MAIA

MAIA

Contenu mis à jour le 06/12/2020

Faire de Marie-Galante une île autonome

  • Thème(s) : Flexibilité EnR
  • Localisation : DROM
  • Avancement : Expérimentation en cours

L’objectif est de faire de Marie-Galante une île éco-positive dont la production d’électricité sera assurée grâce à la combinaison de ressources non fossiles (solaire, batteries, moteur biocarburant, éolien). Le projet doit se dérouler en deux étapes : MAIA 1 (boucle locale) puis MAIA 2 (extension à l’échelle de l’île). Cette solution d’île écopositive pourra être déclinée sur toutes les zones insulaires.

Localisation et caractéristique de l'île

  • Capesterre de Marie-Galante – Région Guadeloupe
  • 158 km² - 12 000 habitants
  • Consommation comprise entre 2 et 7 MW
  • Île interconnectée à la Guadeloupe via un câble sous-marin en 63 kW
  • Groupes électrogènes de secours de 7,1 MW

Problématique

Les zones insulaires, en raison de leur non-interconnexion aux réseaux continentaux, ont recours systématiquement aux productions d’énergie à partir de ressources fossiles (fonctionnement usuel sur groupes électrogènes de secours, centrales bagasse/charbon, ou centrales thermiques au fuel).

Cependant, les énergies renouvelables ont désormais atteint un seuil de compétitivité durable, grâce à la diminution de leurs coûts de production (industrialisation, marché à maturité), mais aussi grâce à la stabilité de leurs modèles économiques et une meilleure prédictibilité.

Marie-Galante dispose déjà d’un parc solaire photovoltaïque raccordé au réseau de 2 MW et de deux parcs éoliens de 2,8 MW. La mise en place de deux nouveaux parcs éoliens comprenant des dispositifs de stock-age permettra à l’île de dépasser le seuil de 30 % de la production d'électricité d'origine renouvelable.

L’ambition du projet MAIA vise donc, grâce à une plate-forme intelligente, à prendre en compte et à contrôler le caractère variable de ces sources de production afin de permettre l’augmentation de leur pénétration dans le mix énergétique de l’île.

La technologie retenue est la combinaison d’une centrale solaire photovoltaïque, de batteries lithium-ion et d’un moteur biocarburant.

Description du projet

Le projet MAIA 1 (MArie-galante Île Autonome) se fixe pour ambition de créer une boucle locale entre, d'une part, une centrale photovoltaïque de 2 MW existante, une batterie lithium-ion, un moteur alimenté en biocarburants et, d’autre part, des utilisateurs raccordés au réseau électrique auquel la centrale solaire est raccordée, dont une distillerie. La centrale solaire et la distillerie se trouvent en bout d’une des lignes électriques ce qui permet de créer facilement un îlot électrique séparé du réseau. Tous les utilisateurs sont situés dans un rayon inférieur à 1 km. Le projet traitera quatre volets complémentaires :

  • la prévision de la production permettant d’assurer une meilleure gestion des équipements de production électrique ;
  • la mise en place d’un système de contrôle-commande afin d’interagir avec les différents moyens de production et de consommation ;
  • la gestion de la communication entre l’installation MAIA et EDF SEI ;
  • l’analyse de la ressource disponible, sur l’île, pour une production locale de biocarburant, puis la production de ce biocarburant pour alimenter un moteur.

La mise en place de ce projet doit permettre de progresser dans la définition de solutions adaptées à la complexité des situations de production électriques en milieu insulaire. En outre, le projet MAIA doit permettre la création de filières de formations locales sur les différents volets techniques qu’il contient.

À terme, le projet (MAIA 2) vise à faire converger 4 sources de production d’EnR sur l'île de Marie-Galante (1 site PV avec stockage, 2 sites éoliens avec stockage et un moteur biocarburant avec une ressource locale) afin de contribuer 24 heures/24 et 7 jours/7 à couvrir la consommation électrique de l'île par des moyens de production 100 % décarbonés.

Piloté par Akuo Energy, le projet rassemble LG (fournisseur de batteries), NIDEC ASI (fournisseur du système de contrôle-commande), EDF SEI et l’Université Antilles Guyane – Laboratoire LARGE.

MAIA 1 est cofinancé par l’Union européenne et la Région Guadeloupe. L’Europe s’engage en Guadeloupe avec le Fond européen de développement régional (FEDER).

Autres projets sur les mêmes thèmes

Grand Est • Clos

VENTEEA

Flexibilité EnR

Auvergne-Rhône-Alpes • Clos

TRANSFORM

Flexibilité EnR