Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les compteurs évolués

Les recommandations de la CRE pour le déploiement des systèmes de comptage évolué en électricité

Dans sa délibération du 12 juin 2014, la CRE a fait plusieurs recommandations relatives au déploiement des systèmes de comptage évolué en électricité. Elles ont été reprises et complétées par de nouvelles recommandations dans sa délibération du 8 décembre 2016.

L’utilisation des informations issues du compteur par les outils de pilotage de l’installation intérieure des consommateurs

L’information est essentielle pour permettre aux consommateurs d’optimiser, voire de réduire, leur consommation d’électricité. Il existe d’ores et déjà des dispositifs d’information sur le fonctionnement du système énergétique et des solutions d’automatisation de la gestion de l’énergie qui permettent une prise de conscience des enjeux énergétiques par le consommateur et une meilleure appropriation et un engagement de celui-ci dans des démarches de participation plus active à l’équilibre offre/demande ou dans des démarches visant l’amélioration de l’efficacité énergétique de son installation.

En sensibilisant le consommateur et en lui permettant de piloter son installation en fonction de ses besoins et/ou des contraintes du système électrique, ces outils constituent dès à présent une brique intelligente au niveau du consommateur pour l’évolution des réseaux électriques vers les Smart grids.


Les possibilités ouvertes par les Smart grids pour le consommateur (Source : Colombus Consulting)

Recommandation de la CRE no 1 du 12 juin 2014 (R. 2014-01)

Le développement et l’appropriation de dispositifs d’information et d’outils de pilotage des installations intérieures permettront de sensibiliser et d’impliquer plus fortement le consommateur en tant qu’acteur à part entière du système électrique.

Dans le cas où ces dispositifs transmettent des informations sur la consommation électrique de l’ensemble de l’installation, la CRE recommande que ces dispositifs utilisent les données issues du dispositif de comptage. La CRE est favorable à ce que les instances de normalisation, et notamment la commission UC205 de l’AFNOR (Systèmes électroniques pour les foyers domestiques et les bâtiments), intègrent cette disposition dans leurs travaux.


Conformément à cette recommandation, les travaux de normalisation du comité technique 205 (UC205), émanation française du Comité européen de normalisation en électronique et en électrotechnique (CENELEC), portant sur les liaisons de communication entre les systèmes de comptage évolués et l’environnement domestique sont en passe d’aboutir. Ces travaux sont suivis par le groupe de coordination sur les systèmes de comptage évolués mis en œuvre dans le cadre du mandat européen de normalisation (M/441) en relation avec les travaux conduits en France sur l’aval compteur.

La standardisation du contenu de l’interface TIC des compteurs évolués

L’interface Télé-information client (TIC) des compteurs communicants possède différentes fonctionnalités qui pourraient permettre de faciliter la gestion de la consommation d’électricité au sein de chaque installation intérieure : transmettre des messages courts et des messages ultra-courts qui peuvent être utilisés par des matériels en aval du compteur et gérer sept relais virtuels (aussi appelés contacts virtuels) en plus du relais filaire (aussi appelé contact sec). Dans sa délibération du 12 juin 2014, la CRE demandait que le Groupe de Travail Électricité (GTE) travaille sur la standardisation des messages courts et ultra-courts qui peuvent être portés à la connaissance de l’utilisateur via l’afficheur du compteur, mais aussi être transmis à tout appareil connecté en aval, à travers son interface TIC. Ces messages pourraient aussi bien permettre la transmission de communications explicites au consommateur, ou bien d’informations codifiées, uniquement interprétables par ces appareils situés en aval du compteur.

Avec le déploiement des systèmes de comptage évolués, les appareils électriques du foyer situés en aval du compteur (eau chaude sanitaire, produits blancs et bruns, véhicule électrique, gestionnaire d’énergie, etc.) pourront être pilotés par l’utilisateur ou par un opérateur qu’il autorisera. Afin que ce pilotage se fasse dans des conditions optimales, la CRE jugeait nécessaire, dans sa délibération du 12 juin 2014, de travailler au sein des groupes de concertation à la standardisation de l’association entre les relais virtuels du compteur, qui transmettent ces ordres de pilotage, et les usages types, qui correspondent à des appareils de l’installation électrique du consommateur.

À l’issue de cette concertation en GTE, les acteurs ne sont pas parvenus à s’accorder ni sur la standardisation des messages cours et ultra-courts pour quelque champ d’application que ce soit, ni sur l’association par défaut de relais virtuels à des usages domestiques types.

Pourtant, au sujet de l’association des relais virtuels à des usages domestiques prédéfinis, le GTE a conclu que cela permettrait, par exemple, de facilement réduire la consommation de certains appareils ménagers pendant les heures où l’électricité est la plus chère. Le schéma ci-dessous illustre la proposition d’association par défaut entre relais virtuels et usages qui a émergé au sein du GTE. Le fait de la retenir comme association à utiliser par défaut par tous les acteurs n’a toutefois pas emporté le consensus nécessaire. Outre l’absence de retours d’expérience sur l’utilisation des compteurs évolués et de telles fonctionnalités, les participants du GTE rétifs à l’adoption d’un tel schéma indiquent que certains appareils électriques sont déjà pilotés d’une manière fine (par exemple, les convecteurs électriques) et qu’un pilotage binaire par un signal tarifaire pourrait nuire à leur fonctionnement.

La CRE ne partage pas un tel constat. Elle précise, en effet, que, dans la mesure où le « compteur ne [fait] que proposer un signal informatique binaire (« on/off ») pour chacun des contacts secs virtuels [dits relais virtuels], il est de toute manière nécessaire qu’un actionneur placé en aval réalise effectivement la mise sous tension ou l’arrêt des appareils électriques au moment voulu. Cet actionneur pourra avoir pour principe de fonctionnement de certes utiliser l’état des contacts secs virtuels, mais aussi de tenir compte des contraintes imposées par les spécificités de fonctionnement des appareils électriques pilotés. Le risque de dysfonctionnement des appareils électriques décrit ci-dessus n’est ainsi pas avéré ».

Enfin, la CRE craint que l’absence d’une association par défaut des usages aux relais virtuels ne rende le consommateur captif d’un fournisseur qui aurait établi sa propre association et recommande l’utilisation de l’association par défaut des contacts virtuels aux usages qui a émergé lors de la concertation en GTE.


Exemple d’association du contact sec filaire et des relais virtuels du compteur évolué de type Linky à des usages types issue du groupe de concertation (Source : CRE)

Recommandation de la CRE no 3 du 8 décembre 2016 (R. 2016-03)

La CRE recommande l’utilisation de l’association par défaut des contacts secs virtuels aux usages qui a émergé lors de la concertation en Groupe de Travail Électricité (GTE). Elle demande que cette association, qui n’a aucun caractère obligatoire, soit inscrite dans le référentiel clientèle des gestionnaires de réseaux publics de distribution d’électricité ayant adopté un système de comptage évolué de type Linky.

À la suite d’un retour d’expérience sur l’utilisation de cette association par défaut, cette dernière pourra éventuellement faire l’objet d’une évolution de la norme NF C 15-100 (cf. recommandation R. 2014-04), ou d’une norme ad hoc.


Par ailleurs, il est essentiel de faire preuve de pédagogie en explicitant auprès des utilisateurs les nombreuses possibilités que le comptage évolué offre aux consommateurs et au marché dans son ensemble.


Recommandation de la CRE no 4 du 8 décembre 2016 (R. 2016-04)

La CRE demande aux gestionnaires de réseaux publics de distribution et de transport d’électricité de publier ou mettre à jour dans leur documentation technique de référence, pour l’ensemble des compteurs évolués installés chez les utilisateurs raccordés aux différents niveaux de tension, les fonctionnalités de ces dispositifs accessibles pour les acteurs de l’énergie.

En outre, elle demande à l’ensemble des gestionnaires de réseaux de distribution et de transport de gaz naturel de publier dans leur documentation, pour l’ensemble des compteurs évolués installés chez les utilisateurs raccordés aux différents niveaux de pression, les fonctionnalités de ces dispositifs accessibles pour les acteurs de l’énergie.

La possibilité de personnaliser l’état des relais virtuels du compteur

La gestion automatique des équipements de l’installation électrique intérieure, déjà existante, se développe avec la multiplication des technologies Smart grids. Cette automatisation est d’autant mieux vécue par l’utilisateur qu’il a la possibilité de l’adapter à ses besoins.

Recommandation de la CRE no 5 du 12 juin 2014 (R. 2014-05)

Pour favoriser la connaissance que les consommateurs ont de la gestion de leur installation, la CRE est favorable à ce que ces derniers (ou un tiers autorisé par eux) aient accès à une interface leur permettant de connaître, d’une part, l’état des relais attribué à chaque plage horaire et, d’autre part, les usages types associés à chaque relais.

Afin de profiter au mieux des potentialités des systèmes de comptage évolué, il convient que les consommateurs (ou un tiers autorisé par eux) puissent modifier aisément l’attribution de l’état des relais aux index, au moins au moment de la souscription de l’offre tarifaire, et ce, sans surcoût pour eux.

À cet effet, la CRE demande que le Groupe de Travail Électricité (GTE) examine les modalités de modification de l’état des relais « virtuels ».


Comme décrit précédemment, la concertation organisée par la CRE (au sein du GTE) a permis de mettre en évidence que l’association du contact sec (filaire) et des relais virtuels à des usages engendrerait un meilleur pilotage de la consommation et, de fait, une meilleure maîtrise de la demande en énergie.

Afin que cette utilisation optimisée des différents appareils électriques puisse posséder des effets encore plus visibles sur la facture du client, les fournisseurs d’énergie pourront, en outre, proposer des offres où un usage spécifique (par exemple, la recharge du véhicule électrique) fera l’objet de prix différenciés, et ce, en complément des tarifs à heures pleines et heures creuses qui existent déjà (mais qui, eux, concernent l’ensemble de la consommation).

La grille de tarification du fournisseur programmée dans le compteur évolué Linky permet l’émergence de ces offres innovantes. En effet, adossé à chaque période de temps pendant laquelle un prix donné est applicable, figure l’état (ouvert ou fermé) proposé par le fournisseur des différents relais virtuels associés. En d’autres termes, la grille proposée par le fournisseur permet non seulement de différencier finement les prix de consommation en fonction de l’heure dans la journée ou dans l’année, mais aussi de proposer une information (binaire) de fonctionnement des appareils électriques « pilotés » par ces différents relais virtuels.

La recommandation décrite, ci-dessus, consistait à faire en sorte que l’utilisateur dispose d’une visualisation sur le site Internet du fournisseur ou du gestionnaire de réseaux de distribution de la grille tarifaire, comportant donc l’état associé des relais virtuels pour chaque période, et qu’il puisse éventuellement modifier cette configuration.

Cependant, il a été rappelé au cours du GTE que toute modification de l’état des relais virtuels constituait une modification de l’offre souscrite, qui doit donc être réalisée par le fournisseur pour le compte de son client, et que, préalablement à cela, une pédagogie forte doit être engagée concernant les grilles tarifaires des fournisseurs et l’utilisation des relais virtuels.

Pour en savoir plus :

Délibération du 12 juin 2014 portant recommandations sur le développement des réseaux électriques intelligents en basse tension

Délibération du 8 décembre 2016 portant communication sur l’état d’avancement des feuilles de route des gestionnaires de réseaux et proposant de nouvelles recommandations sur le développement des réseaux intelligents d’électricité et de gaz naturel

«Page 8 de 24»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "FNCCR" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs