Haut de page

Accueil » Tous les dossiers » Les zones insulaires

Interview de Christophe Jourdin (Logica Business Consulting) :

Quels sont les différents projets que vous développez dans les îles ?

Les compteurs communicants apparaissent désormais comme le nouveau « palier technique » du comptage. À côté des grands projets d’ERDF ou d’Enel par exemple, il est légitime que les énergéticiens de taille plus réduite – insulaires ou entreprises locales de distribution (ELD) métropolitaines – s’interrogent sur l’opportunité et la rentabilité du déploiement de ces outils.

Logica Business Consulting réalise en ce moment l’étude de cadrage d’un projet Smart Grid en zone insulaire, où le déploiement du comptage évolué de type AMM (Automated Meter Management) offre de réelles opportunités pour répondre aux enjeux du territoire, en particulier autour de l’intégration des ENR et de la réduction de la précarité énergétique.

Parmi ces contraintes spécifiques aux zones insulaires, on retrouve le financement : un revenu moyen par compteur plus faible ou une situation économique difficile constituent de réels freins à l’investissement. Or, le coût d’un projet AMM n’est pas nécessairement proportionnel au nombre de clients ; les contraintes d’intégration des systèmes d’information, la nécessité de maîtriser les données télé-relevées et de superviser les équipements sont les mêmes que pour des projets plus importants. Le rôle de Logica est alors d’innover afin de proposer des solutions en rupture avec les schémas classiques (dimensionnement pragmatique des fonctionnalités, outils de gestion des données de comptage et de supervision plus légers, solutions hébergées ou « Cloud », etc.).

Ensuite, dans ces zones de taille réduite, le lien qui unit le gestionnaire de réseau électrique, le concédant et les clients-citoyens prend une force particulière. Le concessionnaire, ne peut pas centrer son modèle d’affaires sur les gains liés à la réduction des interventions. Il utilisera plutôt le comptage évolué comme un levier pour renforcer sa qualité de service, développer de nouvelles offres, (notamment pour réduire la précarité énergétique) et faire évoluer ses équipes vers des tâches à plus forte valeur ajoutée. L’intégration multi-fluide présente également un intérêt économique plus fort.

Enfin, il ne faut pas négliger les contraintes géographiques : un climat rude pour les équipements, des réseaux d’acteurs différents de ceux de l’Europe, un approvisionnement plus complexe...

L’absence d’interconnexion a toujours impliqué un pilotage plus contraint de l’équilibre du système électrique, mais il se trouve aujourd’hui complexifié par le fort développement des ENR. La relève plus fréquente de données d’injection et de qualité de fourniture sur le réseau basse tension contribuera à réguler les flux. Quand, par ailleurs, la garantie de capacité a été obtenue au prix de la mise en place de moyens de production fortement carbonés, la maîtrise de la pointe présentera un intérêt environnemental et financier certain.

Quelle est la valeur ajoutée de Logica sur ces projets ?

Logica a commencé à travailler sur des problématiques de comptage communicant dans les années 80, du fait de la présence de ses équipes dans plusieurs pays précurseurs, pour lesquels le comptage évolué est déjà devenu une réalité opérationnelle : Grande-Bretagne, Scandinavie, Portugal, etc. En France, Logica travaille sur ces sujets pour RTE depuis les années 1990. Cette longue histoire nous permet de comparer de nombreux retours d’expérience, dans des contextes réglementaires, fonctionnels et technologiques très différents. Nous avons également développé une structure de veille interne et un centre d’expertise « machine to machine » (M2M), nous permettant d’offrir des réponses pertinentes, du modèle d’affaire à l’expertise technologique en passant par la définition de services à valeur ajoutée.

Nos travaux en zone insulaire puisent dans nos réalisations menées pour d’autres pays :

  • les conditions climatiques extrêmes chaudes ou froides, mais toujours humides ont des similarités, soit avec le sud du Portugal, soit avec les pays scandinaves ;
  • la nécessité de prendre en compte une part importante de production intermittente se retrouve également dans la péninsule ibérique ;
  • les offres innovantes, tel que le prépaiement, ont été très largement développées en Grande-Bretagne;
  • des techniques d’incitation à la maîtrise de la demande et de la pointe via une information détaillée pour le consommateur ont été développées par Logica en Suède. Les technologies d’afficheurs déportés sont, également, expérimentées en Grande-Bretagne.

Dans tous les cas, nous veillons à ce que la définition de la stratégie (quels objectifs ? quel modèle économique ?) précède celles des services et des technologies.

Pouvez-vous nous expliquer en quoi ces projets s’inscrivent dans une dynamique de développement des Smart grids ?

S’il a souvent été dit que les compteurs évolués constituent la première brique des Smart grids, les zones insulaires le prouvent : d’une part, dans ces territoires isolés, l’équilibre du système est un enjeu de tous les jours et, d’autre part, la nécessité de réduire l’empreinte carbone de la production électrique est une attente forte des populations qui constatent de visu le réchauffement climatique par la montée du niveau des océans dans leurs archipels.

Ainsi les projets de comptage évolué en zone insulaire ne peuvent s’y réduire à optimiser la relève, mais doivent accompagner la politique énergétique du territoire : améliorer la qualité de fourniture, réduire la précarité énergétique, optimiser le rendement du réseau, mieux cibler les investissements, permettre l’autosuffisance, etc.

On comprendra alors pourquoi les expérimentations et les projets réalisés en zones insulaires suscitent l’intérêt grandissant des petits gestionnaires de réseaux – des « stadtwerke » allemandes aux ELD françaises – mais également des plus grandes, qui toutes en tirent des enseignements.


Christophe Jourdin
1er décembre 2011


Christophe Jourdin est Manager au sein de la practice Energy & Utilities de Logica Business Consulting France, où il est en charge du Smart Metering au sein d’une équipe qui intervient, également, sur le Smart Grid, le Véhicule électrique, le Smart Home & Building et l’efficacité énergétique. De formation ingénieur, il était auparavant intervenu sur des activités de conseil en organisation, en management des SI dans les secteurs de l’électricité, du gaz et des utilities.




Logica est une entreprise de service en business et technologie. Elle réunit 41 000 collaborateurs dans 39 pays et propose conseil en management, intégration de technologies et externalisation à ses clients du monde entier.
Logica Business Consulting constitue le pôle conseil du groupe Logica, avec 3500 consultants en Europe.

«Page 17 de 18»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Bouygues énergies & services" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs