructures publiques de la ville. Cependant, il faut aussi plus de coordination, d’intégration entre ces différents réseaux ou parties prenantes.

En revanche, s’arrêter à la collecte et à l’intégration de données revient à s’arrêter au milieu du gué. Il ne faut pas oublier l’implication du citoyen ! Il faut lui donner les moyens et les incitations pour participer activement à la gestion durable de la ville. C’est ce maillon qui permettra véritablement d’arriver à la « Smart city ».

Quel est votre rôle auprès des décideurs publics pour construire la ville de demain ?

Schneider Electric travaille sur 5 grands métiers autour de la ville : la gestion de l’énergie, de l’eau, de la mobilité, des services publics (sécurité, éclairage public, etc.) et enfin des bâtiments et logements. À ces 5 expertises métiers s’ajoutent des services transverses (systèmes d’information et de gestion de l’énergie et du CO2, services interactifs et expertise météo, etc.)

Schneider Electric s’engage au côté des villes et des opérateurs de réseaux, pour apporter son expertise métier, ses solutions technologiques et ses capacités d’intégration dans une approche partenariale. En effet, on ne transforme pas une ville en Smart City unilatéralement. Il faut mettre en œuvre une approche collaborative qui associe les différentes parties prenantes et expertises autour des collectivités locales pour pouvoir structurer les projets en amont.

Schneider Electric a, par exemple, signé en février 2012 un accord avec la ville de Barcelone pour créer le premier centre d’excellence Smart city dans le quartier baptisé 22@.

Une des priorités du centre d’excellence est de promouvoir les solutions de mobilité dans la ville, en développant une plateforme de gestion intégrée qui permettra de gérer le trafic et de fournir de l’information en temps réel via le web ou des applications mobiles sur des services aujourd’hui séparés (gestion des incidents, calcul des temps de trajet, horaires des transports en commun, disponibilité des places de parking et optimisation des trajets, etc.).

L’objectif est de réduire de 20 % le temps de trajet quotidien dans la capitale catalane et de 10 à 15 % le nombre de véhicules cherchant un emplacement de parking. Ces mesures réduiront les émissions de CO2 de plus de 15 %.

Dans une seconde phase, le centre d’excellence développera d’autres applications pour la ville : gestion intelligente de l’eau ou des réseaux électriques, bâtiments intelligents, etc., l’ambition finale est d’intégrer ces différents systèmes dans une plateforme unique.

Autre point intéressant dans cette approche : Schneider Electric accompagne la ville non seulement dans la mise en œuvre de solutions, mais aussi dans la création, aux côtés de différents partenaires, d’un « City protocol » – un standard de mesure de la performance d’une ville – et d’un pôle de savoir-faire et de compétences pour la gestion intelligente des villes.

Pouvez-vous nous expliquer comment optimiser et améliorer la qualité des services publics dans les domaines de la fourniture d’électricité, du traitement de l’eau, des transports, de la sûreté et de la sécurité ?

Une des constantes qu’on retrouvera sur tous les « métiers » de la ville est le besoin de mesurer et superviser en temps réel les infrastructures de la ville. Pour pouvoir agir, il faut en effet visualiser et comprendre. Aujourd’hui, les différents acteurs sont trop souvent aveugles sur ce qui se passe dans les différents réseaux. L’information permettra de passer en mode proactif, d’anticiper certains événements, mais aussi d’optimiser instantanément et automatiquement la disponibilité des infrastructures et la qualité de service fournie aux citoyens. Elle permettra, également, au citoyen d’adapter son comportement.

Prenons par exemple, le projet Greencity, mis en œuvre dans le cadre du programme environnemental européen Life+ et dans lequel Schneider Electric accompagne les villes de Nantes et Vigo en Espagne. Life+ GreenCity est une plateforme web de gestion des fluides des bâtiments publics – eau, électricité et gaz – qui permet de mesurer et de contrôler la consommation d’énergie en temps réel. L’optimisation énergétique est vérifiée grâce au suivi d’indicateurs de rendement.

L’objectif est double : gérer et optimiser les consommations énergétiques à l’échelle municipale, dans les bâtiments publics, mais aussi permettre à chaque habitant de comprendre l’impact de ses actions et de réagir positivement à l’information en réduisant sa consommation d’énergie.

Cette solution permettra aux deux villes de réduire la consommation énergétique des bâtiments de 20 % et les émissions d’équivalent CO2 jusqu’à 10 %.

Autre point important pour améliorer la qualité des services publics : bien connaître les infrastructures et les processus associés. Schneider Electric s’appuie sur son expertise métier pour améliorer la fourniture de services publics de ses partenaires. Schneider Electric a, par exemple, équipé la piscine olympique de Dijon de systèmes automatisés pour garantir la bonne qualité de l’eau 24 heures sur 24, toute l’année.

Piscine de Dijon, un système de traitement de l’eau "classe mondiale" :


L'avis de l'expert Schneider Electric Cyril Bourret :


Dans tous les cas, rendre une ville intelligente repose sur une approche collaborative et d’engagement sur le long terme. Chaque ville a des atouts (ensoleillement pour les EnR, capacité d'attraction du tourisme, capital étudiants, connexions aux nœuds de transport européens, etc.), une topologie, des besoins particuliers. Il faut adapter les solutions et les services au tissu et aux attentes locaux et connecter les différents réseaux de la ville au service des citoyens.


Sophie Donabédian
20 juin 2012


Sophie Donabédian est Directrice Smart Grids / Cities chez Schneider Electric.





Schneider Electric offre des solutions intégrées pour de nombreux segments de marchés pour rendre l’énergie sûre, fiable, efficace, productive et verte. Le Groupe bénéficie d’une position de leader dans l’énergie et les infrastructures, les processus industriels, les automatismes du bâtiment, les centres de données et réseaux ainsi que d’une large présence dans les applications du résidentiel.
«Page 20 de 21»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Le médiateur national de l'énergie" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs