Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les zones insulaires

Interview de Pascal Rioual (Capénergies) :

Pouvez-vous nous expliquer en quoi consiste Capénergies ? Que représente le label Îlenergies ?

Capenergies est un pôle dédié à la compétitivité des acteurs de l’énergie. Il a pour mission d’encourager l’innovation par des mises en relation, un accompagnement et un soutien de ses membres. Le pôle réunit plus de 420 membres qui réalisent ensemble des projets créateurs d’innovation et d’activités dans le but de soutenir le développement économique des filières énergétiques.
Les actions engagées par le pôle depuis 2005 ont permis l’essor économique de plusieurs entreprises, la création d’emplois et la réalisation de systèmes énergétiques innovants.

Depuis 2005, 400 projets de R&D ont été examinés, 320 projets labellisés et 168 financés.

Îlenergie n’est pas un label mais plutôt un réseau qui constitue un cadre de coopération entre les régions insulaires. Il vise prioritairement à ouvrir une voie nouvelle de collaboration et d’échanges permanents entre les îles.

Pourquoi avoir créé un volet spécifique consacré aux îles au sein du pôle de compétitivité ? Quelles sont les spécificités de ces zones qui vous ont incité à développer ce label ?

Les systèmes insulaires comportent quelques spécificités qui influent sur leur politique énergétique :

  • non-interconnexion avec des moyens de production importants (la Réunion ou la Guadeloupe pourrait être reliées à l’Afrique ou à l’Amérique) ;
  • potentiel en énergies renouvelables intermittentes important ;
  • forte sensibilisation des acteurs et des populations à la problématique énergétique ;
  • coût de l’énergie produite en général élevé ;
  • politique de Maîtrise de la demande en énergie (MDE) déployée.

Les solutions à mettre en œuvre et à imaginer permettent, donc, d’envisager une coopération à construire sur ces thématiques.

Les réseaux électriques insulaires constituent des zones d’expérimentation idéales pour tester des solutions par exemple de stockage ou de distribution d’électricité. Ces solutions pourront à terme être déployées à plus grande échelle sur les réseaux électriques continentaux, poussés eux aussi vers une « décentralisation » des installations de production d’électricité.

Pouvez-nous nous décrire les trois volets insulaires de ce label (Corse, Réunion - Temergie, Guadeloupe - Synergîle) ?

Les volets insulaires de Capenergies Corse, Réunion, Guadeloupe, poursuivent leur développement en 2011.

Temergie, le volet Réunion du pôle Capenergies, a labellisé 7 de ses projets en 2011 et un apporté par TEMERGIE (APICLIMSOL, porté par le CEA INES avec le laboratoire PIMENT comme partenaire, labellisé et candidat à l’AAP SEED de l’ANR).

D’autres projets sont en cours et seront présentés au courant de l’année au Comité Stratégique de Capenergies. « L’objectif est d’atteindre 10 projets labellisés en 2011 afin de leur permettre de bénéficier de l’accompagnement financier dont ils ont besoin. » déclare Monsieur Michel DIJOUX, Président de Temergie.

Le volet Corse de Capenergies a, également, commencé l’année activement. Sous la Présidence de Monsieur Jean ZUCCARELLI, Président de l’Agence pour le développement économique de la Corse (ADEC), et Vice-Président de Capenergies, le Conseil de Gouvernance du volet Corse s’est réuni le 9 février 2011 pour adopter son plan d’actions 2011-2012. Une idée centrale guidera donc l’activité du volet Corse : accompagner les entreprises, que ce soit dans l’élaboration de leurs projets, la recherche de financements, la formation de leurs salariés, ou bien dans la recherche de nouveaux débouchés, etc.

Synergîle, le volet Guadeloupe de Capenergies, a, quant à lui, fait évoluer sa dynamique. Plusieurs actions ont, également, été menées début 2011. Dans la continuité du programme d’actions initié en 2010, la deuxième journée scientifique et technique sur le thème « Matériaux durables, matériaux innovants pour l’habitat, pistes de recherche », organisée par Synergîle le 9 février 2011, a mobilisé une soixantaine de participants (professionnels, institutionnels et chercheurs).

Un Appel à idées a été lancé dans les domaines des EnR et de la MDE, et des projets pourront être financés en lien avec la région et les services de l’État. Synergîle mobilise, également, les acteurs du photovoltaïque par l’organisation de réunions des acteurs de l’énergie solaire, en réponse aux différentes mesures prises par le gouvernement concernant le photovoltaïque en outre-mer. Un plan commun de mesures a été établi par ce biais par les professionnels des Antilles, de la Guyane et de la Réunion.

Quels sont les différents projets en cours dans ces îles ?

Dans le domaine du solaire thermodynamique, deux projets sont en cours en Corse en réponse à l’Appel à manifestation d’intérêt (AMI) sur le solaire du 2 mai 2011: le projet Calliste (de 1 à 2 MW) et le projet Alba Nova 1 de quelques mégawatts.

Dans le domaine du solaire photovoltaïque, plusieurs projets sont également en cours : le projet ILIO IR, Solar trade, à l’île de La Réunion relatif à l’intégration photovoltaïque au bâti en zone cyclonique, le projet INEIRIS, porté par les Universités de La Réunion, de la Corse et de la Guadeloupe, Meteo France, CEA Ines consacré à la prédiction de l’intermittence et au stockage et le projet Soleka initié par la société Réuniwatt en collaboration avec le laboratoire Piment (physique et ingénierie mathématique pour l’énergie et l’environnement), vise, quant à lui, à augmenter le plafond de 30 % d’énergies intermittentes sur le réseau en proposant de nouveaux outils de prévision des ressources en énergie solaire alimentant les modules photovoltaïques.

Dans le domaine de la MDE, on peut mentionner les projets VAL2GE porté par Atoll Energy et consacré à l’efficacité énergétique et à l’optimisation du rendement de la cogénération et le projet TEEO sur Île de La Réunion relatif aux outils de gestion de l’efficacité et à la constitution d’une banque de données de mesures de la production PV et des donnes de climat.

Concernant les bâtiments, il existe un projet sur l’île de La Réunion, porté par l’Université de La Réunion, le projet Pole 3E (Espaces bâtis, énergie, environnement en milieu tropical). Il réunit une dizaine de partenaires, qui souhaitent structurer l’activité de recherche et développement dans le domaine du bâtiment en zone intertropicale. Le projet IA concerne l’atteinte des objectifs de la réglementation thermique 2015 en milieu tropical.

Concernant les Smart grids, on peut citer le projet Millener mené par EDF SEI en Corse, à La Réunion et en Guadeloupe, en partenariat avec Schneider Electric, Tenesol, BPLG, Saft, Delta Dore, Edelia et qui déploie des Smart grids sur 1.000 hébergeurs (ce sont les clients résidentiels et tertiaires qui vont acceuillir les équipments ENR et MDE) sur les 3 territoires.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi ces projets s’inscrivent dans une dynamique de développement des Smart grids ?

En dehors du projet Millener (Appel à manifestation d’intérêt sur les réseaux électriques intelligents), tous les projets dans les domaines des EnR, de la MDE, qui contribuent à mieux insérer les EnR intermittentes ou à contribuer à une maîtrise de la consommation, peuvent être considérés comme des briques amenées à s’insérer sur les Smart grids de demain.


Pascal Rioual
5 octobre 2011


Membre du Comité Stratégique de Capenergies depuis près de trois années, Pascal Rioual a rejoint l’équipe du pôle Capénergies, comme Directeur Délégué le 1er janvier 2011. Il a travaillé précédemment au sein du groupe EDF, à la direction de la R&D puis à celle des Systèmes Insulaires sur les problématiques de l’insertion des énergies renouvelables, de l’efficacité énergétique, des relations avec l’État et de l’évolution du cadre réglementaire.


«Page 15 de 18»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Afnor" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs