Haut de page

Accueil » Parole d'experts » Personnalité du moment

Thierry Pons, Directeur des Systèmes Energétiques Insulaires d’EDF

CRE

Comment concevez-vous votre mission de service public dans ces territoires particuliers que sont les îles ?

Thierry Pons

Notre engagement en Corse et outre-mer est avant tout une histoire humaine, une mission de service public exercée par plus de 3 000 femmes et hommes dans le souci constant de répondre aux besoins et aux attentes de tous nos clients.
Dans les DOM et la Corse, notre mission essentielle est d’assurer le service public de l’électricité en tant que producteur, gestionnaire de l’équilibre offre-demande, transporteur–distributeur et fournisseur de l’électricité vers tous les clients. Dans ces territoires, pas ou faiblement interconnectés à des réseaux continentaux, l’énergie reste un bien vital et nous devons inscrire nos activités dans une démarche de développement durable et de proximité vis-à-vis des clients et des collectivités locales.

Une activité qui reste intégrée

La spécificité insulaire a conduit à adopter un cadre réglementaire particulier pour l’exercice de nos métiers : EDF est l’opérateur unique - sauf en matière de production d’électricité. Dans ce domaine, sous le contrôle du régulateur, nous sommes producteurs ou bien acheteurs des énergies produites. Notre activité reste ainsi largement intégrée, ce qui est un atout tant le besoin d’optimisation globale et de réactivité en temps réel est vital. Simultanément, par le truchement de la CSPE, nous sommes également les récipiendaires et les acteurs de la solidarité nationale envers ces territoires (Corse et DOM). Ceci implique une forte responsabilité au regard de l’efficacité énergétique globale, en veillant particulièrement à l’efficacité de nos propres investissements et de nos pratiques d’exploitation.

Un champ d’innovation

Les problématiques énergétiques, vécues dans les territoires insulaires à une échelle réduite et avec un caractère parfois exacerbé, modélisent ou préfigurent bien souvent les situations de la métropole. De ce fait, les territoires insulaires recèlent un grand potentiel pour anticiper et préparer l’avenir.

Ainsi les DOM et la Corse sont à la pointe pour les énergies renouvelables, déjà sources du quart de leur production d’électricité. Ces régions le sont également en termes d’actions d’efficacité énergétique avec des records d’installation de chauffe eau solaires ou de lampes basse consommation. Plus généralement, les systèmes énergétiques insulaires constituent un exceptionnel champ d’innovation pour faire émerger des solutions en matière d’efficacité énergétique, de production alternative ou de réseaux intelligents.

Dans ce contexte EDF, représenté par sa direction SEI, est un acteur économique majeur qui investit de façon importante, directement ou à travers ses filiales, et qui assume sa part de responsabilité sociale et sociétale.

CRE

En tant qu’acteur de l’aménagement des territoires insulaires, comment travaillez-vous avec les acteurs locaux ?

Thierry Pons

L’intérêt des acteurs locaux pour les problématiques énergétiques dans les DOM et en Corse est renforcé par la croissance démographique et celle de la consommation d’électricité que vivent ces régions. Leur conviction que l’énergie est, pour leurs territoires, un secteur potentiellement créateur de développement endogène et d’emplois a encore été confortée, s’il en était besoin, par la mise en lumière des problèmes énergétiques lors du Grenelle de l’environnement.

Ainsi la direction des Systèmes Energétiques Insulaires d’EDF trouve-t-elle en eux des partenaires engagés, comme elle, sur les priorités que sont l’efficacité énergétique, la qualité de la fourniture, l’intégration des énergies renouvelables et le développement des énergies du futur, l’expérimentation et le développement de l’innovation, la solidarité avec les populations démunies.

EDF s’appuie, pour ces actions, sur les partenaires institutionnels (régions, collectivités locales, ADEME…) les entreprises locales et le monde universitaire.

CRE

Comment imaginez-vous le futur énergétique des îles ?

Thierry Pons

EDF s’inscrit, aux côtés des régions, dans une démarche visant d’une part à une moindre dépendance énergétique par rapport aux combustibles fossiles et d’autre part à la sécurisation des systèmes électriques fragiles. Tout en veillant à limiter les coûts et à respecter l’environnement.

Cette démarche s’inscrit dans les objectifs du Grenelle de l’environnement qui fixe à 50 % la part des énergies renouvelables dans la consommation finale en 2020 dans les zones non interconnectées. Elle s’appuie sur les priorités suivantes :

  • l’efficacité énergétique : pour s’orienter vers une équation du type « moins de kWh par usage et plus d’usages par kWh » ;
  • le développement des énergies renouvelables stables : les EnR historiques (hydraulique, géothermie, biomasse) et celles qui dessinent le futur (énergies de la mer) ;
  • la meilleure intégration des EnR intermittentes (éolien, photovoltaïque) grâce au stockage et à la prévision ;
  • le développement de smart grids (ou réseaux « intelligents ») grâce aux nouvelles technologies de l’information et de la communication ;
  • le renouvellement des centrales thermiques actuelles par des centrales plus performantes, et plus respectueuses de l’environnement. Elles demeurent nécessaires pour sécuriser le système, et joueront le rôle d’indicateur de l’efficacité des autres moyens de production : moins elles seront appelées à fonctionner, plus les territoires insulaires auront avancé sur le chemin de l’autonomie énergétique.

De plus, pour préparer l’avenir du métier d’énergéticien insulaire, nous nous engageons dans des programmes de recherche et des projets concrets pour développer les Smartgrids en Corse et dans les DOM. Il s’agit d’intégrer les technologies de l’information et des télécommunications dans l’ensemble de la chaîne de valeur de l’électricité, de la production jusqu’à la consommation, de manière à accroître la performance des systèmes. Grâce à notre caractère intégré, nous pouvons développer des projets innovants sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

CRE

En quoi les systèmes énergétiques insulaires constituent-ils un champ d’innovation pour faire émerger des solutions en matière d’efficacité énergétique, de production à partir d’énergies renouvelables et de réseaux intelligents ?

Thierry Pons

Les systèmes insulaires présentent plusieurs spécificités qui sont autant d’opportunités pour l’expérimentation et le développement des smart-grids : forte croissance de la consommation, fragilité des équilibres système, développement massif des énergies renouvelables, isolement des territoires (éco système complet à la taille d’une île), auxquelles s’ajoutent la volonté des acteurs locaux et le développement technologique (NTIC).

Dans les DOM et en Corse, les questions liées à l’énergie anticipent souvent celles qui se posent à grande échelle. Ainsi, si elles relèvent d’abord de sa mission de service public, les « ZNI » constituent aussi pour EDF des terres d’innovation dans les domaines de la production et de la distribution d’énergie. À la Réunion, en Corse comme aux Antilles et en Guyane, le groupe EDF intensifie ses projets de recherche et développement. L’objectif est de répondre au besoin des régions d’accroître l’autonomie, la sécurité et la qualité de leur alimentation électrique. Il consiste aussi à faire bénéficier les réseaux continentaux de solutions innovantes expérimentées à petite échelle.

CRE

Comment les Smart grids s’insèrent-ils dans le contexte économique et social des îles ?

Thierry Pons

Notre programme smart grids a pour objectif de répondre aux spécificités des réseaux électriques insulaires de Corse et des DOM, dans la continuité et en complément des actions de développement des énergies renouvelables et de maîtrise de la consommation d’énergie menées depuis plusieurs années.

Les projets de smart grids contribuent au développement endogène des territoires :

  • Ce sont des projets locaux associés à des enjeux nationaux : c’est le cas du projet Millener chez mille clients résidentiels, retenu dans le cadre d’un Appel à manifestation d’intérêt de l’ADEME et qui est expérimenté en Corse, à La Réunion et bientôt en Guadeloupe.
  • Ils sont en lien avec les entreprises locales, par l’emploi qu’ils développent pendant la durée des projets et par les perspectives qui en découlent.
  • Ils sont conduits avec les Universités et le monde de la recherche : appel à des travaux de recherche locaux, lien avec les Universités métropolitaines, développement de compétences propres et exportables. Ainsi en est-il pour le projet Pégase (Prévision des énergies renouvelables et garantie active par le stockage d’énergie) à La Réunion.
  • Ils représentent un laboratoire d’innovations susceptibles de montrer la voie pour des situations comparables en métropole et/ou exportables vers des territoires similaires. L’expérimentation de STEP (Stations de transfert d’énergie par pompage) marines, le développement de la géothermie, l’expérimentation sur des moyens de stockage (batteries de grande capacité) illustrent cette dimension.
  • Les solutions performantes qu’ils proposent aux clients industriels, commerciaux ou tertiaires sont de nature à leur fournir des arguments de compétitivité (cas de SIGMA – Systèmes intelligents de gestion de l’énergie et des usages pour le marché d’affaires-).

Sur le plan social, il convient de souligner qu’ils contribuent :

  • à la création de nouvelles compétences et d’emplois locaux ;
  • à une meilleure efficacité énergétique, qui doit conduire à mieux gérer les consommations des clients et donc leur budget énergie (pilotage des usages par des passerelles énergétiques dans le projet Millener et expérimentation de comptage communicant prévue en Martinique).
  • à apporter des solutions d’alimentation électrique dans les endroits les plus reculés (zones isolées en Guyane par exemple).

Les smart grids sont présents sur toute la chaîne de valeur électrique, et sur l’ensemble des zones insulaires ce qui permet un retour d’expérience partagé. Résolument tournés vers le client, ils répondent aussi à l’intérêt de la collectivité territoriale (développement des ENR, efficacité énergétique, développement économique endogène) et nationale (maîtrise de la CSPE).
Ils constituent en outre une formidable opportunité pour la France continentale.

Agé de 52 ans, Thierry Pons est entré à EDF en 1982.

Il s’est consacré dans un premier temps à la formation professionnelle de cette entreprise, en tant que formateur en finances et gestion d’entreprise puis en tant que directeur d’un centre de formation.
Dans un deuxième temps, Thierry Pons a exercé différentes responsabilités opérationnelles dans le secteur de la distribution, a assuré à la fin des années 90 la direction commerciale d’EDENOR, alors filiale d’EDF en Argentine puis la direction d’un grand centre de distribution d’électricité et de gaz en région parisienne.
En 2002, il a préparé la nouvelle organisation de la distribution et la mise en place du gestionnaire de réseau de distribution d’électricité. Directeur délégué d’ERD puis directeur général adjoint d’ERDF, membre du directoire, il a piloté différentes activités telles que la relation aux fournisseurs d’électricité, la politique clientèle du gestionnaire de réseau, les raccordements, les systèmes d’information clients, le comptage et notamment la gestation du Projet Linky.

Depuis mai 2010, Thierry Pons est à la tête de la direction d’EDF en charge des Systèmes Energétiques Insulaires (SEI).
Il est administrateur de Consuel et administrateur représentant d'EDF dans différentes filiales ou sociétés à participation d'EDF.

Thierry Pons est diplômé de l’Ecole Supérieure de Commerce de Bordeaux. Il est basé à Paris, marié et père de quatre enfants.

«Page 8 de 10»

Rechercher

Se tenir informé

Abonnez-vous à notre liste de diffusion pour être informé régulièrement des mises à jour du site.

S'abonner

Participer au site

Vous souhaitez participer à notre site ou réagir à un dossier, contactez-nous dès aujourd'hui.

Nous contacter

Les forums de la CRE

La CRE organise des forums, associés à chaque nouveau dossier, pour donner la parole aux experts des Smart grids.
Se tenir informé des prochains forums

Nos contributeurs

Notre site se nourrit aussi de vos contributions. Nous tenons donc à remercier "Anma" qui fait partie de nos 168 contributeurs.
Découvrir nos contributeurs