Haut de page

Accueil » Acteurs & innovations » Technologies et innovations

Les Smart grids et la compensation de l’énergie réactive

Fondamentaux de la compensation de l’énergie réactive

L’analogie du cheval et du bateau permet d’expliquer :

  • la différence entre la puissance active (P en W), la puissance réactive (S en var) et la puissance apparente (Q en VA) ;
  • la notion de compensation de puissance réactive ;
  • les pertes en énergie sur le réseau d’électricité à cause de la puissance réactive.

Considérons un bateau, sur un canal, tiré par un cheval sur la berge.

Le facteur de puissance – autrement dit cos φ -  d’un appareil électrique est égal au rapport de la puissance active sur la puissance apparente et peut varier de 0 à 1. Il permet ainsi d’identifier facilement les appareils plus ou moins consommateurs d’énergie réactive. Un facteur de puissance égal à 1 ne conduira à aucune consommation d’énergie réactive (charges résistives). Un facteur de puissance inférieur à 1 conduira à une consommation d’énergie réactive d’autant plus importante qu’il se rapproche de 0 (charges inductives).

L’énergie réactive est l’équivalent du surplus d’énergie nécessaire en présence de moteurs, ballasts de tubes fluorescents, etc. Compenser l’énergie réactive, c’est corriger le facteur de puissance (cos φ) afin de diminuer la consommation totale, par exemple par l’installation de condensateurs.

L’énergie réactive produite localement par l’utilisateur perturbe les lignes et les transformateurs :

  • l’énergie réactive excessive est facturée au-delà de tan φ > 0,4, soit un facteur de puissance cos φ < 0,928
  • de façon générale, un mauvais facteur de puissance (cos φ), peut conduire à un dépassement de la puissance souscrite. L’utilisateur est alors conduit à devoir acheter un transformateur au-delà de 250 kVA, soit un investissement pouvant atteindre 100 000 €

L’enjeu du Smart grid

D'après le Gimélec, « Un modèle de calcul pour les pertes dans les réseaux de transport et de distribution ainsi que pour les réseaux de l’industrie et des services a été établi sur la base d’hypothèses retenues par la Commission européenne. Le calcul montre qu’en relevant le facteur de puissance cos φ à 0,95, la compensation d’énergie réactive se traduit au plan européen par un potentiel d’économies d’énergie de 48 TWh par an soit l’équivalent de la production de 4 centrales nucléaires. Ce potentiel s’appuie sur une hypothèse minimale et ne peut que s’accroître dans le temps ».

La compensation de l’énergie réactive peut tout particulièrement réduire le déficit de production d’énergie électrique en régions Provence-Alpes-Côte d’Azur et Bretagne. La contrainte est également forte sur le gestionnaire du réseau de transport qui doit acheminer l’énergie réactive, y compris en bout de ligne comme dans le Var et les Alpes Maritimes. C’est ainsi que compenser l’énergie réactive à grande échelle auprès de milliers d’utilisateurs finaux est une alternative crédible au renforcement du réseau d’électricité en haute tension dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, d’autant que le secteur tertiaire y est largement équipé de compresseurs de climatisation. Les compresseurs de climatisation sont en effet susceptibles de présenter un facteur de puissance dégradé.

Une technologie innovante pour compenser l’énergie réactive et éviter des renforcements de réseau

Le dispositif technique de FIDELISE permet l’automatisation de la mesure de l’ensemble de données des charges électriques, la collecte des données, le calcul du facteur de puissance et la compensation de l’énergie (contrôle et pilotage en temps réel grâce aux technologies de l’Internet des objets).

Cette technologie repose sur une infrastructure technique à deux niveaux :

  • pour le 1er niveau : une plate-forme comprenant un moteur d’agrégations, un moteur de recherche et un moteur de calcul dans le Cloud afin de :
    • déterminer si un utilisateur est éligible à la compensation de l’énergie réactive
    • superviser l’énergie réactive dans un premier temps, l’énergie active dans un second temps
    • permettre aux fournisseurs et aux entreprises locales de distribution d’exploiter le modèle de données pour leurs plates-formes d’exploitation des données massives (big data)
  • pour le 2e niveau : des actionneurs sans fil (Internet des objets) installés en complément de la partie hardware de la compensation de l’énergie réactive et pilotés par la plate-forme.

Cette technologie fait partie intégrante des technologies de Smart grids dans la mesure où elle permet :

  • l’exploitation d’économies diffuses auprès de nouveaux utilisateurs qui ne connaissent pas le principe de la compensation de l’énergie réactive
  • le contrôle à distance de la bonne exécution des procédés de compensation
  • une réponse à des problématiques de maintenance et de réglage détectées sur Provence Alpes Côte d’Azur
  • l’exploitation de données massives. En effet, le contrôle de l’énergie active et réactive génère des millions de données, auxquelles FIDELISE rajoute les données contextuelles de consommation d’énergie des utilisateurs. FIDELISE stocke, traite et analyse l’ensemble de ces données



FIDELISE est une société qui propose une solution complète d'économie d'énergie électrique pour les TPE & PME-PMI.
FIDELISE contrôle la partie hardware de la compensation de l'énergie réactive. Le contrôle s'effectue en temps réel et à distance.



«Page 9 de 10»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Friends of Super grids " qui fait partie de nos 161 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs