Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les Smart gas grids

Interview de GRTgaz

Le gaz naturel en raison de sa complémentarité avec les énergies renouvelables, facilite leur essor. Plus précisément, quel peut-être le rôle du réseau de transport de gaz dans le cadre de la transition énergétique ?

Le réseau de transport de gaz est au service de la transition énergétique.

Pour accompagner le développement des énergies électriques renouvelables (solaire, éolien) par nature intermittentes, le gaz naturel joue un rôle essentiel. Les centrales à gaz de production d’électricité conjuguent souplesse d’utilisation et fortes puissances. Elles permettent ainsi de compenser une production aléatoire et de répondre aux fortes variations de la demande électrique. De plus, le recours au gaz naturel permet de réduire les particules fines, les oxydes d’azote et les émissions de CO2, par rapport aux autres énergies fossiles. En France, en 2011, 29,5 TWh d’électricité ont été produits à partir de centrales à gaz et 59,6 TWh à partir de centrales à charbon. Si toute cette électricité avait été produite à partir de centrales à gaz, les émissions totales de CO2 issues de la production d’électricité en France auraient baissé de 40 % sur la période écoulée.

A plus long terme, la complémentarité des réseaux de gaz et d’électricité et la flexibilité du système gaz doivent être mis à profit pour valoriser la production électrique qui excède la demande et qui n’est pas consommée. L’étude d’E-Cube Strategy Consultants sur l’analyse du rôle du réseau de transport de gaz naturel dans l’économie de l’hydrogène en France, réalisée en janvier 2013 pour GRTgaz, montre que ces surplus de production pourraient représenter près de 75 TWh/an à l’horizon 2050, soit près de 15 % de la production actuelle du parc de production électrique en France. L’une des pistes étudiées consiste à utiliser l’électricité excédentaire pour produire de l’hydrogène par électrolyse de l’eau, en vue de son stockage et de sa valorisation par injection dans le réseau de transport de gaz.

Quelles évolutions technologiques seront à mettre en œuvre dans ce cadre ?

Quel que soit le mix énergétique retenu, la transition énergétique invite à repenser le transport de demain et, donc, à faire évoluer le réseau pour qu’il soit en mesure de faire une plus grande place au gaz renouvelable. Ces derniers mois, GRTgaz s’est ainsi engagé à définir les modalités d’injection du biométhane dans le réseau de transport. Les premières injections pourraient intervenir dès 2014 et atteindre 3 TWh en 2020.

GRTgaz a confié le pilotage de ce projet à une équipe pluridisciplinaire pour concevoir une solution technique d’injection (poste d’injection + raccordement au réseau) adaptée aux besoins et au processus de production de biométhane des clients, tout en garantissant ses obligations réglementaires et de pilotage du système gaz.

De la même manière, GRTgaz se prépare à l’injection d’hydrogène dans le réseau de transport de gaz et envisage le lancement d’un pilote d’injection.

L’injection des gaz renouvelables nécessite par conséquent de concevoir un nouveau mode de pilotage du système gaz pour tenir compte de la multiplication des points d’injection décentralisés, et maintenir en temps réel l’équilibrage entre l’offre et la demande comme c’est le cas aujourd’hui. Ce développement passe inévitablement par le recours à des technologies « smart » pour offrir un réseau encore plus intelligent, au service d’une production de gaz renouvelable fortement décentralisée.

Peut-on déjà parler de réseaux de transport de gaz intelligents ? Pourquoi ?

En décembre 2010, le groupe d’experts n°4 de la Task Force européenne sur les Smart grids (groupe de travail sur les réseaux intelligents initié par la Commission européenne à la fin de 2009 : http://ec.europa.eu/energy/gas_electricity/smartgrids/taskforce_fr.htm) a défini quatre fonctionnalités essentielles pour les Smart gas grids. Un réseau « smart » doit permettre :

  • de fournir de la flexibilité au réseau électrique pour adapter production et consommation et permettre le stockage d’électricité excédentaire ;
  • d’accueillir les gaz renouvelables : biométhane à court terme, hydrogène et méthane de synthèse dans le futur ;
  • de fournir des données aux consommateurs leur permettant de devenir acteur du marché de l’énergie et d’adapter leur consommation ;
  • de garantir la continuité d’approvisionnement avec un excellent niveau de sécurité.

D’une certaine manière, on peut considérer que le réseau de GRTgaz répond déjà aux critères d’un Smart grid. En quelques années, on est passé de quelques utilisateurs du réseau qui achetaient des capacités pour fournir leur clients à une centaine d’expéditeurs ce qui génère une augmentation très significative du volume de données échangées. Par ailleurs, alors qu’en 2005, GRTgaz informait les consommateurs industriels raccordés directement sur son réseau une fois par jour sur leur consommation de gaz naturel de la veille, l’amélioration des outils de pilotage et de gestion de l’énergie a permis de les renseigner de manière beaucoup plus rapprochée (3 fois par jour à partir de 2007 et cinq fois par jour depuis 2010). Cette fréquence va continuer à augmenter en 2013 et 2014, en visant à terme un pas de temps horaire tout au long de la journée.

Dans le même temps, GRTgaz, en coopération avec les gestionnaires des réseaux de distribution, prévoit d’informer en cours de journée les fournisseurs de gaz de la consommation de leurs clients sur les réseaux de distribution, et ce, dès 2014. C’est grâce à son système de télégestion que GRTgaz dispose de l’ensemble de ces informations. En 2014, GRTgaz procèdera à une rénovation de celui-ci (projet SC@LA) pour disposer d’une meilleure connaissance de son système gaz. Ainsi, grâce aux données recueillies à partir des 4500 points de livraison qu’il dessert, GRTgaz pourra connaître le débit du gaz, sa pression et ses caractéristiques ainsi que l’évolution de ces paramètres au cours des heures à venir et ce, sur les 32 000 km qui composent son réseau. Un tel outil permettra de simplifier le fonctionnement du marché du gaz et de mieux satisfaire la demande accrue de flexibilité des clients de GRTgaz, tout en assurant une optimisation des coûts de fonctionnement du système gaz et une plus grande transparence des activités de GRTgaz.

Ces évolutions viendront s’ajouter aux développements réalisés ces dernières années pour proposer une information de qualité sur les mouvements de gaz. Un site Internet dédié, Smart GRTgaz (http://www.smart.grtgaz.com/fr), a été développé en 2011 pour mettre à disposition toutes les informations sur le réseau de transport et favoriser les échanges sur le marché. Toutes les informations générales, relatives à l’évolution quotidienne des prix, des consommations (prévues et réalisées) et des capacités de transport sur les zones Nord et Sud sont publiées. Les agences de presse (Bloomberg, Reuters), les salles de marché mais aussi les producteurs de gaz naturel suivent ces indicateurs complexes sur l’exploitation du réseau. Smart GRTgaz est consulté mensuellement par plus de 5 000 visiteurs en provenance de tous les continents et le point d’échange gaz (PEG) Nord (place de marché GRTgaz située au nord de la Loire) compte 88 acteurs actifs qui échangent environ 1 TWh par jour.

Par ailleurs, ces informations sont utilisées par les clients-expéditeurs de gaz, utilisateurs du réseau de transport, pour optimiser leur approvisionnement en gaz. Ces informations sont reprises sur Trans@action, le site qui leur est dédié pour réserver des capacités et services auprès de GRTgaz. A l’échelle européenne, elles sont également disponibles sur la plate-forme de réservation de capacité PRISMA. GRTgaz est membre fondateur de cette plateforme aux côtés de 18 transporteurs européens issus de 7 États membres pour faciliter l’achat de capacité groupée de part et d’autre des principaux points frontières : ouverte en avril 2013, plus de 250 expéditeurs sont déjà enregistrés sur la plateforme.

Enfin, GRTgaz est membre actif de la plateforme Transparency. Il s’agit de la plateforme du réseau européen des gestionnaires de transport de gaz, ENTSOG. Elle permet de mutualiser les informations sur le transport du gaz naturel dans tous les pays membres.

Créé le 1er janvier 2005, GRTgaz exploite et développe le réseau de transport de gaz naturel à haute pression sur une grande partie du territoire français. Avec plus de 32 000 km de canalisations et 25 stations de compression, GRTgaz remplit des obligations de service public pour garantir la continuité de fourniture en gaz quelle que soient les conditions climatiques. Vecteur de sécurité d’approvisionnement, de solidarité entre les territoires et de compétitivité pour l’industrie, le réseau de transport de gaz est, également, un vecteur de solutions énergétiques d’avenir.
«Page 10 de 11»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Mairie de Paris" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs