Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les réseaux de chaleur et de froid intelligents

Interview de Robert Serna (Ville de Dunkerque) :

Un réseau de chaleur aujourd’hui reconnu internationalement pour ses performances environnementales

Le réseau de chauffage urbain de Dunkerque est le plus grand réseau de récupération de chaleur industrielle fatale en France, qui s’appuie sur la présence du site industriel sidérurgique d’Arcelor-Mittal.

Il a été distingué à Copenhague en 2009 en recevant un « Award of Excellence » de l’Agence internationale de l’énergie (AIE).

Construit à partir de 1985, le réseau dunkerquois est le deuxième plus grand réseau de la région Nord-Pas-de-Calais avec une puissance de 100 MW. Il est composé de 50 kilomètres de canalisation et de 180 sous-stations.

Il dessert 180 bâtiments et environ 6 000 logements. Il compte 105 clients auxquels sont vendus 140 000 MWh/an :

  • le logement collectif social (environ 4 000 logements) ;
  • le logement collectif privé (environ 2 000 logements ;
  • le secteur tertiaire privé ;
  • le centre hospitalier ;
  • les collèges et lycées publics ;
  • les autres secteurs tertiaires publics.

Il est placé sous la responsabilité de la Ville de Dunkerque qui en a confié la concession jusqu’en 2024 à Énergie Grand Littoral, filiale de Dalkia France.

L’originalité de ce réseau est de récupérer la chaleur fatale issue des hauts fourneaux sidérurgiques du groupe Arcelor-Mittal. Une hotte de captation d’une puissance de 15 MW a été installée en 1986. Une nouvelle hotte d’une puissance de 8 MW l’a été en 2008.

Les atouts du réseau sont nombreux :

  • la récupération de chaleur sur ces captations représente entre 55 et 65 % des besoins du réseau en fonctionnement normal et il s’agit d’une énergie neutre en termes d’émission de CO2 ;
  • 20 000 tonnes de gaz à effet de serre (GES) sont ainsi économisées chaque année au regard de l’énergie fournie. La captation sur le refroidissoir sidérurgique permet aussi de récupérer 90 % des poussières et, donc, améliore la qualité de l’air ;
  • l’énergie est rachetée à l’industriel à un tarif bas (5 euros le mégawattheure) ce qui contribue à l’équilibre financier du réseau et à sa performance commerciale ;
  • la présence majoritaire d’énergie renouvelable dans le réseau lui permet d’être assujetti à la TVA au taux réduit ce qui améliore encore sa compétitivité.

Ce réseau, au-delà de sa performance énergétique, permet également de démontrer, par l’exemple, qu’on peut concilier le nécessaire développement industriel et la préservation de l’environnement et de la santé des populations, à l’heure où la question de l’« économie circulaire » prend de plus en plus d’importance.

La volonté de développer ce réseau dans le cadre d’une politique de transition énergétique volontariste à l’échelle communautaire

À court terme, deux extensions sont en cours sur le quartier en rénovation urbaine du Jeu de Mail et sur la commune associée de Saint-Pol-sur-Mer. À titre d’illustration, dans le cadre du Fonds Chaleur, l’ADEME subventionne à 50 % les réseaux de chaleur si l’énergie d’origine renouvelable est majoritaire. L’extension de Saint-Pol-sur-Mer porte ainsi sur plus de 3 kilomètres pour un coût de 4,2 millions d’euros financés à 50 % par l’ADEME, le solde étant financé dans le cadre du contrat de concession signé avec Énergie Grand Littoral.

L’objectif est aujourd’hui de dépasser le cadre initial du réseau, limité à la ville de Dunkerque et la commune associée de Saint-Pol-sur-Mer, pour développer le réseau de chaleur sur le territoire de l’agglomération dunkerquoise (200 000 habitants) – de manière maillée ou en boucle locale – afin de pouvoir distribuer une énergie décarbonée à des tarifs compétitifs et pour tous les besoins (résidentiel individuel et collectif, tertiaire, industrie).

Fin 2011, la Communauté urbaine de Dunkerque – déjà autorité organisatrice en matière d’électricité et de gaz à l’échelon communautaire – a adopté une délibération fixant cette orientation qui s’inscrit dans son Plan Climat et correspond aussi à l’objectif national d’une part d’au moins 23 % d’énergie d’origine renouvelable dans l’énergie finale consommée en France en 2020. L’adoption toute récente de la loi de modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles (MAPAM) conforte cette orientation, la compétence « réseau de chaleur » étant désormais clairement communautaire. La prise de compétence effective par la Communauté urbaine est programmée pour début 2015 après une phase de concertation avec les communes concernées par les perspectives de développement.

Une étude a été commanditée par la Ville et la Communauté urbaine en 2012, pour mettre en œuvre cette stratégie de développement. Elle a consisté en l’élaboration de scénarios technico-économiques d’extensions de réseaux prenant en compte les densités urbaines et recensant les sources d’énergie potentielles, pour poursuivre cette volonté de joindre énergie fatale liée à certaines activités économiques et captation de chaleur pour intégration dans le réseau.

L’objectif est de constituer un vaste réseau de chaleur utilisant différentes sources d’énergies (chaleur industrielle, bois, eau de mer, etc.) couvrant la population la plus étendue possible.

L’étude a aussi conforté l’idée d’un raccordement au réseau du Centre de valorisation énergétique des ordures ménagères, sécurisant le réseau et renforçant sa capacité de développement.

Parallèlement au développement du réseau auprès des grands comptes, une étude de faisabilité est en cours pour expérimenter le raccordement des logements individuels afin de développer et densifier un réseau jusqu’ici composé essentiellement de partenaires institutionnels.

Une nécessité : impliquer encore plus les particuliers pour lutter contre la précarité énergétique

Le raccordement des particuliers constitue un autre objectif stratégique afin, notamment, de densifier le réseau et de permettre ainsi la baisse du coût de la chaleur qu’il fournit.

Sur un plan politique et citoyen, il s’agit aussi de convaincre les habitants du bien-fondé des énergies renouvelables et de la pertinence du réseau de chaleur dunkerquois.

Ce réseau s’inscrit enfin dans une perspective de lutte contre la précarité énergétique avec la fourniture d’une énergie moins chère et une politique d’aide à l’isolation des logements menée par la Communauté urbaine (expérience de la thermographie aérienne et point d’appui avec la démarche Réflex’énergie).

Le développement du réseau est stratégique pour contribuer à la diversification du pôle énergétique majeur qu’est aujourd’hui Dunkerque

Dunkerque est la première plate-forme énergétique européenne avec une centrale nucléaire, un gazoduc géant qui achemine de Norvège le tiers de la consommation française, des raffineries et bientôt un terminal méthanier construit par EDF.

Pour diversifier ce pôle énergétique en l’orientant vers l’avenir, Dunkerque a fait le choix de se positionner sur l’ensemble des énergies nouvelles (éolien, solaire, etc.) à travers un pôle d’excellence régional « Énergies 2020 ». Le développement du réseau de chaleur à l’échelon communautaire s’inscrit clairement dans cette perspective.


Robert Serna
03 avril 2014





Robert Serna est le Directeur général des services de la Ville de Dunkerque.





1ère plate-forme énergétique d’Europe, 3e port français, Dunkerque (94 000 habitants) est le cœur d’une agglomération de 200 000 habitants, façade littorale de la Région Nord-Pas-de-Calais sur la mer du Nord, conjuguant tradition industrielle et portuaire avec développement durable. La Ville et l’agglomération se sont engagées depuis de nombreuses années dans une démarche volontariste d’efficacité énergétique au service de ses entreprises et de ses habitants, visant à promouvoir une utilisation économe et économiquement acceptable, dans un contexte de montée des préoccupations environnementales, notamment en matière énergétique. À Dunkerque, la chaleur et l’énergie des hommes permettent au projet de devenir réalité.
«Page 18 de 18

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Ines" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs