Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Le bâtiment intelligent

Une explosion probable du marché des Home technologies

Le marché des homes services d’efficacité énergétiques n’a, pour l’instant, pas encore véritablement trouvé son marché. Pourtant, les besoins d’information et d’aide au client existent déjà et devraient se renforcer fortement dans les années à venir. La refonte des systèmes électriques, avec la généralisation à terme du déploiement des Smart grids et la gestion de la demande, devrait les imposer à terme.

En effet, le contexte créé par les directives européennes, par le Grenelle de l’environnement et les décisions qui en découlent, l’apparition de nouveaux usages ainsi que de la production décentralisée, la performance et l’intelligence des équipements vont conduire le fournisseur d’énergie à resserrer la relation avec son client. Sous l’effet d’une triple aspiration à davantage d’économie, de confort et de protection de l’environnement, et incité de plus en plus fortement à gérer sa demande via des offres tarifaires plus dynamiques, celui-ci va souhaiter être mieux informé et mieux aidé par les technologies pour une utilisation plus pertinente et vertueuse de ses appareils.

Quelques exemples de ces interactions tirant parti des technologies de la maison communicante :

  • le basculement d’une pompe à chaleur vers la chaudière bois durant une période de grand froid pour diminuer la thermosensibilité de la consommation et donc son contenu carbone ;
  • le délestage du chauffage électrique pendant une pointe journalière de production pour éviter l’emploi de production d’extrême pointe, avec prévision pour le fournisseur de la charge évitée ;
  • l’optimisation de la recharge d’un chauffe-eau ou de la batterie d’un véhicule électrique ou hybride durant les heures creuses pour lisser la charge, l’information du client sur l’état du stock d’énergie ;
  • l’arrêt temporaire de la climatisation ou un pilotage adapté à la production photovoltaïque locale en été, pour soulager un réseau particulièrement chargé ;
  • la prévision de la production d’énergie de l’installation photovoltaïque afin de permettre au client d’optimiser son autoconsommation (dans l’optique d’une évolution du tarif actuel de rachat) et au fournisseur de prévoir le volume de production ;
  • des conseils en temps réel au client pour l’aider à identifier les consommations inutiles ou déplacer ses consommations vers une période plus économique par une analyse de sa courbe de charge.

Ces exemples montrent l’utilité d’un lien de communication entre le fournisseur d’énergie, les équipements de la maison, et le client lui-même.

Parmi les équipements de la maison, on trouve notamment le compteur électrique, qui devient lui aussi intelligent et, bientôt, le véhicule électrique et les énergies renouvelables (Les véhicules électriques et Les compteurs évolués).

Les équipements communicants de l’habitat d’aujourd’hui…

En matière de pilotage des appareils de la maison à des fins énergétiques, la France a été précurseur, avec le pilotage du ballon d’eau chaude en Heures Creuses, par l’intermédiaire du compteur bleu électronique ou encore le pilotage du chauffage par l’intermédiaire du Gestionnaire d’énergie connecté au compteur pour gérer la puissance appelée mais aussi prendre en compte les informations tarifaires (Heures Creuses, Tempo,…). Les lave-vaisselle à départ différé en Heures Creuses se sont également banalisés.

Et on assiste depuis peu à l’essor d’afficheurs de consommations de toutes sortes et de prises intelligentes, capables d’afficher et/ou de contrôler les consommations des différents appareils ou de l’habitat.

… à demain

Ces technologies préfigurent l’intelligence que l’on trouvera demain dans l’appareil, et non plus dans ces « prothèses », avec une meilleure prise en compte du processus interne de l’appareil lui-même, et donc des fonctions d’efficacité énergétique accrues : gestion de l’eau chaude disponible dans les machines à laver via le ballon d’eau chaude mais aussi via le panneau solaire thermique, interruption d’un cycle de lavage entre deux phases du cycle, action sur le réfrigérateur ou congélateur avec contrôle strict de la température, réduction de courte durée de la consommation électrique d’un sèche linge sans impact sur le linge, etc.

À l’instar du projet européen Beywatch (www.beywatch.eu), bon nombre de projets développent les possibilités d’adaptation des différents types d’équipements et appareils de l’habitat en regard de la gestion de l’énergie consommée et de la charge :

  • utilisation d’eau chaude : les équipements comme le lave-vaisselle ou le lave-linge chauffent habituellement l’eau dont ils ont besoin mais commencent à savoir tirer parti de source d’eau chaude externe, par exemple issue d’installations solaires ;
  • stockage d’énergie : un équipement stockant de la chaleur ou du froid peut, grâce à l’inertie thermique, être utilisé pour réguler la charge ;
  • opération différée : un équipement comme le lave-vaisselle peut différer son démarrage, voir rallonger son cycle de fonctionnement sans altérer le service rendu au client (vaisselle lavée pour une certaine heure) ;
  • fonctionnement réduit : certains appareils peuvent fonctionner à consommation d’énergie inférieure à leur consommation nominale, au prix d’une légère dégradation du service rendu à l’utilisateur final : luminosité abaissée, température abaissée, cycle de lavage allongé.

«Page 3 de 23»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Alcatel-Lucent" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs