Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les zones insulaires

Les recommandations de la CRE sur les Smart grids pour les zones insulaires

L’adoption de différents seuils de pénétration des EnR dans les zones non interconnectées

La sûreté des systèmes électriques des zones insulaires, dans le contexte de l’intégration d’énergies renouvelables variables, dépend fortement des spécificités de chaque territoire : présence dans le mix électrique de moyens de production ayant une grande réactivité, moyens de stockage d’électricité, maillage du réseau électrique, capteurs et actionneurs communicants déployés sur le réseau, caractéristiques et évolution de la consommation, etc.

L’insertion des EnR sur les réseaux

Ces caractéristiques spécifiques, propres à chaque territoire, ne sont aujourd’hui pas prises en compte dans la fixation du seuil maximum de pénétration instantanée des énergies renouvelables et des caractéristiques des différents moyens (stockage d’électricité, systèmes de prévision, etc.) permettant d’y déroger.

En 2014, la CRE a recommandé davantage de flexibilité dans la fixation de ce seuil de 30 %, afin de rendre possible l’intégration d’un nombre plus important d’installations de production d’EnR sans porter préjudice à la sûreté des systèmes électriques insulaires.

Recommandation de la CRE no 40 du 12 juin 2014 (R. 2014-40)

La CRE est favorable à l’adoption de différents seuils de pénétration des EnR qui dépendraient des caractéristiques du système électrique de la zone concernée et de l’installation de production d’EnR dans son ensemble (incluant les éventuels dispositifs de stockage d’énergie électrique et systèmes de prévision associés à l’installation de production ou dont dispose le gestionnaire de réseaux), ceci en adéquation avec les éventuelles dispositions réglementaires qui pourraient définir les objectifs stratégiques en matière d’énergie par zone géographique pertinente, en lieu et place du seuil unique de pénétration des EnR de 30 % prévu par l’arrêté du 23 avril 2008 dans les zones non-interconnectées au réseau métropolitain continental.

La CRE est favorable à ce que les seuils de pénétration des EnR, ainsi que les caractéristiques des dispositifs (stockage d’électricité, systèmes de prévision, etc.) permettant d’y déroger, soient définis, non pas dans la réglementation, mais dans la documentation technique de référence du gestionnaire de réseaux, après concertation avec les utilisateurs et suivant la procédure définie par la CRE dans sa délibération du 7 avril 2004. Une modification des articles 22 et 22 bis de l’arrêté du 23 avril 2008 serait pour cela nécessaire.

Ces évolutions doivent permettre d’intégrer davantage d’EnR dans chaque territoire insulaire dans le respect des règles de sûreté des systèmes électriques insulaires.



Il s’agissait de laisser chaque zone géographique pertinente libre de déterminer, à son échelle, un seuil de pénétration des EnR qui dépendrait des caractéristiques de la zone concernée et de l’installation dans son ensemble. Depuis, la loi du n° 2015-992 du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte a modifié l’article L. 141-5 du code de l’énergie et a permis de lever les obstacles réglementaires à la mise en place d’un seuil de pénétration des EnR par zone géographique. Sont concernés les territoires de la Corse, la Guadeloupe, la Guyane, Mayotte, La Réunion, Saint-Pierre-et-Miquelon et les îles Wallis et Futuna.

La Corse a été le premier territoire à mettre en œuvre ces nouvelles dispositions dans sa programmation pluriannuelle de l’énergie approuvée par le décret n° 2015-1697 du 18 décembre 2015 : le seuil de pénétration des EnR y est désormais fixé à 35 % en 2018 (seuil qui sera porté à 45 % en 2023). Il est désormais prévu que les autres zones interconnectées suivent l’exemple Corse et fixent dans leur programmation pluriannuelle de l’énergie, en accord avec l’État, un seuil d’insertion des EnR.

Recommandation de la CRE no 14 du 8 décembre 2016 (R. 2016-14)

Afin de mettre en œuvre les dispositions prévues à l’article L. 141 9 du code de l’énergie, la CRE demande aux gestionnaires de réseaux d’électricité insulaires Électricité de France – Systèmes Énergétiques Insulaires (EDF SEI), Électricité de Mayotte (EDM) et Eau et Électricité de Wallis et Futuna (EEWF) de définir dans leur documentation technique de référence l’ensemble des caractéristiques des dispositifs (stockage d’électricité, systèmes de prévision, etc.) permettant de déroger au seuil de pénétration des EnR, défini dans la programmation pluriannuelle de l’énergie du territoire concerné par celle-ci.

Les solutions Smart grids dans les ZNI

La recherche et développement sur les Smart grids en zones insulaires porte principalement sur les technologies de stockage et de comptage évolué. Le gestionnaire EDF SEI, en particulier, mène de nombreuses études sur l’utilisation du stockage dans les zones non-interconnectées, l’objectif final étant de déterminer précisément dans quelle mesure des installations de stockage pourraient faciliter l’intégration des EnR sur le réseau électrique.

Recommandation de la CRE no 15 du 8 décembre 2016 (R. 2016-15)

La CRE demande à EDF SEI d’expliciter et de présenter les études technico-économiques que cette dernière aura menées sur la valeur du stockage d’électricité du point de vue du producteur EnR et du point de vue de l’ensemble du système électrique dans les zones non interconnectées. Cette étude analysera en particulier le positionnement centralisé ou non des dispositifs de stockage d’électricité.


EDF SEI prépare le déploiement d’environ 1,2 millions de compteurs évolués en Corse et dans les départements d’Outre-Mer. À l’occasion du déploiement à titre expérimental de 1.000 compteurs communicants en Martinique, dans le cadre du démonstrateur Click Conso, EDF SEI a observé une certaine indifférence des utilisateurs qui ne se sont pas sentis concernés par la mise en place d’un tel programme censé favoriser la maîtrise en énergie. La CRE relève que des efforts de pédagogie sont à fournir afin d’impliquer les utilisateurs en explicitant les différents usages possibles des systèmes de comptage évolué et plus globalement des technologies Smart grids.

Recommandation de la CRE no 16 du 8 décembre 2016 (R. 2016-16)

À la suite du déploiement expérimental de compteurs évolués dans les zones non interconnectées, la CRE demande qu’EDF SEI entreprenne des actions de sensibilisation concernant l’utilisation possible des systèmes de comptage évolué dans le contexte de ces territoires (services de diagnostics énergétiques, notamment).

Pour en savoir plus :

Délibération du 12 juin 2014 portant recommandations sur le développement des réseaux électriques intelligents en basse tension

Délibération du 8 décembre 2016 portant communication sur l’état d’avancement des feuilles de route des gestionnaires de réseaux et proposant de nouvelles recommandations sur le développement des réseaux intelligents d’électricité et de gaz naturel

«Page 3 de 18»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "France Stratégie" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs