SolarIce

SolarIce

Contenu mis à jour le 06/12/2020

Autoconsommation tertiaire avec stockage de froid

Les objectifs du projet

Le projet SOLARICE réunit EDF R&D, EDF SEI, Cristopia, l’Agence Martiniquaise de l’Energie (AME) et bénéficie d’un financement de l’ADEME. Il vise à tester, sur un bâtiment tertiaire réhabilité de l’ancienne centrale thermique de Bellefontaine en Martinique, l’autoconsommation à partir de l’énergie solaire pour répondre à un besoin de climatisation des bureaux associé à un stockage de froid. Le projet d’une durée de 3 ans a officiellement été lancé le 5 janvier 2017.

L’objet de l’expérimentation est d’identifier un mode d’autoconsommation dans le secteur tertiaire qui génère un bénéfice, non seulement pour le propriétaire ou occupant des lieux, mais également pour le système électrique et donc la collectivité.

Le projet SOLARICE vise notamment à :

  1. définir des règles de dimensionnement d’une solution associant, dans le contexte de la climatisation tertiaire, de la production photovoltaïque et un stockage de froid, y compris dans un contexte où l’un ou l’autre composant préexiste ;
  2. développer des algorithmes de pilotage optimisé de l’écosystème production + stockage, dans ses dimensions techniques et économiques.

Techniquement, il s’agit donc de gérer l’autoconsommation de manière à :

  • limiter les pics des puissances transitant sur le réseau : lors des pics de puissance, les bâtiments tertiaires consomment l’énergie produite en temps réel ou stockée, ce qui diminue leur soutirage sur le réseau public de distribution ;
  • diminuer les effets de l’intermittence de la production photovoltaïque.
Schéma de principe du projet SOLARICE (Source : EDF)

Comment fonctionne le stockage de froid ?

Le système de stockage d’énergie thermique mis en place dans le projet SOLARICE est un stockage par chaleur latente (STL) à haute performance énergétique. Ce type de stockage permet d’obtenir une grande quantité d’énergie stockable par unité de volume. Le volume de stockage et les pertes thermiques sont ainsi considérablement réduits.

Le STL est composé d’une cuve remplie de nodules et d’un fluide chargé de transporter la chaleur, dit calo-porteur. Environ 60 % du volume de la cuve est occupé par les nodules et les 40 % restants par le fluide caloporteur. Le nombre de nodules dans un système détermine à la fois l’énergie totale stockée dans le STL, mais aussi les puissances d’échange entre les nodules et le fluide caloporteur en mode de charge et de décharge.

Les nodules sont des sphères fabriquées avec un mélange de polyoléfines par extrusion soufflage. Ils sont remplis avec des matériaux à changement de phase (solide-liquide) appelés MCP (Matériau à Changement de Phase).

L’échange thermique entre les nodules et le système se fait par l’intermédiaire d’un fluide caloporteur circulant dans la cuve.

Représentation d’un nodule (Source : Cristopia)

Autres projets sur les mêmes thèmes

Grand Est • Clos

VENTEEA

Flexibilité EnR

Auvergne-Rhône-Alpes • Clos

TRANSFORM

Flexibilité EnR

Bretagne • Clos

SOLENN

Flexibilité Données