Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Le gaz naturel pour véhicules (GNV)

Le Gaz naturel liquéfié (GNL) comme carburant routier

Qu’est-ce que le GNL ?

Le Gaz naturel liquéfié (GNL) est du gaz naturel transformé à l’état liquide par condensation à - 161 °C. Le volume du gaz est ainsi réduit d’environ 600 fois. La forme du GNL est différente du GNV dans la mesure où le GNV est un gaz comprimé qui occupe plus d’espace que le gaz liquéfié. Le GNL est transparent, non toxique et non corrosif. Il peut être stocké et transporté par méthaniers et par camions.

Ses avantages et ses applications

Utilisé comme carburant, le GNL offre les mêmes avantages environnementaux que sa version comprimée, le GNV. Il apporte, en outre, des avantages complémentaires que le GNV n’a pas : la flexibilité du transport des hydrocarbures liquides.

Point de vue économique

Le prix au litre du GNL est 50 % moins cher que le diesel et 10 à 30 % moins cher que les autres carburants dits « alternatifs ». Même si, à l’achat, les camions sont 30 à 40 % plus chers en raison des réservoirs cryogéniques, bien plus complexes que les réservoirs diesel classiques où le carburant est stocké à température ambiante, le GNL est économiquement plus intéressant que le diesel : le prix du carburant permet un retour sur investissement sur 5 ans dès 50 000 km d’utilisation par an. Les réserves en gaz naturel, très importantes et facilement accessibles assurent par ailleurs une très grande stabilité des prix.

Point de vue technique

L’utilisation du gaz naturel sous sa forme liquide permet de pallier les problèmes d’autonomie que pose le GNV. En effet, stocké sous forme liquide, le gaz naturel occupe 600 fois moins de volume qu’à l’état gazeux et permet une autonomie de 1 000 kilomètres (contre 300 kilomètres lorsque le gaz est stocké sous forme comprimé). Cette autonomie est particulièrement intéressante pour les poids-lourds, car trouver une source d’approvisionnement devient moins contraignante dans la mesure où peu de stations sont aujourd’hui ouvertes en France. Le GNL ouvre ainsi la voie au transport longue distance.

Les stations en France et en Europe

Aujourd’hui, la France dispose, depuis 2014, de deux stations d’avitaillement au gaz naturel liquéfié. Situées à Castets (Landes) et à Saint-Quentin-Fallavier (Isère). Ces ouvertures ont été rendues possibles par l’adoption en novembre 2013 de la réglementation autorisant l’usage de véhicules circulant au GNL en France et par la transposition en droit français en juin 2014 de la réglementation internationale de novembre 2013 sur l’homologation des réservoirs. Ces deux stations ne sont pas ouvertes au public. Cependant, GNVert, opérateur de mobilité durable au gaz naturel, prévoit d’ouvrir trois stations-service publiques au GNL d’ici mai 2015.

La première station appartient aux Transports Mendy et permet à l’entreprise d’avitailler sa flotte de 11 camions qui desservent les magasins d’Intermarché dans le Sud-Ouest. À terme, la flotte de la société sera composée de 40 camions. La station a ouvert le 21 octobre 2014 grâce au travail conjoint des Transports Mendy, Iveco France, Gas Natural Fenosa et Consoptima. La station délivre à la fois du GNL et du GNV.

Construite par l’entreprise Axègaz, fournisseur de gaz naturel, la seconde station permet aux transports Jacky Perrenot d’avitailler sa flotte de 10 camions pour le groupe Casino.

En Europe, les pays les plus en avance en matière de nombre de stations distribuant du GNL sont l’Espagne, la Grande-Bretagne et les Pays-Bas.

Les perspectives de développement

Si, en Europe, le nombre de stations d’avitaillement au GNL (une cinquantaine de stations) et le nombre de camions au GNL circulant aujourd’hui (200 camions) se multiplient, en France, la filière ne démarrera réellement que si :

  • le cadre réglementaire est clarifié, notamment concernant les modèles de taxe : les utilisateurs de GNL pourraient être exemptés d’une partie ou de toute la taxe intérieure de consommation sur les produits énergétiques (TICPE) ;
  • la filière acquière plus d’expérience : l’absence de marché de poids lourds GNL d’occasion freine le développement de la filière. L’incertitude liée aux coûts de maintenance et de formation des techniciens pose également problème. Le manque de pièces détachées et de garagistes maîtrisant la technologie GNL risquent d’augmenter les coûts de maintenance et surtout d’augmenter les délais de réparation.

Si ces freins étaient levés en France, des estimations indiquent que 20 % des camions pourraient rouler au GNL en 2015.

Par ailleurs, en mai 2013, dans le cadre du 7e programme cadre de recherche et développement, l’Union européenne a lancé le projet européen « Liquefied Natural Gas Blue Corridors », qui vise à mailler le continent européen de stations de GNL tous les 400 km sur les grands axes.

Pour en savoir plus :

Site Internet du projet

Le cas du GNL porté

Le GNL porté désigne le GNL transporté par camions-citernes, destiné à l’approvisionnement de sites de distribution de GNL carburant ou de sites industriels non raccordés au réseau de transport de gaz naturel.

Dans ce cadre, un service de chargement en GNL pour camions-citernes et conteneur ISO est disponible depuis le 1er juillet 2013 au terminal méthanier de Montoir-de-Bretagne et depuis le 5 juin 2014 au terminal méthanier de Fos-Tonkin.

Le service proposé utilise les installations existantes et permet de charger jusqu’à 4 camions-citernes en GNL par jour à Fos-Tonkin et depuis le 1er octobre 2014, la capacité de chargement de camions au terminal méthanier de Montoir-de-Bretagne est de 8 camions-citernes en GNL par jour.

Pour en savoir plus :

Article Sia Partners, Le GNL comme carburant routier, quel potentiel pour la France ?

«Page 7 de 17»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Clean Horizon" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs