Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les modèles économiques

Dans quelle mesure les politiques accompagnent-elles l’émergence d’un modèle économique des réseaux intelligents ?

La Commission européenne s’est fixé un triple objectif pour 2020, dits objectifs « trois fois vingt » :

  • améliorer de 20 % son efficacité énergétique ;
  • réduire de 20 % les émissions de gaz à effet de serre (GES) ;
  • intégrer dans sa consommation énergétique finale une part égale à 20 % d’énergies de sources renouvelables.

Pour atteindre ces objectifs, la priorité est accordée au développement des réseaux intelligents. En effet, les réseaux électriques actuels ne permettent pas d’atteindre les objectifs définis dans le paquet climat-énergie. Une véritable « décarbonisation » demandera une modernisation des réseaux électriques et une amélioration de ses performances, ainsi qu’une nouvelle génération de micro et macro-technologies.

Le besoin de nouvelles technologies et le manque de financements européens dans ces domaines ont donné naissance au plan stratégique pour les technologies énergétiques (Plan SET) présenté par la Commission européenne en novembre 2007. Cette initiative établit le programme de recherche et d’innovation en matière d’énergie en Europe, afin d’accélérer les progrès en matière de technologies à faibles émissions de dioxyde de carbone. Elle vise à rattraper le retard de l’Europe sur le plan du financement de la recherche énergétique publique comme privée. Ce plan, fondé sur une stratégie et des actions communes aux États Membres, doit permettre d’atteindre les objectifs européens fixés à l’horizon 2020 et 2050. Il comporte des mesures sur la planification, la mise en œuvre, les ressources et la coopération internationale en matière de technologies énergétiques. Ce plan comporte deux volets principaux :

  • à court terme, il prévoit de renforcer la recherche pour rendre les technologies existantes plus performantes et de favoriser la commercialisation de ces technologies. Les actions porteront notamment sur les biocarburants, la capture, le transport et le stockage du carbone, l’intégration des énergies renouvelables dans les réseaux électriques et l’efficacité énergétique en matière de construction, de transport et d’industrie ;
  • à plus long terme, il soutiendra le développement d’une nouvelle génération de technologies à faible intensité carbonique. Les actions porteront notamment sur la compétitivité des nouvelles technologies en matière d’énergies renouvelables, le stockage de l’énergie ainsi que le développement des réseaux transeuropéens de l’énergie. Le plant SET souligne non seulement la nécessité d’un financement supplémentaire de la Commission européenne pour l’industrie dans son ensemble, mais formule également une proposition visant à lancer plusieurs initiatives industrielles européennes. Ces initiatives doivent s’orienter sur l’industrie et promouvoir l’innovation en matière de recherche et de technologie.

Par ailleurs, un groupe de travail européen sur les réseaux intelligents, Task Force for Smart grids, a été créé dans le but de faciliter et soutenir le processus de déploiement des réseaux intelligents à l’échelle européenne. Il participe à la mise en place d’un cadre réglementaire pour favoriser le processus de déploiement des réseaux intelligents à l’échelon de l’Union européenne et d’en coordonner les premières étapes. Les orientations stratégiques se concentrent sur la période 2010-2020. Les progrès rapides ont abouti à un accord sur un certain nombre de points stratégiques, parmi lesquels des recommandations sur le traitement des données, la sécurité et la protection du consommateur, ainsi que la définition de critères de financement pour le déploiement des réseaux intelligents. La prochaine mission du groupe de travail, pour l’année 2011, consistera à élaborer des décisions stratégiques, des recommandations législatives et une feuille de route stratégique pour la mise en œuvre de réseaux intelligents dans le marché intérieur européen.

Il est intéressant de noter également que les réseaux électriques intelligents sont au cœur d’une discussion au niveau européen (Infrastructure Energy Package) pour accélérer les investissements dans les infrastructures énergétiques jugées prioritaires.

Enfin, la Commission européenne a publié, le 8 mars 2011, un Plan européen pour l’efficacité énergétique qui propose différentes actions visant à réduire la consommation d’énergie. Ces actions sont notamment axées sur le déploiement des réseaux et des compteurs intelligents qui fournissent aux consommateurs les informations et services indispensables pour optimiser leur consommation d’énergie et calculer leurs économies en la matière.

Cette impulsion européenne en matière de réseaux intelligents donne les grandes orientations des politiques qui seront mises en œuvre et permet aux industriels et autres acteurs de considérer un certain nombre d’hypothèses pour la constitution des modèles économiques des réseaux intelligents. Elle se décline au niveau national avec la publication de feuilles de route permettant d’éclairer la décision et de réduire les incertitudes en offrant aux investisseurs potentiels une vision « panoramique » à long terme. Ces outils définissent dans le temps des trajectoires possibles pour le développement des réseaux intelligents, jusqu’à un horizon jugé pertinent (de 2020 à 2050). Elles ne relèvent pas d’une forme de planification car, au final, ce sont bien des investisseurs qui devront prendre leurs décisions d’investissement, mais elles permettent de réduire la complexité en délimitant des trajectoires plausibles et en donnant des orientations communes aux industriels. Par exemple, dans la feuille de route de l’ADEME ci-dessous, deux visions sont esquissées à l’horizon 2020 : l’une est caractérisée par un stockage adossé à de grandes unités de production centralisée et intermittente, l’autre par un stockage diffus piloté.

Elément de la feuille de route de l’ADEME (2020)



Source : ADEME

Cette vision globale permet également de déterminer si le niveau général de certains investissements est cohérent avec les objectifs de déploiement à terme des réseaux intelligents. Par exemple, l’Agence internationale de l’énergie (AIE) identifie un déficit de soutien public dédié aux réseaux intelligents compris dans une fourchette de 5 à 10 milliards de dollars. Ce type d’évaluation constitue un outil de pilotage de l’action publique et, tout spécialement, de la coopération internationale dans ce domaine.

Un autre exemple de feuille de route qui permet de créer un cadre propice au développement de modèles d’affaires en matière de réseaux intelligents est constitué par le plan français de développement du véhicule électrique. Des objectifs chiffrés permettent aux entreprises de former des anticipations pour bâtir leurs modèles d’affaires. Ainsi, il est prévu que deux millions de véhicules électriques et hybrides rechargeables circuleront d’ici 2020. Un réseau de 900 000 points de recharge privés et 75 000 points de recharge accessibles au public sera développé d’ici à 2015, portant à 4 millions les points de recharge privés et à 400 000 les points de recharge publics en 2020. Ces infrastructures nécessiteront un investissement de 4,7 milliards d’euros à l’horizon 2020. Le plan prévoit une densification des infrastructures de recharge à partir de 2015 avec comme objectif de permettre la recharge de véhicules électriques qui représenteront le quart des ventes de véhicules en 2025. Pour les années 2010-2011, l’objectif est de déployer une infrastructure minimale, de nature à rassurer les premiers acheteurs, dans treize agglomérations particulièrement concernées par le lancement commercial des véhicules. Treize collectivités pilotes se sont déjà engagées à déployer des infrastructures de recharge dès 2010 : Bordeaux, Grenoble, Rennes, Nice, Angoulême, Aix-en-Provence, Orléans, Paris, Rouen, Strasbourg, Le Havre, La Rochelle et le Grand Nancy.

«Page 6 de 18»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Suez-environnement" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs