Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les Smart cities

Interview de Patrick Jeantet (Keolis) :

En tant qu’entreprise de transport urbain, comment envisagez-vous la mobilité dans la ville de demain ?

Les transports de personnes sont dominés depuis la seconde Guerre mondiale par la voiture individuelle. La popularisation de la voiture a permis l'émergence d'une industrie automobile puissante, a eu un fort impact sur le paysage urbain et a monopolisé les voiries au détriment des piétons et des transports publics (disparition des tramways dans la plupart des centres urbains d'Europe occidentale). Dans les villes françaises, la voiture représente environ 55 % à 65 % des déplacements, la marche entre 25 % et 30 % alors que les transports collectifs représentent un peu moins de 10 %.

En ce début de XXIe siècle, un certain nombre de facteurs sont en train de faire évoluer ce modèle :

  • apparition de mégalopoles et accroissement significatif de la taille des villes ;
  • augmentation de la congestion urbaine due à l'afflux de véhicules et problématique du parking en zone urbaine ;
  • amélioration de l’efficacité énergétique des systèmes de transports, réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES) et problématique de santé publique ;
  • accidentologie très élevée des voitures.

Un nouveau modèle va émerger de cette situation.

Dans les grands centres urbains de demain, les déplacements en voiture individuelle diminueront substantiellement et seront remplacés par un système de transport collectif où tous les modes (trains, métros, trams, bus, voitures en libre-service ou auto-partage) seront utilisés suivant leur efficacité. L'offre de transport public sera beaucoup plus dense, plus fréquente et avec de plus grandes amplitudes horaires.

Dans les zones périurbaines et le monde rural, la voiture individuelle gardera toute sa pertinence et sera complétée par un système de transports publics par trains régionaux et cars sur les axes principaux. Une offre de transport à la demande permettra de rabattre les passagers sans voiture des zones rurales vers ces axes structurants.

L'articulation entre périurbain et urbain, entre voiture individuelle et transports publics se fera par la mise en place de parcs relais automatisés et performants.

Le covoiturage prendra une place grandissante dans les déplacements domicile / travail, domicile / campus universitaire.

Le bilan en GES et en émissions polluantes va connaître une amélioration considérable :

  • en Europe, l’évolution des normes des moteurs diesels (Euro I à Euro VI) a permis une diminution de plus de 90 % des rejets  polluants (- 97 % pour les particules, - 95 % pour les NOx) au cours de ces 20 dernières années,
  • émergence de carburants « verts » dans les flottes de bus et cars : biodiesel, éthanol, biogaz, bus hybrides.

L'efficacité et l'attractivité d'un tel système dépendra de la capacité du secteur des transports et des pouvoirs publics à résoudre quatre problèmes.

  • La fluidité des correspondances : à l'inverse du déplacement en voiture individuelle, la grande majorité des déplacements en transports collectifs se font en utilisant plusieurs lignes / services, le maillon faible de la chaîne de déplacement étant bien souvent la correspondance qu'il s'agit de fluidifier.
  • Une information complète, compréhensible et immédiate : un frein important à l'utilisation des transports publics est la difficulté de compréhension des informations nécessaires à la réalisation du déplacement. L'émergence des Smartphones est un formidable atout pour résoudre ce problème.
  • Un système de tarification et de billettique intégré permettant sur un même support (cartes NFC, téléphone portable) de charger des titres de transport différents mais aussi multiplication de titres multimodaux (ex : abonnement valable sur le TER et les transports urbains)

Quelles sont les expérimentations auxquelles vous participez en France et dans le monde ? Comment analysez-vous les différents retours d’expérience ? Quels enseignements peut-on tirer pour la France des avancées internationales ?

Keolis se positionne sur l’ensemble de la chaîne de la mobilité : un opérateur unique qui assure l’ensemble du service de déplacements de nos concitoyens.

  • Keoscopie/Iquad/Poca = nous avons mis en place des méthodes et outils pour connaître les besoins de nos concitoyens en matière de déplacement. Une connaissance fine des besoins en déplacement par segment de population, par quartier, par générateur de trafic permet le design d’une offre optimale.
  • Tramway = Keolis est le premier opérateur mondial de tramways (Melbourne, Bergen, Nottingham, Lyon, Bordeaux, Lille, Caen, Angers, Le Mans, Orléans) et en 2012 inauguration des tramways de Brest, de Dijon et de la 2ème ligne du tram d’Orléans. Le renouveau du tramway dans les villes moyennes ou en complément de lignes de métros dans les plus grandes agglomérations accroit substantiellement l’attractivité du réseau de transport public, redynamise certains quartiers et élargit la clientèle. Dans un pays comme la France ou l’énergie électrique est très largement d’origine nucléaire, le tramway améliore considérablement le bilan carbone.
  • Autopartage = nous participons à de nombreuses opérations d’autopartage dont la plus significative est celle de Lille. A ce jour, l’autopartage reste au stade de l’expérimentation même si celle-ci se multiplie. La taille critique n’a pas été atteinte et le modèle économique n’est pas stabilisé. Ce service est néanmoins une voie d’avenir très complémentaire des transports publics classiques.
  • Billettique : nous sommes soit assistance à la maîtrise d’ouvrage des autorités organisatrices, soit maîtrise d’œuvre dans la mise en place de systèmes billettiques sans contact, d’achats de titre de transport par Internet et de système de recharge des cartes de transport sur distributeurs automatiques de billets (DAB) bancaires. Nous mettons en œuvre ces systèmes dans de nombreuses agglomérations françaises.

Pour en savoir plus :

Impacts environnementaux des véhicules de transport en commun - La position d’un exploitant

Patrick Jeantet
14 février 2012


Diplômé de l’Ecole Polytechnique et des Ponts, Patrick Jeantet a fait ses débuts au sein du groupe Bouygues, puis a rejoint le groupe Vinci. En 1997, il a intègré la société International Water, filiale commune des groupes Bechtel et Edison (EDF). Il a été Directeur de la Société des eaux de Manille (Philippines) de 1997 à 2000. Puis de 2000 à 2005, il a occupé les fonctions de Directeur Général Opérations à Londres. Entre 2005 et 2011, il a assuré chez Keolis les fonctions de Directeur Général Adjoint puis de Directeur Général en charge de l'International. Il occupe aujourd'hui le poste de Directeur Général France. Il est membre du Directoire du Groupe Keolis.



Keolis est un opérateur majeur du transport public de voyageurs en France, en Europe et dans le monde.

«Page 17 de 21»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Accenture" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs