Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Le bâtiment intelligent

Point de vue d'Emmanuel Rodriguez (CRE)

Afin de mieux appréhender les besoins des consommateurs en matière de maison intelligente et identifier les facteurs du succès d’un tel concept, M. Rodriguez a adressé un court questionnaire aux bénévoles de l’association « Confédération Syndicale des Familles ». Aucune contrainte n’ayant été posée sur les possibilités de la maison intelligente, les bénévoles de l’association ont donc répondu en ayant à l’esprit la maison idéale, voir idyllique. Les réponses ont, par exemple, fait référence au chauffage adapté à chaque pièce, au démarrage du chauffage en fonction de la présence des occupants ou du prix de l’électricité et à la gestion des appareils à distance.

Trois grands types de services souhaités par les consommateurs émergent des réponses au questionnaire :

  • permettre des économies d’énergies (gestion de la pointe, effacement) ;
  • simplifier la vie quotidienne (possibilité de gérer toute la maison à partir d’un écran ou d’une télécommande) et faciliter la prise en charge à domicile des personnes handicapées et âgées ;
  • améliorer le confort (température des pièces) et offrir des gains de temps grâce aux automatismes dans la maison.

Pour assurer le développement et la réussite de la maison intelligente, les consommateurs sont attentifs à divers points. En premier lieu, la simplicité d’usage est primordiale pour qu’ils s’approprient les appareils, que ce soit en termes de fonctionnement ou de programmation. De plus, les services d’assistance doivent être accessibles (téléphone) et efficaces (rapidité de la réponse et de l’intervention).

En second lieu, la fiabilité et la durabilité des installations et des équipements sont essentielles. Diverses inquiétudes peuvent freiner les consommateurs dans leur acceptation de la maison intelligente : comment la maison réagira-t-elle à des pannes ? Quels seront les systèmes de secours ? A l’instar de ce qui se passe dans le monde de la téléphonie, les appareils ne vont-ils pas devenir très vite obsolètes ? Les consommateurs ne veulent surtout pas avoir à changer leurs appareils trop fréquemment. Il convient que l’interopérabilité des matériels et logiciels permettra aussi d’éviter que les consommateurs soient captifs d’un système matériel-logiciel-constructeur et d’optimiser le jeu de la concurrence. Cela nécessitera probablement des travaux de normalisation (qui sont en cours) pour que les appareils domestiques soient compatibles avec le système mis en place, sans devoir ajouter des éléments représentant des coûts supplémentaires.

Par ailleurs, les consommateurs accordent également de l’importance au critère de l’adaptabilité des installations à leurs usages et à leurs modes de vie : le système doit s’adapter aux nouveaux occupants et doit être capable de prendre en compte qu’il existe différentes manières de consommer.

Enfin, des économies d’énergies visibles et réelles sont essentielles : à défaut de se rendre compte d’un gain monétaire (qui dépendra de l’évolution des prix des énergies), les consommateurs doivent pouvoir constater la diminution de leur consommation d’énergie liée à la maison intelligente.

Toutefois, la maison intelligente ne sera pas la seule réponse en termes de maîtrise de la demande d’énergie. La question des usages est en effet primordiale : si les comportements des consommateurs dans leur logement ne changent pas, même une maison intelligente à la pointe de la technologie ne sera pas suffisante.

Afin de répondre aux besoins de chaque utilisateur, la segmentation des offres pourra être une solution envisageable, du simple boîtier énergie servant à asservir les différents appareils électroménagers jusqu’à la maison entièrement intelligente du film « Mon Oncle », de Jacques Tati.

Néanmoins, trois questions majeures restent sans réponse : les coûts d’investissement, de fonctionnement et d’assistance, l’équipement des habitations mises en location et l’adaptabilité des logements anciens.


Emmanuel Rodriguez
7 décembre 2010

Pour en savoir plus :

Présentation diffusée lors du forum de la CRE : Les attentes des consommateurs

Emmanuel Rodriguez est Commissaire à la Commission de régulation de l’énergie depuis 2007. Il est également Secrétaire général adjoint de la Confédération Syndicale des Familles (La CSF) et de la FNAAFP/CSF.




«Page 15 de 23»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Mairie de Paris" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs