Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » La gestion des données

Point de vue de Pascale Bernal (GRDF) :

Les données sont depuis longtemps au cœur des métiers du gestionnaire de réseaux de distribution de gaz naturel : données financières, données client, données de consommation, données patrimoniales, données de cartographie (avec une importance toute particulière de la cartographie pour les réseaux de gaz puisque la sécurité est au cœur de nos préoccupations : le gestionnaire de réseaux a besoin de savoir avec exactitude où se situent les réseaux de distribution).

Aujourd’hui s’ajoutent des demandes précises et nombreuses de différentes parties prenantes (les clients, les associations de consommateurs, les fournisseurs de gaz, les acteurs du gaz, les plombiers, les autorités concédantes) pour avoir de nouvelles données et, pour certaines, à une maille qui est de plus en plus fine. Jusqu’à récemment, la maille était celle de la commune. Aujourd’hui, les mailles sont celles des IRIS (Ilots regroupés pour l’information statistique) et la finesse de la maille pourrait aller croissant. Nous devons également fournir ces données à la CRE et les pouvoirs publics pour qu’ils puissent assurer leurs missions.


Source : GRDF

Les multiples enjeux autour des données existant dans le domaine de l’électricité existent également dans le domaine du gaz naturel :

  • la gouvernance des données : comment sont-elles collectées ? Quelles sont celles souhaitées et qu’il est possible de collecter ?
  • la connaissance des données : il est important de travailler en étroite collaboration avec les acteurs qui collectent ces données pour mieux les comprendre dans leur contexte ;
  • la qualité des données : il est important de les « nettoyer » pour pouvoir les analyser et les exploiter ;
  • l’accessibilité : il faut travailler sur ce sujet puisque de nombreuses parties prenantes sont intéressées par ces données. Le gestionnaire de réseau a un certain nombre d’obligations qui ne lui permettent pas de publier n’importe quelles données de n’importe quelle façon. La mise à disposition des données est ainsi centrale dans le travail du gestionnaire de réseaux.


Source : GRDF

Aujourd’hui, le sujet des données est prégnant en raison de l’explosion du nombre de données générées par les objets connectés.

Trois éléments majeurs bouleversent le métier du gestionnaire de réseau de distribution, faisant de la gestion des données le cœur de métier du distributeur :

  • la multiplication des capteurs sur différents points d’infrastructures (réseaux ou compteurs) et la mise en place des chaînes communicantes augmentent considérablement la volumétrie de données. Avec le programme de compteurs évolués Gazpar, alors que deux relevés par an étaient effectués, ce seront désormais 365 relevés par an pour 11 millions de compteurs ;
  • un bouleversement pour les métiers réseauavec le développement de la télésurveillance à la télé-exploitation des réseaux ;
  • selon l’ADEME, 1 400 projets d’injection de biométhane devraient être raccordés sur le réseau en 2030 : les données captées concernant le volume et pouvoir calorifique supérieur (PCS) à un pas de temps granulaire ouvrent la possibilité de maîtriser la qualité du mélange biométhane et gaz naturel importé qui est injecté sur les réseaux.

Les technologies pour traiter ces données se multiplient également (cloud, big data) et permettent de les traiter aujourd’hui d’une façon totalement différente d’hier.

La cartographie est très importante pour GRDF afin de savoir très précisément ce qui est dans le sous-sol pour éviter les dommages aux ouvrages et les risques de fuite. Depuis longtemps, les réseaux ont été cartographiés et des Systèmes d’information géographique (SIG) très précis existent. Aujourd’hui, au-delà de ces systèmes traditionnels, se développe le géo-décisionnel : des outils d’analyse permettent de visualiser l’information et de prendre des décisions beaucoup plus rapides et pertinentes pour tout type d’informations. Les collaborateurs de GRDF sont désormais géo-positionnés de façon à ce que l’on puisse, notamment lors de l’intervention d’urgence, localiser ceux qui sont le plus près et ainsi les faire intervenir le plus vite possible.


Source : GRDF

Depuis 2013, GRDF a créé un Datalab de façon à croiser les informations, parce que la valeur des analyses de données provient du croisement entre la connaissance du métier et des technologies liées aux big data. La mise en œuvre du Datalab permet de confirmer ou d’infirmer des intuitions dans la mesure où les informations disponibles sont beaucoup plus précises.

Il répond aux interrogations des différents métiers de l’entreprise : où implanter des stations de gaz naturel pour véhicules (GNV) ? Quel est le profil des clients qui se désengagent du gaz naturel ? Est-ce pour les mêmes raisons quelle que soit la région ? Comment optimiser nos interventions ? Chaque question déclenche une recherche des données concernées : marketing, démographiques, météorologiques ou liées à la maîtrise de l’énergie.

Les techniques du big data peuvent nous permettre de passer de la maintenance préventive vers de la maintenance prédictive. Si, grâce à l’analyse et au croisement des données, il est conclu que la défaillance n’arrive que tous les 7 ans alors que les maintenances s’effectuent aujourd’hui tous les 5 ans, GRDF réalisera moins d’interventions et cela permettra une réduction des coûts d’exploitation du réseau.


Source : GRDF

Le big data est un écosystème, qui implique de travailler avec de nombreux acteurs extérieurs : des universités et des écoles, d’autres entreprises qui ont des problématiques très proches des nôtres (entreprises de réseaux d’eau par exemple), les pouvoirs publics, des think tanks, des start ups. Croiser leur compétence sur le numérique avec celles que nous possédons en matière d’exploitation de réseau permet d’optimiser le service que nous rendons à l’ensemble des clients mais aussi le coût auquel nous le rendons.


Source : GRDF

GRDF a la volonté de pouvoir partager ces données et de les mettre à disposition des parties prenantes externes (clients, fournisseurs, collectivités) dans le respect de la loi Informatique et Liberté et des Informations commercialement sensibles (ICS). À ce jour, pour GRDF, la solution passe par un stockage sur un socle de données interne et maîtrisé. GRDF collabore avec l’ANSSI pour la mise en place de ses projets et est contrôlé par la CNIL.

La loi de transition énergétique pour la croissance verte en cours de discussion au Parlement fixe des repères qui permettront d’aller plus loin dans la mise à disposition de données aux clients et aux autorités concédantes.

Cette évolution se fera sans empiéter sur les prérogatives des fournisseurs et des sociétés de conseil.


Pascale Bernal
4 novembre 2014





Pascale Bernal est directrice des systèmes d’information chez GRDF.




«Page 22 de 26»

La gestion des données

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Sagemcom" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs